altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 17 août 2018

Concert de l’Orchestre philharmonique de Radio France sous la direction de Nikolaï Znaider, avec la participation du pianiste Daniil Trifonov à la salle Pleyel, Paris.

David et Goliath

Deux compositeurs strictement contemporains, Tchaïkovski et Dvořák, deux œuvres dédiées à Hans von Bülow, et deux solistes russes, un pianiste tout frais émoulu des concours internationaux et déjà bien installé dans la carrière et un violoniste passé chef, étaient au programme de ce concert de l’Orchestre philharmonique de Radio France.
 

Salle Pleyel, Paris
Le 19/10/2012
Olivier BRUNEL
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2018 (2) : Affreux, sales et méchants

  • Salzbourg 2018 (1) : Justice pour Josef K.

  • Bayreuth 2018 (2) : Libellules sous haute tension

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Grande et inhabituelle effervescence dans le hall de la salle Pleyel pour un concert de l’Orchestre philharmonique de Radio France. Les locomotives du public avaient depuis longtemps noté et réservé cette soirée pour entendre Daniil Trifonov, dernière coqueluche du piano russe ayant remporté en 2011 le grand Chelem du clavier: Premier prix du Concours Tchaïkovski à Moscou, Médaille de bronze du Concours Chopin à Varsovie et Premier Prix du Concours Arthur Rubinstein à Tel Aviv.

    Martha Argerich aurait loué publiquement sa sonorité, les festivals se l’arrachent déjà et Valery Gergiev le dirige dans le Premier Concerto de Tchaïkovski dans le dernier titre de son label Mariinski. Les petits wagons qui avaient lu la double page que Libération lui consacrait la veille s’arrachent les dernières places. De quoi voler la vedette au chef russe Nikolaï Znaider, violoniste émérite converti à la direction qui ne nous aura pas convaincu ce soir.

    Comment imaginer qu’un ancien soliste qui a été pendant de longues années à la place où trône Trifonov pour jouer Tchaïkovski, dirige avec autant de force sonore, si ce n’est d’avoir le désir de lui porter ombrage ? Le petit Daniil ne cède pas au grand Nikolaï et réussit à faire entendre sa formidable sonorité et briller une virtuosité semblant illimitée dans toutes les facettes du roi des concertos russes.

    Il est rare d’entendre chez les bêtes de concours une telle simplicité et la virtuosité si bien intégrée aux qualités proprement musicales. Il cloue ensuite la salle avec la transcription par Liszt du Widmung de Schumann, autant dans sa première partie avec un cantabile à faire pâlir les plus belles voix que dans sa deuxième partie où Liszt a intégré toute sa rhétorique pianistique au chant schumannien.

    La Septième Symphonie d’Antonín Dvořák, d’inspiration brahmsienne, rivalise difficilement avec les deux grandes symphonies finales du cycle. Il aurait fallu un chef d’une trempe supérieure à celle de Znaider pour rendre plus intéressants les deux premiers mouvements. Il n’aide pas vraiment l’orchestre en le poussant dans les excès sonores. Seul l’Allegro final dans lequel passent des réminiscences de l’opéra romantique allemand (le Freischütz notamment) est vraiment satisfaisant.




    Salle Pleyel, Paris
    Le 19/10/2012
    Olivier BRUNEL

    Concert de l’Orchestre philharmonique de Radio France sous la direction de Nikolaï Znaider, avec la participation du pianiste Daniil Trifonov à la salle Pleyel, Paris.
    Piotr Iliitch Tchaïkovski (1840-1893)
    Concerto pour piano et orchestre n° 1 en sib mineur op. 23
    Daniil Trifonov, piano
    Antonín Dvořák (1841-1904)
    Symphonie n° 7 en ré mineur op. 70
    Orchestre philharmonique de Radio France
    direction : Nikolaï Znaider

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com