altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 26 septembre 2020

Deuxième soirée du festival Puccini+ de l’Opéra de Lyon, avec Sancta Susanna d’Hindemith mis en scène par John Fulljames et dirigé par Bernhard Kontarsky, et Suor Angelica de Puccini mis en scène par David Pountney et dirigé par Gaetano d’Espinosa.

Festival Puccini+ (2) :
Du blasphème à la sainteté

© Bertrand Stofleth

Orientation nettement plus religieuse pour cette deuxième soirée du cycle Puccini+ de l’Opéra de Lyon. Après l’expressionnisme blasphématoire de la Sancta Susanna génialement provocatrice de Paul Hindemith, Suor Angelica apaise les esprits. Un parcours des ténèbres à la lumière, du noir au blanc qui laisse sur une touche d’extase.
 

Opéra national, Lyon
Le 31/01/2012
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Retour Ă  la vie moderne

  • Salzbourg 2020 (5) : RĂ©apprendre la cohĂ©sion

  • Salzbourg 2020 (4) : Évidence brucknĂ©rienne

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Objet d’un scandale Ă  sa crĂ©ation en 1922, la rarissime Sancta Susanna de Paul Hindemith compte parmi les ouvrages les plus radicaux de la pĂ©riode expressionniste, bouclant sa dramaturgie en vingt-cinq minutes d’une musique tirĂ©e au cordeau, d’une cruautĂ© absolue dans l’exploration de la sexualitĂ© chez les religieuses.

    CrĂ©Ă© en France aussi tard qu’en 2003 Ă  Montpellier, le sulfureux opĂ©ra est prĂ©sentĂ© Ă  Lyon dans une scĂ©nographie dĂ©pouillĂ©e et sombre Ă  souhait, silhouettes noires encapuchonnĂ©es tels d’inquiĂ©tants spectres, visages et corps couverts de signes dĂ©moniaques, deux acrobates tentateurs et un Christ en croix penchĂ© vers l’avant, qui se couchera littĂ©ralement sur une Susanne entièrement nue, offerte sur l’autel, dĂ©clenchant autant de « Satan ! Â» du collège de sĹ“urs.

    Bernhard Kontarsky, qui ne connaissait pas la partition il y a trois semaines lorsqu’il a été contacté pour remplacer Lothar Koenigs au déboulé, est d’une admirable précision, d’un dosage des masses parfaitement équilibré, et joue au mieux des tenues entre chien et loup d’une partition aussi sauvage que d’une poésie webernienne.

    D’une diction irréprochable, la Klementia de Magdalena Anna Hofmann paraît seulement un peu jeune, tant scéniquement que vocalement, pour camper une religieuse ayant quarante ans d’ordination. La Susanna bien chantante et au joli timbre d’Agnes Selma Weiland ne craint pas d’exposer ses quelques rondeurs dans une scène finale d’une tension à couper le souffle, au moment où les plus redoutables aigus du rôle l’attendent au tournant. Chapeau.

    © Bertrand Stofleth

    Après pareil sommet de noirceur, les premières pages de Suor Angelica de Puccini sonnent avec une naĂŻvetĂ© bucolique dĂ©sarmante – le « pĂ©chĂ© Â» de Geneviève se rĂŞvant Ă  serrer un petit agneau dans ses bras. Ă€ la noirceur de John Fulljames, David Pountney oppose le blanc d’une structure en cellules carrelĂ©es immaculĂ©es, et sa monumentale statue de la Vierge.

    On cherchera pourtant la vie théâtrale plutôt dans la fosse, où le fiévreux Gaetano d’Espinosa compense la sagesse de la scène. Mais Suor Angelica est surtout affaire de chant, et si l’on retiendra le rai de lumière de la Sœur Geneviève d’Ivana Rusko, qui rappelle la Constance des Carmélites de Poulenc, et la Zia Principessa intraitable, au bas registre autoritaire à souhait de Natascha Petrinsky, on restera sceptique face au rôle-titre bien rêche de Csilla Boross, aux nuances louables mais à la voix dure et aux aigus littéralement criés.




    Opéra national, Lyon
    Le 31/01/2012
    Yannick MILLON

    Deuxième soirée du festival Puccini+ de l’Opéra de Lyon, avec Sancta Susanna d’Hindemith mis en scène par John Fulljames et dirigé par Bernhard Kontarsky, et Suor Angelica de Puccini mis en scène par David Pountney et dirigé par Gaetano d’Espinosa.
    Paul Hindemith (1895-1963)
    Sancta Susanna, opéra en un acte op. 21
    Livret d’August Stramm

    Chœurs et Orchestre de l’Opéra national de Lyon
    direction : Bernhard Kontarsky
    mise en scène : John Fulljames
    décors : Johan Engels
    costumes : Marie-Jeanne Lecca
    Ă©clairages : Fabrice Kebour
    préparation des chœurs : Alan Woodbridge

    Avec :
    Agnes Selma Weiland (Susanna), Magdalena Anna Hofmann (Klementia), Joanna Curelaru (la Vieille Nonne), Zoé Micha (une servante), Hervé Dez Martinez (un valet).

    Giacomo Puccini (1854-1928)
    Suor Angelica, opéra en un acte (1918)
    Livret de Giovacchino Forzano

    Maîtrise, Chœurs et Orchestre de l’Opéra national de Lyon
    direction : Gaetano d’Espinosa
    mise en scène : David Pountney
    décors : Johan Engels
    costumes : Marie-Jeanne Lecca
    Ă©clairages : Fabrice Kebour
    préparation des chœurs : Alan Woodbridge

    Avec :
    Csilla Boross (Sœur Angélique), Natascha Petrinsky (la Tante Princesse), Anna Destraël (l’Abbesse), Françoise Delplanque (la Sœur zélatrice), Kathleen Wilkinson (la Maîtresse des novices), Ivana Rusko (Sœur Geneviève), Sophie Lou (Sœur Osmina), Sylvie Malardenti (Sœur Dolcina), Elizaveta Soina (la Sœur infirmière).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com