altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 20 août 2018

Concert du cycle Brahms autour des solistes des Berliner Philharmoniker à la salle Pleyel, Paris.

Une quinte d’as

La troisième partie du cycle consacré à la musique de chambre de Johannes Brahms donné par les solistes des Berliner Philharmoniker est une demi-déception en raison de la défection du pianiste américain Stephen Kovacevich autour duquel le projet était prévu. Son remplaçant, le Coréen Sunwook Kim, n’est pas vraiment à la hauteur.
 

Salle Pleyel, Paris
Le 20/04/2013
Olivier BRUNEL
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2018 (2) : Affreux, sales et méchants

  • Salzbourg 2018 (1) : Justice pour Josef K.

  • Bayreuth 2018 (2) : Libellules sous haute tension

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • On était resté circonspect après le dernier récital de Stephen Kovacevich en mars dans la même salle Pleyel et dans le cadre de la série Piano****. Le pianiste américain avait eu à plusieurs reprises, et dans des œuvres inscrites depuis toujours à son répertoire, des trous de mémoire fort bien rattrapés mais faisant disparaître des phrases entières, notamment dans la Sonate n° 30 de Beethoven et la longue Rhapsodie n° 2 de Brahms.

    Ayant appris ensuite que le pianiste américain se relevait de graves ennuis de santé, on avait décidé d’attendre sagement sa participation au cycle Brahms des solistes des Berliner Philharmoniker pour le retrouver. Hélas, il était remplacé par le pianiste sud coréen Sunwook Kim, excellent pianiste mais n’ayant pas la même étoffe artistique que Kovacevich !

    La première partie du programme, conçue autour de la participation du pianiste, s’en trouve donc bouleversée, et pas pour le mieux. Sunwook Kim n’a rien d’un leader de musique de chambre. Trop effacé, il n’impose ni une sonorité, ni une dynamique.

    Aussi bien dans la Sonate pour violoncelle et piano n° 1 que dans le Quatuor avec piano n° 3, ses partenaires luttent un peu pour maintenir un équilibre toujours un peu menacé. Seul l’Andante du quatuor reste un moment indiscutablement serein où le dialogue entre les cordes peut s’établir sans hésitation ni déséquilibre.

    Le moment de grâce du concert est le Quintette pour clarinette, deux violons, alto et violoncelle, œuvre tardive de 1891 contemporaine du plus célèbre Trio pour clarinette, violoncelle et piano. Les cinq solistes des Berliner Philharmoniker qui l’interprètent, dont l’excellent clarinettiste Wenzel Fuchs, sont parfaitement rodés .

    Et si leur performance n’atteint pas toujours à la rondeur d’un ensemble constitué et jouant régulièrement, la complicité est bien présente et donne à cette œuvre magnifique de facture toute sa dimension tragique, climat à peine interrompu par le thème élégiaque de l’Adagio.

    Elle culmine sur le Finale à variations, une des plus belles pages de la production chambriste du compositeur.




    Salle Pleyel, Paris
    Le 20/04/2013
    Olivier BRUNEL

    Concert du cycle Brahms autour des solistes des Berliner Philharmoniker à la salle Pleyel, Paris.
    Johannes Brahms (1833-1897)
    Sonate pour violoncelle et piano n° 1 en mi mineur op. 38
    Quatuor pour piano et cordes n° 3 en ut mineur op. 60
    Quintette pour clarinette et cordes en si mineur op. 115
    Guy Braunstein & Christoph Streuli, violon
    Amihai Grosz, alto
    Zvi Plesser, violoncelle
    Olaf Maninger, violoncelle
    Wenzel Fuchs, clarinette
    Sunwook Kim, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com