altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 25 février 2018

Récital du pianiste Simon Trpceski à l’Auditorium du Louvre, Paris.

Un grand musicien

Le jeune pianiste macédonien Simon Trpceski est tout simplement un très grand musicien. Servies par une parfaite virtuosité, une intelligence et une sensibilité apparemment naturelles, ses interprétations des nocturnes Chopin et des extraits des Années de pèlerinage de Liszt à l’Auditorium du Louvre ont rayonné de toutes leurs richesses. Un véritable bonheur.
 

Auditorium du Louvre, Paris
Le 16/11/2011
Claude HELLEU
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Tristan entre en régression

  • Grande musique,
    grands interprètes

  • Un roi Carotte aux petits oignons

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Dès les premières mesures du Nocturne en si majeur op. 32 n° 1, l’expressivité tranquille de Simon Trpceski donne tout à entendre. Les longues phrases se déroulent, portées par une respiration naturellement habitée, avec des soudainetés qui nous interpellent. Celles des silences leur donne une éloquence étonnante. On est littéralement pris par cet art de rompre un phrasé tout en le prolongeant sans plus de note.

    Le Nocturne op. 32 n° 2, déroule ses arpèges et se lance à la conquête de l’amour, main gauche et main droite indépendantes et complémentaires dans l’union de leur ardeur, avec le même bonheur. Sombre grandeur du Nocturne op. 48 n° 1, progression de sa fièvre sans un effet, sans un excès, dans l’intensité de sa profondeur.

    Crescendi, grondements magnifiques et précis que la modeste silhouette du jeune pianiste de 32 ans n’accompagne d’aucune surenchère. Résonnances, bondissements, élans étonnants de passion et de simplicité conjointes, ou balancements rêveurs, trilles dans un halo de l’op. 48 n° 2.

    L’intelligence du toucher, la diversité de la sonorité, sa puissance comme sa légèreté, la simplicité d’une expressivité inspirée offrent ainsi sous leur lumière la plus vraie la mobilité harmonique et rythmique dont Chopin est l’audacieux pionnier.

    Trpceski ayant demandé à Pande Shadow de composer une pièce autour du bicentenaire de la naissance de Chopin, celui-ci a choisi de transcrire quelques airs populaires macédoniens en habillant ces mélodies avec des airs venus du jazz, comme Chopin avait habillé des danses polonaises avec le langage élégant et poétique de la musique romantique.

    Références aussi à Keith Jarret et quelques autres, avoués ou non. Résultat : Songs and Whispers, une suite relativement tonale, relativement rythmique, relativement jazzy, relativement mélodique à partir d’airs aisément reconnaissables et vraiment longue que le pianiste a nimbée de pédale, agrémentée d’une cadence de son cru et exécutée avec une conviction qui ne la personnalisait pas pour autant.

    Bach adapté par Liszt au piano dans son Prélude et fugue en la mineur a ressuscité notre adhésion totale à l’éblouissante interprétation du pianiste. Égalité du toucher, articulation précise et régulière, accords élastiques, couleurs magiques de la virtuosité, main gauche idéalement présente dans les contrechants servent la magnifique alliance des deux génies.

    Celui de Liszt enchante dans les visions, recherches et raffinements du Sonnet 104 de Pétrarque (deuxième année Italie), les éblouissements perlés et sereins des Jeux d’eau à la Villa d’Este (troisième année Italie) dont la contemplation s’épanouit en emportements ravageurs avant de retourner à leur émerveillement comblé. Les deux extraits des Années de pèlerinage parlent leur langage le plus poétique.

    La Deuxième Rhapsodie hongroise en ut# mineur, kaléidoscope d’inspirations et de séductions, déroule ensuite ses caprices, exaltations, déferlements, enthousiasmes, transcendés par une technique au sens propre fantastique, nourrie de son intelligence. Simon Trpceski est tout simplement un très grand musicien.




    Auditorium du Louvre, Paris
    Le 16/11/2011
    Claude HELLEU

    Récital du pianiste Simon Trpceski à l’Auditorium du Louvre, Paris.
    Frédéric Chopin (1810-1849)
    Nocturne en si majeur, op. 32 n° 1
    Nocturne en la bémol majeur, op. 32 n° 2
    Nocturne en fa dièse mineur, op. 48 n° 2
    Nocturne en ut mineur, op. 48 n° 1
    Pande Shadov (*1973)
    Songs and Whispers
    Création française
    Bach-Liszt
    Prélude et fugue en la mineur
    Franz Liszt (1811-1886)
    Sonnet 104 de Pétrarque
    Jeux d’eau à la Villa d’Este
    Rhapsodie hongroise n° 2 en ut# mineur
    Simon Trpceski, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com