altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 25 février 2018

Fin du cycle Bartók du Philharmonia Orchestra sous la direction d’Esa-Pekka Salonen, avec la participation du pianiste Nikolaï Lugansky au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.

Bartók en apothéose
© Nicho Soedling

Un Prince de bois spectaculaire et un Concerto pour orchestre fascinant en conclusion du cycle Bartók dirigé par Esa-Pekka Salonen à la tête du Philharmonia Orchestra au Théâtre des Champs-Élysées. Entre ces deux moments de bonheur absolu, Nikolaï Lugansky interprète brillamment et sans plus d’investissement le Troisième concerto pour piano.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 25/06/2012
Claude HELLEU
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Tristan entre en régression

  • Grande musique,
    grands interprètes

  • Un roi Carotte aux petits oignons

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Pianissimo des basses et des timbales. Chant des flûtes. Clarinette désinvolte. Pizzicati des violons. Tous suscitent une ambiance mystérieuse. Suspense et crescendo effrayant. Musique désarticulée. Émergence d’un bois, prince de toute beauté. Entouré des cordes basses, il hésite. Précision de chaque intention. Les pupitres fusionnent, l’entraînent. Le prince de bois s’anime.

    De toute son expressivité heurtée il aime, il ose, il souffre, se grise, délire. Ivresse. Les instruments se déchirent et s’étreignent, se défient et s’empoignent. Sous la direction d’Esa-Pekkka Salonen, le Philharmonia atteint à une perfection ne laissant rien dans l’ombre. La rythmique saccadée du pantin resplendit de couleurs, sa vie rayonne d’émotions. Spectaculaire, le ballet composé par Béla Bartók déroule sa féerie jusqu’à son terme. Ou l’aventure d’un Prince de bois palpitant.

    Dernière œuvre du compositeur, le Concerto pour piano n° 3 dégage une sérénité à laquelle Nikolaï Lugansky s’est sagement intégré. La virtuosité du pianiste, brillante, irréprochable, reste à la surface du clavier. Elle se contente de donner tout à entendre des lignes d’une grande pureté de la partition dans un premier mouvement un peu pâlot.

    À l’image d’un physique séduisant, le jeu charme, plaît et brille, mais il ne pénètre pas l’intimité du compositeur. L’Adagio religioso, limpide, très lent, demeure d’une retenue bien élevée. C’est l’orchestre qui, sans couvrir le soliste, suggère la méditation de la partition et l’habite d’une recherche austère.

    Heureusement, l’Allegro vivace final offre sa vitalité syncopée et ses accords impératifs à l’éblouissante agilité du pianiste qui peut alors éblouir sans réserve et conclure en beauté une œuvre dont il a lissé le caractère.

    Murmure des cordes. Bruissement des cuivres. Interrogation des bois. Crescendo accéléré de ces instruments magiques. À leur tête, Esa-Pekka Salonen semble aspirer la musique de tout son corps pour mieux les en féconder. Le Concerto pour orchestre de Bartók allume ses feux sur tous les pupitres-solistes – et quels solistes !

    L’éclat et la sobriété, l’urgence et la précision magnifient les élans. Rien n’est excessif, tout est incandescent dans la vitalité des sonorités, ici sensuelles entre les couples d’instruments à vent du Giuco delle coppie, là diaprées et/ou morbides dans l’Elegia, sonorités timbrant avec la même expressivité les railleries de l’Intermezzo interroto, sa polka provocante, narquoise, les danses du Finale et leur tourbillon hallucinant.

    Sonorités inouïes vécues par des musiciens magnifiquement individualisés et glorieusement fusionnés. Cependant que le public grisé de cette perfection orchestrale, abasourdi d’admiration, en perd le souffle.

    En conclusion du cycle Bartók initié par Salonen avec le Philharmonia, dont il est le chef principal, ce concert a marqué une énième apothéose de leur intimité avec le compositeur hongrois.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 25/06/2012
    Claude HELLEU

    Fin du cycle Bartók du Philharmonia Orchestra sous la direction d’Esa-Pekka Salonen, avec la participation du pianiste Nikolaï Lugansky au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.
    Béla Bartók (1881-1945)
    Le Prince de bois, suite d’orchestre op. 13
    Concerto pour piano et orchestre n° 3
    Nikolaï Lugansky, piano
    Concerto pour orchestre
    Philharmonia Orchestra
    direction : Esa-Pekka Salonen

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com