altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 25 mai 2018

Les Musiciens de Saint-Julien et François Lazarevitch en clôture des Musicales de Mortagne-au-Perche 2012.

Mortagne 2012 :
Un XVIIIe de charme hors du commun

© Jean-Baptiste Millot

Au terme de plusieurs week-ends riches en découvertes, sous le titre le Berger poète, François Lazarevitch et ses Musiciens de Saint-Julien ont proposé en l’église de Sainte-Céronne-lès-Mortagne un original concert de clôture des Musicales 2012, mêlant bergeries et pièces plus classiques dans un cadre idéal révélant un XVIIIe siècle tout de charme.
 

Église, Sainte-Céronne-lès-Mortagne
Le 22/07/2012
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Les âmes ruinées

  • Un Parsifal mal inspiré

  • Nouveau prodige au pupitre

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • En référence directe à l’ancienne confrérie des ménétriers de Paris, les Musiciens de Saint-Julien fondés en 2005 par François Lazarevitch pratiquent un répertoire à la fois très ciblé et varié. Ciblé en raison des instruments utilisés, clavecin, vielle à roue, viole de gambe, théorbe, guitare, diverses flûtes traversière et à bec, musette, voire harpe ou autres selon les nécessités des programmes imaginés.

    En cette belle fin d’après-midi percheronne, nous étions conviés à écouter un ensemble de pièces regroupées sous le titre le Berger poète, musiques très en vogue au XVIIIe siècle, époque où les bergeries de toutes natures, littéraires, musicales ou architecturales, faisaient fureur.

    François Lazarevitch à la direction et jouant flûte à bec, flûte traversière et musette, Anne-Lise Foy à la vielle à roue, Matthieu Boutineau au clavecin, Julien Léonard à la viole de gambe, André Henrich au théorbe et à la guitare nous promènent de Montéclair à Couperin, de Chédeville à Boismortier, Leclair et Robert de Visée, de Forqueray à Rebel et Hotteterre, suites, petites pièces anecdotiques et de divertissements, sonates, danses, avec un talent formidable, une imagination, une dextérité technique et encore plus que tout un sens musical magistraux.

    François Lazarevitch, dynamique et malicieux meneur de jeux, sait entraîner tout le monde dans cet univers très subtil et raffiné sans l’once d’une facilité ni d’une vulgarité, sachant raconter mille histoire sensibles, touchantes, jamais indifférentes avec ce patchwork très personnel.

    On est grisé, séduit par ces rythmes, ces couleurs inhabituelles, ces alliances de timbres et de techniques si intelligemment menées où, avant tout, une qualité authentique de musicalité sensible et vécue imprègne chaque morceau. Sous cet entrain, sous cette bonne humeur se cache une science faite de recherche, de connaissances et de beaucoup de travail, redonnant sa vraie dimension à un répertoire aussi créatif que tant d’autres témoignages de l’élan artistique du Siècle des Lumières.

    Avant les bis, François Lazarevtich explique ce qu’est exactement la musette dont il joue et qui n’est autre qu’une variété de cornemuse, et Anne-Lise Foy nous révèle les secrets de la vielle à roue, instrument compliqué mais aussi attachant par sa rotondité chargée de touches et de cordes que par sa sonorité à la fois tendre et un peu acidulée, extrêmement savoureuse.

    Après plusieurs week-ends de concerts de très haut niveau, les Musicales de Mortagne-au-Perche 2012 ont connu une épatante conclusion.




    Église, Sainte-Céronne-lès-Mortagne
    Le 22/07/2012
    Gérard MANNONI

    Les Musiciens de Saint-Julien et François Lazarevitch en clôture des Musicales de Mortagne-au-Perche 2012.
    Montéclair, Chédeville, Boismortier, Couperin, Leclair, De Visée, Rebel, Forqueray, Hotteterre
    Les Musiciens de Saint-Julien
    direction : François Lazarevitch

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com