altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 27 mai 2018

Concert de l’Orchestre de Paris sous la direction de Louis Langrée avec la participation des pianistes Bertrand Chamayou et Jean-Frédéric Neuburger à la salle Pleyel, Paris.

Trois images du romantisme

Beau concert de l’Orchestre de Paris dans un programme illustrant avec Brahms, Mendelssohn et Franck, trois aspects différents du romantisme. Tant Louis Langrée au pupitre que les deux jeunes solistes au piano ont emporté l’adhésion d’un très nombreux public, en parfaite osmose avec un orchestre très engagé, motivé, sonnant avec éclat.
 

Salle Pleyel, Paris
Le 04/04/2013
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Les âmes ruinées

  • Un Parsifal mal inspiré

  • Nouveau prodige au pupitre

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • L’Ouverture tragique de Brahms, le Concerto pour deux pianos de Mendelssohn et la Symphonie de Franck, illustrent trois approches bien distinctes de l’expression musicale romantique.

    Avec Brahms, nous sommes dans une œuvre presque de circonstance puisque composée en remerciement pour le titre de Docteur Honoris causa que l’Université de Breslau lui avait décerné en 1879. Créée à Vienne en 1881, avec la très différente Ouverture pour une fête académique, cette œuvre est d’une humeur sombre et d’une grande rigueur d’écriture, éclairée cependant par quelques tentations de rythmes et de couleurs populaires, le compositeur n’ayant presque jamais su y résister.

    Mais c’est dans son ensemble une page d’une beauté plutôt sévère, où la fantaisie ni la surprise n’ont guère de place. Louis Langrée joue ce jeu sans le forcer, avec subtilité. Tout comme il sait trouver comment mettre en valeur toute la saveur du Concerto pour deux pianos de Mendelssohn. Ce dernier n’avait que quatorze ans lorsqu’il le composa, mais ce surdoué avait déjà signé plusieurs partitions symphoniques, concertantes et de chambre.

    Ce n’est pas un essai, mais quand même une œuvre de jeunesse, marquée par une sensibilité encore influencée par l’esprit du siècle précédent mais toute tournée aussi vers celui qui va développer tant de nouveautés. C’est une musique brillante, aux couleurs séduisantes, bien construite, avançant vite, habilement inventée pour un dialogue à trois, les deux pianos rivalisent de virtuosité ou de tendresse.

    Magnifique interprétation de Bertrand Chamayou et de Jean-Frédéric Neuburger, élégants, pleins d’esprit, toniques ou rêveurs quand il le faut, imaginatifs, dans un rapport au clavier générateur de sonorités toujours gratifiantes. Un romantisme frais, sincère, sans mièvrerie aucune, avec aussi de la force et beaucoup d’élan vital.

    Que dire ensuite de la célèbre Symphonie en ré mineur de Franck ? Si ce n’est qu’elle est traitée elle aussi avec les honneurs par un orchestre au son ample, à l’harmonie riche et jamais écrasante, avec un vrai souci de la part du chef de mettre en valeur tout ce qui peut alléger cette écriture assez pesante dans sa complexité.

    Les thèmes surgissent bien comme notre mémoire nous les rappelle souvent, mais cette puissante masse orchestrale laisse un peu perplexe surtout si l’on songe aux options prises par d’autres grands symphonistes contemporains. Bref, même fort bien dirigée et exécutée comme, cette symphonie ne semble pas une fois encore tout à fait de même eau que celles des grands romantiques la précédant ou des néo-romantiques la suivant. Un beau moment d’interprétation orchestrale cependant.




    Salle Pleyel, Paris
    Le 04/04/2013
    Gérard MANNONI

    Concert de l’Orchestre de Paris sous la direction de Louis Langrée avec la participation des pianistes Bertrand Chamayou et Jean-Frédéric Neuburger à la salle Pleyel, Paris.
    Johannes Brahms (1833-1897)
    Ouverture tragique op. 81
    Felix Mendelssohn-Bartholdy (1810-1849)
    Concerto pour deux pianos en mi mineur
    Bertrand Chamayou et Jean-Frédéric Neuburger, piano
    César Franck (1822-1890)
    Symphonie en ré mineur M.48
    Orchestre de Paris
    direction : Louis Langrée

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com