altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 15 août 2018

Concert de la violoniste Viktoria Mullova accompagnée par Il Giardino Armonico sous la direction de Giovanni Antonini dans le cadre du cycle Viktoria Mullova et ses amis à l’Auditorium du Louvre, Paris.

Sans frontières

Tonique, volcanique, simple et pudique, telle est la violoniste Viktoria Mullova. À l’heure de la maturité, la voici pour sept concerts à Paris, éblouissante dans la diversité d’interprétations qui touchent à tous les genres. À l’auditorium du Louvre, le témoignage grisant d’une musicienne ne connaissant aucune frontière.
 

Auditorium du Louvre, Paris
Le 09/01/2012
Nicole DUAULT
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Bayreuth 2018 (2) : Libellules sous haute tension

  • Bayreuth 2018 (1) : La Nuremberg céleste

  • Aix 2018 (4) : Retour gagnant

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Du punch, elle en a, la belle violoniste russe qui à 52 ans démontre sa détermination dans tout ce qu’elle entreprend. C’est ce qui la fit passer à l’Ouest en 1983. Alors peu connue, elle devait donner un concert en Finlande et à l’aide de complicités rocambolesques, elle réussit à franchir le rideau de fer.

    Elle se retrouva en Suède, laissant derrière elle le Stradivarius que lui avait confié l’État soviétique. Depuis, les circonstances politiques ayant changé, la belle Viktoria est retournée dans son pays, mais c’est surtout à l’Ouest et à Londres où elle réside avec son mari, le violoncelliste de jazz Matthew Barley et ses trois enfants, que son talent s’est épanoui et diversifié.

    D’une curiosité obsédante, celle qui avait appris au Conservatoire de Moscou – elle a eu comme professeur Leonid Kogan – à jouer Brahms de la même manière que Bach, s’est pris de passion pour le répertoire baroque et la vision nouvelle des baroqueux. C’est avec eux et la formation italienne Il Giardino Armonico dirigée par son créateur Giovanni Antonini que Viktoria Mullova a donné, son premier concert de la série, à l’Auditorium du Louvre.

    Plus que des amis, ces musiciens avec lesquels elle a enregistré plusieurs disques sont, dit-elle, des « âmes sœurs ». Depuis qu’elle joue avec eux, elle dit ressentir une joie intense très différente des performances stylistiques dignes des concours qu’elle était habituée à jouer avec les grands orchestres.

    Robe tunique en damas aux tonalités rouge et or, cheveux châtains mi-courts virevoltant sur ses oreilles, visage grave reflétant une intensité intériorisée, on sent vibrer en elle le sens de la liberté que ce soit dans Bach, dans Leclair ou dans Vivaldi. C’est d’ailleurs dans le Concerto pour violon et cordes en ré majeur, dit « Grosso Mogul » de Vivaldi que Viktoria Mullova rayonne le plus d’une virtuosité maîtrisée, d’une musicalité subjuguante. On plane.

    Dans les quatre autres concerts donnés à l’Auditorium, ce sont des répertoires bien différents qu’aborde l’éclectique violoniste : sonates de Beethoven, partitas de Bach, pièces de Nielsen et de Schubert avec le clarinettiste Pascal Moraguès. Le plus original est celui qu’elle donnera le 20 janvier avec la formation de son mari, le Matthew Barley Ensemble au cours duquel elle passera de Bartók et Kodaly à des musiques tziganes et jazzy.

    Couronnement de cette saison parisienne, les 25 et 26 janvier, elle joue le concerto de Brahms avec l’Orchestre de Paris sous la direction d’un autre de ses amis, le chef Paavo Järvi. Commentant son parcours sans frontières entre les pays, les styles et les genres, Viktoria Mullova a confié à notre confrère et ami Yutha Tep qu’elle comparait la musique à une mare : « Si l’eau demeure la même sans changement ou évolution, elle finit par croupir.  » La Mullova est là pour faire frémir le clapot des vagues, voire soulever des tempêtes.




    Auditorium du Louvre, Paris
    Le 09/01/2012
    Nicole DUAULT

    Concert de la violoniste Viktoria Mullova accompagnée par Il Giardino Armonico sous la direction de Giovanni Antonini dans le cadre du cycle Viktoria Mullova et ses amis à l’Auditorium du Louvre, Paris.
    George Friedrich Haendel (1685-1759)
    Concerto grosso en ré mineur op. 6 n° 10
    Johann Sebastian Bach (1685-1750)
    Concerto pour violon en mi majeur BWV 1042
    Jean-Marie Leclair (1697-1764)
    Concerto pour violon en sol mineur op. 10 n° 6
    Michele Mascitti (1664-1760)
    Concerto pour violon et cordes en la majeur op. 7 n° 4
    Antonio Vivaldi (1678-1749)
    Concerto pour violon en fa majeur op. 10 n° 1, « La Tempesta di Mare »
    Concerto pour violon en ré majeur RV 208, « Grosso Mogul »
    Viktoria Mullova
    Il Giardino Armonico
    direction : Giovanni Antonini

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com