altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 22 février 2018

Concert du Quatuor Emerson à l’Auditorium du Louvre, Paris.

Éclectisme et beauté sonore
© Lisa-Marie Mazzucco

Avec un programme significatif de son travail sur tous les répertoires, la formation de chambre américaine Quatuor Emerson a séduit le public de l’Auditorium du Louvre par la qualité sonore et la rigueur stylistique de ses interprétations de Felix Mendelssohn, Thomas Adès et du tout dernier quatuor Franz Schubert.
 

Auditorium du Louvre, Paris
Le 06/04/2011
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Tristan entre en régression

  • Grande musique,
    grands interprètes

  • Une leçon de piano

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Depuis sa fondation en 1976, le Quatuor Emerson s’est voué à pratiquer tous les répertoires. Aussi présent dans l’œuvre de Bach ou des grands romantiques que dans celle d’un Chostakovitch et des plus récents contemporains, il est parvenu tant au concert qu’au disque à maintenir un niveau d’interprétation lui permettant de figurer dans le groupe privilégié de ceux que l’on va écouter autant par passion que par curiosité.

    Et de fait, cette fois encore, il surprend encore en plaçant entre deux grandes pages on ne peut plus romantiques une très belle œuvre de Thomas Adès. Compositeur, pianiste et chef d’orchestre, ancien directeur du Festival d’Aldenburgh, ce jeune quadragénaire surdoué a notamment vu son opéra The Tempest créé à l’Opéra Royal de Covent Garden en 2004. Une personnalité de premier plan donc, largement reconnue de par le monde.

    The Four Quarters pour quatuor à cordes est effectivement d’une écriture à la fois très savante et d’une immédiate séduction. En quatre mouvements utilisant des possibilités très diverses des cordes, sons non vibrés, pizzicati et autres procédés techniques systématiquement développées, il crée des contrastes qui stimulent sans cesse l’attention et la sensibilité tout en permettant un fastueux déploiement d’effets sonore que les quatre musiciens mettent en valeur de manière formidable. C’est original, très bien conçu et d’une parfaite musicalité. Un beau moment illustrant notre époque entre deux visions magistrales du monde romantique.

    Le Quatuor en mib majeur op. 44 n° 3 de Mendelssohn est lui aussi d’une écriture très serrée, avec une thématique souvent moins lyrique que celle d’autres œuvres du compositeur, à l’exception de son Adagio, dont les thèmes sont au contraire d’une grande poésie développée avec générosité. Le violoncelle y est très présent, soutenant les trois autres instruments en apportant une indéniable contribution à la création d’un climat méditatif et plein de rêve, qui fait mentir la réputation de légèreté si injustement attachée hâtivement à la musique de Mendelssohn.

    Il est pourtant vrai aussi que le Quinzième Quatuor en sol majeur D. 887 de Schubert nous entraîne vers des contrées encore plus ombreuses, nostalgiques, où règnent mal de vivre, doute, angoisse existentielle. Dernier quatuor de Schubert, cette œuvre est un joyau unique tant au niveau de l’inspiration que de l’organisation thématique.

    Sombre omniprésence du violoncelle, usage des notes répétées, douloureuse expression d’une crainte viscérale engendrée par les agressions incontrôlables du Mal universel, nous sommes dans les fantasmagories schubertiennes proches des Lieder fantastiques comme le Roi des Aulnes, le Nain ou les ultimes visions du Voyage d’hiver.

    Avec une subtilité d’analyse brillante, une énergie partagée et contrôlée de façon impérieuse, les quatre musiciens en donnent une lecture poignante par sa profondeur et sa vérité. L’Auditorium du Louvre est plein, constatation réconfortante pour tous les amoureux de musique de chambre.




    Auditorium du Louvre, Paris
    Le 06/04/2011
    Gérard MANNONI

    Concert du Quatuor Emerson à l’Auditorium du Louvre, Paris.
    Felix Mendelssohn (1809-1847)
    Quatuor à cordes en mib majeur op. 44 n° 3
    Thomas Adès
    The Four Quarters
    Création française
    Franz Schubert (1797-1828)
    Quatuor à cordes n° 15 en sol majeur D. 887
    Quatuor Emerson
    Eugene Drucker, violon
    Philip Setzer, violon
    Lawrence Dutton, alto
    David Finckel, violoncelle

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com