altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 01 décembre 2020

Création française du Polyeukt de Zygmunt Krauze dans une mise en scène de Jorge Lavelli et sous la direction de Ruben Silva au Théâtre du Capitole, Toulouse.

Éloge de la liberté
© Jaroslaw Budzynski

Quelle joie de découvrir une œuvre passionnante ! La création française de Polieukt, opéra de chambre du compositeur polonais Zygmunt Krauze au Capitole de Toulouse est une suite de belles surprises, autant par l’émotion musicale que par la puissance dramatique. Une très belle réussite que cette œuvre parlant de conversion, de tolérance et de liberté.
 

Théâtre du Capitole, Toulouse
Le 04/11/2011
Nicole DUAULT
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Une femme fatale

  • Avant que le rideau ne retombe

  • Saint François SDF

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • « Je vous aime beaucoup moins que mon Dieu, mais bien plus que moi-mĂŞme Â». Ce beau cri est l’un des plus cĂ©lèbres de cette tragĂ©die chrĂ©tienne que Corneille Ă©crivit en 1643. Le sujet est tirĂ© d’un Ă©pisode de la domination romaine : Polyeucte, seigneur armĂ©nien, sous l’influence de son meilleur ami NĂ©arque se convertit au Christianisme. Il s’insurge contre le paganisme, dĂ©truit les idoles et va vers le martyre abandonnant sa femme Pauline qui, comme son entourage, s’oriente peu Ă  peu vers la conversion.

    De nombreux compositeurs, dont Gounod, ont été tentés par le thème très cornélien du héros en proie à son conflit intérieur. Mais les opéras qui en ont résulté n’ont obtenu aucun succès. La première réussite est celle-ci, commande de l’Opéra de chambre de Varsovie. Elle est due à la longue collaboration du Polonais Zygmunt Krauze et de Jorge Lavelli.

    Zygmunt Krauze (72 ans), élève de Nadia Boulanger et de Pierre Boulez, travailla à France Musique. Auteur d’un catalogue important de symphonies et de pièces pour piano, il a également écrit de la musique de scène pour la Comédie-Française et, en 1987, pour Polyeucte que montait alors Lavelli.

    Séduit par la musicalité de la langue, Krauze n’a eu de cesse de la traduire en musique. Il lui parut impossible d’utiliser pour un opéra moderne le rythme des alexandrins de Corneille. C’est ainsi que Krauze et Lavelli décidèrent de réaliser l’opéra dans la langue du compositeur.

    La tragédie a été resserrée pour un spectacle d’une heure vingt. La voix, les dialogues entre les personnages ont la primauté. C’est l’intensité des rapports humains jusqu’au comble de l’émotion qui fascine dans cette musique où l’atonalité surgit parfois ainsi que des rythmes à l’accordéon.

    La structure de l’œuvre a été partiellement modifiée. Pour Krauze, l’attirance que Polyeucte porte à son ami Néarque est homosexuelle. La voix de contre-ténor de Polyeucte souligne l’ambiguïté et la fragilité conflictuelle du héros. La pièce ne se termine pas par la mort de Polyeucte et la conversion de son entourage. L’opéra condamne le fanatisme et livre un message de tolérance et de liberté.

    Dans sa mise en scène simple et Ă©lĂ©gante avec jeu de miroirs, enfermement des personnages dans une cage faite de rideau de perles, Jorge Lavelli dĂ©cline le drame en blanc et noir avec des pointes fulgurantes de rouge comme la robe de Pauline. Il a travaillĂ© au millimètre près la gestuelle des personnages. L’Orchestre Sinfonietta de Varsovie, le contre-tĂ©nor Jan Jakub Monowid, la soprano Marta Wyłomańska transmettent une Ă©motion Ă  fleur de peau.

    Quand le directeur du Capitole de Toulouse, Frédéric Chambert, découvrit ce Polieukt varsovien, il n’eut de cesse que de l’acclimater avec musiciens, chœurs et solistes à Toulouse malheureusement pour seulement trois représentations. Voici une production de qualité qui devrait être reprise par d’autres opéras.




    Théâtre du Capitole, Toulouse
    Le 04/11/2011
    Nicole DUAULT

    Création française du Polyeukt de Zygmunt Krauze dans une mise en scène de Jorge Lavelli et sous la direction de Ruben Silva au Théâtre du Capitole, Toulouse.
    Zygmunt Krauze (*1938)
    Polieukt, opéra en cinq tableaux (2010)
    Livret d’Alicja Choińska et Jorge Lavelli d’après Corneille

    Production de l’Opéra de chambre de Varsovie
    Création française

    Sinfonietta Varsovia
    direction : Ruben Silva
    mise en scène & éclairages : Jorge Lavelli
    scénographie : Marlena Skoneczko

    Avec :
    Andrzej Klimczak (FĂ©lix), Jan Jakub Monowid (Polyeucte), Artur Janda (SĂ©vère), Aleksander Kunach (NĂ©arque), Marta Wyłomańska (Pauline), Dorota Lachowicz (Stratonice), Dariusz GĂłrski (Albin), Mateusz Zajdel (Fabian).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com