altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 24 mai 2018

Production des Contes d'Hoffmann par Jérôme Savary aux Chorégies d'Orange, France.

Savary ne s'en laisse pas conter
© Studio Bernatau - Philippe Abel

Tant pis pour ceux qui n'aiment que les relectures du grand répertoire sophistiquées et cérébralement pressurées, car Savary a choisi une approche théâtrale directe et respectueuse des Contes d'Hoffmann. Mais chez lui, ce n'est en rien contraire à la fantaisie ni à l'invention.
 

Chorégies d'Orange - Théâtre Antique, Orange
Le 15/07/2000
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Retour en vainqueur

  • Le sexe et l’argent

  • Un vrai ténor français

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Chez Savary, la fantaisie ne réside pas dans la distance prise avec le texte, mais dans les images qui déroulent l'histoire. Ne voulant dénaturer ni la partition (éditions Choudens) ni le mur du Théâtre Antique, il a joué le jeu apparemment simple d'un miroir demi-lune transparent par instants ainsi que de très ponctuelles et discrètes projections. Il compense néanmoins ce relatif dépouillement par une profusion de personnages, d'accessoires et de costumes qui cristallisent à la fois la folie et la poésie de l'oeuvre.
    L'humour décapant de l'acte d'Olympia s'oppose au charme un peu malsain de l'acte de Venise et au contexte franchement mortifère (non sans humour non plus) de l'acte d'Antonia. La monstrueuse charrette du Docteur Miracle sortie des pires cauchemars de notre enfance, les petites gondoles qui voguent sur un plan d'eau devant la perfide Giuletta, les gigantesques poupées roses partenaires de danse de cette peste d'Olympia, autant de belles idées d'un homme de théâtre créatif et original.
    Trop de costumes ? Trop de masques ? Une certaine confusion parfois ? Peut-être, mais l'ensemble est un grand spectacle populaire très adapté à ce lieu et à ce public. Michel Plasson a mené sa vaillante équipe avec toute la vaillance possible malgré un mistral puissant et réfrigérant. Natalie Dessay et son incroyable numéro de sale môme capricieuse et vocalisante resteront dans les annales ; Béatrice Uria-Monzon aussi, comme la plus belle Giuletta jamais vue. Angelika Kirchschlager, superbe vocalement et scéniquement est un Niklausse idéal face au solide Hoffmann de Markus Haddock, et à un José Van Dam aux quatre incarnations très respectables. Une mention spéciale pour les quatre personnages de Jean-Paul Fouchécourt aussi, mais tous ont mis toute leur énergie et leur talent au service d'un spectacle très vivant, très coloré, non sans quelques failles, mais acclamé avec joie par les quinze mille spectateurs du Théâtre Antique d'Orange.




    Chorégies d'Orange - Théâtre Antique, Orange
    Le 15/07/2000
    Gérard MANNONI

    Production des Contes d'Hoffmann par Jérôme Savary aux Chorégies d'Orange, France.
    Orchestre National du Capitole de Toulouse
    Choeurs des Opéras de Toulouse et de Marseille
    Direction musicale : Michel Plasson
    Mise en scène : Jérôme Savary
    Scénographie : Michel Lebois
    Costumes : Michel Dussarrat
    Eclairages : Alain Poisson
    Avec Markus Haddock (Hoffmann), Angelika Kirchschlager (Nicklausse), José Van Dam (Lindorf, Coppelius, Docteur Miracle, Dapertutto), Jean-Paul Fouchécourt (Andrès, Cochenille, Frantz, Pittichinaccio), Natalie Dessay (Olympia), Béatrice Uria-Monzon (Giuletta), Leontina Vaduva (Antonia), Catherine Dune (Stella), Gérard Garino (Nathanaël), Antoine Normand (Spalanzani), Philippe Duminy (Hermann), Franck Leguerinel (Schlemil), Eric Martin-Bonnet (Luther), Felipe Bon (Crespel), Viorica Cortez (la mère d'Antonia).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com