altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 12 novembre 2018

Reprise de la Veuve joyeuse de Lehár dans la mise en scène de Jorge Lavelli et sous la direction d’Asher Fisch à l’Opéra de Paris.

La Veuve maussade
© Julien Benhamou

Personne ne résiste à un cancan endiablé, pas même le public du Palais Garnier qui applaudira durant tout le mois de mars une reprise de la Veuve de Lehár plus maussade que joyeuse. En ce soir de première, la défection à la dernière minute de l’Hanna Glawari de Susan Graham y est pour beaucoup. La direction totalement insipide d’Asher Fisch également.
 

Palais Garnier, Paris
Le 29/02/2012
Nicole DUAULT
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Tout en finesse

  • Couple enchanté

  • Du gris terne au rose bonbon

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Deux premières deux soirs de suite sans huées finales. Aurait-on changé le public de l’Opéra de Paris ? Pelléas et Mélisande à la Bastille, comme le lendemain la Veuve joyeuse de Franz Lehár (1870-1948) à Garnier, sont des reprises d’anciennes productions qui ont fait leurs preuves.

    On se félicitait de revoir cette Veuve Joyeuse signée Jorge Lavelli qui nous avait enchantés en 1997 avec une époustouflante Karita Mattila en Hanna Glawari et Bo Shovhus en Danilo.

    Le baryton danois est de retour dans ce rôle fétiche qu’il a chanté deux cent cinquante fois et dans lequel il est toujours aussi beau, vif, énergique et entraînant, drôle quoique un peu épais. Il est vrai que cette célèbre opérette est autant une affaire de balance de paiement qu’une histoire d’amour.

    La mezzo américaine Susan Graham était programmée dans le personnage de la veuve, désirable comme le sont ses millions. Indisponible au dernier moment pour raison de santé, elle était remplacée par Christina Dietzsch-Carvin, venue du Staastoper de Vienne.

    La soprano n’est pas une totale inconnue. On l’avait entendue à l’amphithéâtre de la Bastille dans Reigen (La Ronde) de Philippe Boesmans et en Musette de la Bohème au Capitole de Toulouse. Elle love un physique chic dans les robes moulantes des années modern style dans lesquelles Jorge Lavelli situe la Veuve.

    Bo Shovhus dut se démener comme deux beaux diables pour tenter de donner un peu d’abattage à la jeune femme paralysée par le trac et difficilement audible pendant le premier acte. Palotte, terne, la chanteuse se dérida ensuite mais sans convaincre. Elle demeure une veuve bien plus mélancolique que joyeuse.

    Le couple allègre en revanche est celui formé par Valencienne (Ana Maria Labin) et Camille de Rosillon (Daniel Behle). Quand sonne l’heure exquise, nulle griserie : la mise en scène, le soir de la première, n’a pas encore pas trouvé son rythme, sans doute faute de répétitions suffisantes, et la direction musicale d’Asher Fisch confirme son insipidité.

    La trouvaille de Lavelli ce sont ces anges noirs qui, au final, au milieu d’un cancan festif, tirent des fusées. Cet étrange feu d’artifice fait pressentir une apocalypse qui n’aura rien de joyeux.




    Palais Garnier, Paris
    Le 29/02/2012
    Nicole DUAULT

    Reprise de la Veuve joyeuse de Lehár dans la mise en scène de Jorge Lavelli et sous la direction d’Asher Fisch à l’Opéra de Paris.
    Franz Lehár (1870-1948)
    Die lustige Witwe, opérette en trois actes (1905)
    Livret de Victor Léon et Leo Stein d’après la comédie l’Attaché d’ambassade d’Henri Meilhac

    Chœur et Orchestre de l’Opéra national de Paris
    direction : Asher Fisch
    mise en scène : Jorge Lavelli
    décors : Antonio Lagarto
    costumes : Francesco Zito
    éclairages : Dominique Bruguière
    préparation des chœurs : Patrick Marie Aubert

    Avec :
    Harald Serafin (Baron Mirko Zeta), Ana Maria Labin (Valencienne), Bo Skovhus (Graf Danilo), Christina Dietzsch-Carvin (Hanna Glawari), Daniel Behle (Camille de Rosillon), Edwin Crossley-Mercer (Vicomte Cascada), François Piolino (Raoul de Saint-Brioche), Francis Bouyer (Bogdanowitsch), Claudia Galli (Sylviane), Francis Dudziak (Kromow), Andrea Hill (Olga), Fabrice Dalis (Pritschitsch), Michèle Lagrange (Praskowia), Franz Mazura (Njegus).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com