altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 25 mai 2020

La Passion selon St Marc par Ton Koopman au Festival de Beaune

Ton Koopman, un évangéliste un peu brouillon
© ¬© Eric Sebbag

Audacieux projet que celui de recréer une passion perdue de Johann Sebastian Bach, mais en réutilisant pour l'essentiel du matériel musical déjà connu. Ton Koopman n'avait pas convaincu au disque, sur scène, il s'est montré bien plus éloquent mais sans réussir à faire oublier les faiblesses de l'entreprise.

 

Festival de, Beaune
Le 31/07/2000
Yutha TEP
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • R√©chauffement climatique

  • Pas si muet

  • Adams chez Pierre & Gilles

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • √Ä en croire Carl Philip Emmanunuel Bach, son p√®re a compos√© ¬ďcinq Passions, dont une √† deux choeurs¬Ē. On sait que cette derni√®re √©tait la St Matthieu, la seconde √† nous √™tre parvenue √©tant la St Jean. Des autres, rien n'a √©t√© retrouv√© √† ce jour, si ce n'est le livret d'une Passion selon St Marc qui figure dans le troisi√®me tome des oeuvres de Picander, et qu'une certaine tradition associe √† la musique de la cantate fun√®bre BWV 198 ¬ďTrauerode¬Ē. S'appuyant sur les recherches du musicologue allemand Christoph Wolff, aid√© en outre de sa propre exp√©rience en tant qu'interpr√®te de Bach, Ton Koopman remet en question cette association. √Ä la place, il propose de reconstruire une St-Marc suivant le m√™me proc√©d√© parodique, mais en utilisant sa propre s√©lection d'airs et de choeurs dans le corpus du Kantor., et en composant lui-m√™me les r√©citatifs de l'Evang√©liste comme du Christ. L'enregistrement qui en a r√©sult√©, n'avait gu√®re convaincu, tant pour les choix ¬ďcr√©atifs¬Ē que pour les options interpr√©tatives. Le concert de Beaune √©tait donc une excellente occasion de r√©examiner le dossier.

    Un premier constat s'impose : Koopman a eu le temps de m√Ľrir son approche, et l'impression d'inachev√© sensible au disque, a disparu. L'Amsterdam Baroque Choir & Orchestra a une nouvelle fois d√©ploy√© une grande pl√©nitude sonore, une justesse et une discipline remarquable. La distribution, elle, est largement inf√©rieure au disque. √Ä c√īt√© de Johanette Zomer, voix pleine et lumineuse, interpr√®te convaincue, le t√©nor impersonnel J√∂rg D√ľrm√ľller ne fait pas oublier Paul Agnew et l'√©vang√©liste indiff√©rent de Max Ciolek est √† quelques ann√©es lumi√®res de Christoph Pr√©gardien. Le Christ peu concern√© de Marcus Marquardt est aussi bien en de√ß√† de Peter Kooy. Reste l'alto de Bernhard Landauer dont les carences vocales sont intactes √† la sc√®ne comme au disque ! Malgr√© Klaus Mertens, belle basse engag√©e, un plateau plus √©toff√© aurait sans doute mieux plaid√© la cause de Koopman.

    Sur la partition elle-m√™me, une r√©serve de taille s'impose : si Koopman ne pr√©tend pas √™tre Bach, on aurait quand m√™me appr√©ci√© plus audace dans l'√©criture des r√©citatifs, trop fam√©liques et monotones. La pr√©sence √©loquente de Koopman au continuo ne suffit pas √† compenser cette carence. La St Marc √©tant post√©rieure √† la St Matthieu, on imagine difficilement le Kantor abandonner les acquis de cette derni√®re, en particulier l'utilisation du r√©citatif accompagn√© √† l'orchestre qui conf√®re au Christ de la Saint Matthieu une dimension si surnaturelle. Les turbae ne sont dans l'ensemble pas plus convaincantes, surtout quand elles proc√®dent par √©chantillonnage de cantates voire de la St Matthieu. Lorsque Bach se parodie, ce n'est jamais pour amoindrir une partition ou l'amputer mais pour la d√©velopper, lui conf√©rer une nouvelle ampleur. Enfin, la progression dramatique d'ensemble laisse √† d√©sirer mais il est vrai que le livret est mons fort que la St Matthieu et moins poignant que la St Jean. La copie de l'√©l√®ve Koopman est honorable, mais il est vrai que le Ma√ģtre est insurpassable...




    Festival de, Beaune
    Le 31/07/2000
    Yutha TEP

    La Passion selon St Marc par Ton Koopman au Festival de Beaune
    Passion selon St Marc, reconstruction de Ton Koopman d'après Johann Sebastian Bach
    Amsterdam Baroque Orchestra & Choir
    Direction : Ton Koopman
    Avec Johannette Zomer (soprano), Bernhard Landauer (alto), Max Ciolek (l'√©vang√©liste), J√∂rg D√ľrm√ľller (t√©nor), Markus Marquardt (le Christ), Klaus Mertens (basse)

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com