altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 20 septembre 2020

Première au festival d’été de Baden-Baden 2012 du Boris Godounov de Moussorgski mis en scène par Graham Vick, sous la direction de Valery Gergiev.

Baden-Baden 2012 :
Boris dans la Russie d'aujourd'hui

© N. Razina

Coproduction entre Baden-Baden et le Mariinski, le nouveau Boris transposé dans la Russie contemporaine par Graham Vick est un spectacle fort et dérangeant. Surtout, il est servi à la perfection par l’intensité d’un orchestre et de chœurs superlatifs, comme par la qualité d’une troupe unique, sous la direction d’un Valery Gergiev souverain comme jamais.
 

Festpielhaus, Baden-Baden
Le 20/07/2012
Monique BARICHELLA
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2020 (5) : RĂ©apprendre la cohĂ©sion

  • Salzbourg 2020 (4) : Évidence brucknĂ©rienne

  • Salzbourg 2020 (3) : Ă€ bout de souffle ?

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • D’évidence, Graham Vick a jouĂ© la provocation lors de la première Ă  Saint-PĂ©tersbourg le 25 mai dernier de son nouveau Boris transposĂ© dans l’univers social et politique de la Russie des annĂ©es 2010. Violences policières, corruption, dĂ©gradation des mĹ“urs parallèlement Ă  une dĂ©votion religieuse quasiment superstitieuse, pauvretĂ© du peuple contrastant outrageusement avec l’étalage cynique et indĂ©cent des nouveaux riches de Moscou oĂą tant de rĂ©cents milliardaires ont le look de putes et de macs.

    Un portrait sans concession et pertinent, nettement plus corrosif que toutes les relectures d’un Tcherniakov, mais qui peut friser l’inacceptable dans un théâtre subventionné par l’état avec cette production certes destinée à Baden-Baden, mais appartenant désormais au répertoire du Mariinski. Paradoxalement, qu’une production aussi tendancieuse ait pu être représentée prouve que la Russie intellectuelle a, malgré tout, la possibilité de s’exprimer.

    L’étonnant décor à tiroirs sur plusieurs niveaux de Stuart Nunn, qui a aussi signé des costumes réalistes, permet de passer d’une scène à l’autre en modifiant à vue un aspect ou point précis du cadre. Lors de la toute première scène, on ne sait exactement où l’on se trouve dans la grisaille d’un terrain vague peuplé d’une foule ordinaire de ménagères à caddies et poussettes, ouvriers, étudiants, hommes d’affaires, terrassiers, élégantes en mini-jupe, surveillés à l’étage supérieur par la police.

    La déclaration de Chtchelkalov est faite depuis une tribune devant les caméras de télévision, tandis qu’une procession à genoux brandissant des icônes invoque Dieu, également pour le petit écran. Au son des cloches, le décor se transforme, la lumière envahit la scène, un lustre de cristal descend des cintres, les rideaux tombent des murs laissant voir les grilles dorées du Kremlin et une galerie d’icônes somptueuses.

    Boris, en complet noir, enfile le manteau de cour historique et jette des roubles à la foule qui l’acclame. Entre Moyen Âge et modernité, nous sommes bien dans la Russie éternelle. La scène de l’auberge affiche une hôtesse en tenancière aguichante inspectant ses pensionnaires avant de flirter avec Grigori qui finira par sauter par la fenêtre.

    © N. Razina

    Les policiers, particulièrement brutaux, portent l’uniforme actuel des fonctionnaires russes et celui des forces spéciales qui matraquent sauvagement la foule devant Saint-Basile, laissant des corps sans vie sur le sol après la déploration de l’Innocent, junkie bohème à qui l’on a piqué son pétard.

    Le dernier tableau a lieu dans une Douma réelle, toujours devant les caméras, et dans la scène finale, géniale, le Tsarévitch tremblant monte à la tribune et parvient à imposer le respect à toute l’assemblée, présageant un avenir optimiste pour la Russie avec une nouvelle génération. Nulle part la démocratie ne s’est acquise en un jour, elle s’imposera petit à petit, en Russie comme ailleurs, avec le temps.

    Sous la direction d’un Valery Gergiev au sommet de son art dans un ouvrage dont il maîtrise tous les aspects mieux que personne, orchestre et chœurs offrent une interprétation magistrale de la version initiale de 1869 en sept tableaux. Dommage d’ailleurs que Baden-Baden ait imposé un entracte qui coupe la continuité dramatique.

    Dans un registre plus traditionnel qu’Evgeni Nikitin, qui devait au départ chanter le rôle-titre comme à Saint-Pétersbourg, mais s’est retrouvé bloqué par ses engagements à Bayreuth, d’où il a été expulsé depuis dans les conditions que l’on sait, Nikolaï Putilin, dans une forme vocale étonnante, s’impose sans peine. Reste que son physique, son âge et sa corpulence rappellent étrangement Boris Eltsine, ce qui édulcore le propos par rapport à un Boris jeune et sportif.

    L’ensemble de la distribution est par ailleurs irréprochable, mêlant les piliers de la troupe : Mikhaïl Kit (Pimène), Evgeni Akimov (Chouïski) ou Andrei Popov (sublime Innocent) et une nouvelle génération de voix exceptionnelles : superbe Chtchelkalov d’Alexei Markov, Grigori du jeune ténor Sergeï Semishkur, dont le rôle est hélas réduit dans cette version, ou le timbre cristallin de Xenia (Eleonora Vindau). Grande soirée d’opéra.




    Festpielhaus, Baden-Baden
    Le 20/07/2012
    Monique BARICHELLA

    Première au festival d’été de Baden-Baden 2012 du Boris Godounov de Moussorgski mis en scène par Graham Vick, sous la direction de Valery Gergiev.
    Modest Moussorgski (1839-1881)
    Boris Godounov, opéra en sept tableaux (1874)
    Livret du compositeur d'après Alexandre Pouchkine et Nicolas Karamzine
    Version initiale de 1869

    Chœurs et Orchestre du Théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg
    direction : Valery Gergiev
    mise en scène : Graham Vick
    décors & costumes : Stuart Nunn
    Ă©clairages : Giuseppe di Iorio
    préparation des chœurs : Pavel Petrenko & Mikhaïl Smimov

    Avec :
    Nikolaï Putilin (Boris), Evgeni Akimov (Chouïski), Mikhaïl Kit (Pimène), Sergeï Semishkur (Grigori), Alexei Tanovitski (Varlaam), Nikolaï Gassiev (Missaïl), Alexei Markov (Chtchelkalov), Andrei Popov (l’Innocent), Olga Savova (l’Aubergiste), Ivan Kudyakov (Feodor), Eleonora Vindau (Xenia), Elena Vitman (la Nourrice), Oleg Sychov (Nikitich), Edem Umerov (Mitioukh), Vladimir Zhivopisiev (un boyard).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com