altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 27 mai 2018

La Création de Haydn et Orfeo ed Euridice de Gluck au Festival de Montreux par René Jacobs.

La création lui va si bien
© Eric Sebbag

© Eric Sebbag

Un emploi du temps vertigineux, des projets à n'en pas finir : René Jacobs enchaîne concerts et disques à un rythme effréné. Après le superlatif Agrippina d'avant l'été, le Cosi d'Aix, le voici à pied d'oeuvre pour un Orfeo de Gluck et la Création de Haydn. Et en plus, il trouve le temps d'être inspiré comme jamais.
 

Festival de Montreux, Montreux
Le 01/09/2000
Philippe VENTURINI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Les âmes ruinées

  • Un Parsifal mal inspiré

  • Nouveau prodige au pupitre

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Après le brillantissime Agrippina de Haendel le printemps dernier au Théâtre des Champs-Élysées, René Jacobs revient cet automne pour diriger le Cosi fan tutte de Mozart monté à Aix-en-Provence (du 12 au 22 octobre), un concert symphonique Haydn-Mozart (le 21 octobre), le Huitième Livre de madrigaux de Monteverdi (le 7 novembre), La Griselda d'Alessandro Scarlatti (20 décembre). Parallèlement, ce diable d'homme aura présenté Orfeo ed Euridice de Gluck à la Cité de la musique (15 et 16 novembre) et un concert Purcell-Scarlatti à Poissy (25 novembre). Le disque n'est pas oublié puisque Jacobs lui confiera ses travaux sur Gluck et Monteverdi (programmes des concerts) mais aussi Purcell (Didon et Enée) après nous avoir fait découvrir Kittel (airs et cantates) puis Keiser (son opéra Croesus). On taira les projets de 2001 pour ne pas assommer le lecteur.

    Invité à Montreux les 1° et 2 septembre derniers, le chef belge conduisait deux oeuvres majeures du second XVIII° siècle : La Création de Haydn et Orfeo ed Euridice de Gluck. Deux partitions qui requièrent un effectif quasi identique et avouent de nombreuses réminiscences du langage baroque même si elles ouvrent de vastes perspectives sur le siècle suivant. Erudit, intelligent et sensible, Jacobs a parfaitement cerné les difficultés et les ambiguïtés de ces deux compositions et en a présenté une interprétation aussi passionnée que subtile, aussi soucieuse du détail que de clarté formelle. Le Freiburger Barockorchester lui prêtait sa virtuosité, sa vigueur et ses couleurs contrastées. Jacobs sut lui offrir une conduite souple et lyrique qui lui fait parfois défaut. Impeccable chez Haydn comme chez Gluck, le RIAS Kammerchor enthousiasme par son sens du théâtre, son homogénéité, sa puissance et sa finesse.
    Jacobs met en lumière chacun des effets, dramatique ou descriptif, qui anime La Création. Du chaos initial au lever de soleil en passant par le portrait des animaux ou l'évocation des insectes, l'illusion musicale est saisissante. Le magicien Jacobs réussit ses tours successifs sans pour autant oublier la ligne directrice de l'oeuvre et son aboutissement dans le triomphe de la fugue finale. Il serait injuste de ne pas nommer les trois solistes, expressifs et nuancés : Sandrine Piau, Jeremy Ovenden et Johannes Mannov.


    Après ce concert donné peu de temps avant à Innsbruck et à Hanovre, René Jacobs dirigeait Orfeo ed Euridice de Gluck. Une première pour Jacobs-chef (le chanteur l'enregistra avec Kuijken voici presque vingt ans) et pour ses trois interprètes, féminines et argentines, Bernarda Fink, Veronica Cangemi et Maria Cristina Kiehr. Coup d'essai et pourtant coup de maître selon la formule consacrée. Concentrés sur l'intensité du drame plutôt que distraits par la seule félicité du chant (tempos toujours très précis et pertinents), les artistes ont signé une interprétation admirable de vérité théâtrale et de beauté vocale. Bernarda Fink incarne le plus noble et le plus douloureux des Orphée. Veronica Cangemi laisse percevoir la fragilité et la sensualité coquette d'Eurydice. L'Amour de Maria Cristina Kiehr raisonne avec humour et aère le drame de ses interventions. Séances de rattrapage à Paris (voir ci-dessus) et à Poissy (le 20 janvier).


    RIAS Kammerchor
    Freiburger Barockorchester
    Direction : René Jacobs

    La Création de Joseph Haydn
    Avec Sandrine Piau (soprano), Jeremy Ovenden (ténor), Johannes Mannov (basse)

    Orfeo ed Euridice de CW Gluck
    Avec Bernarda Fink (Orfeo), Veronica Cangemi (Euridice), Maria Cristina Kiehr (Amore).




    Festival de Montreux, Montreux
    Le 01/09/2000
    Philippe VENTURINI



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com