altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 15 décembre 2018

Concert de l’Orchestre de Paris sous la direction d’Andris Poga, avec la participation du pianiste Alexander Toradze à la salle Pleyel, Paris.

L’ascension d’un jeune chef

L’Orchestre de Paris fait émerger de jeunes chefs, parmi lesquels tout particulièrement le letton Andris Poga (30 ans). Aux côtés d’un autre jeune maestro, Julien Mamondet, il est associé à la formation parisienne en tant que chef assistant, Paavo Järvi lui ayant donné sa chance. Que par le hasard d’une défection de dernière minute, il vient de saisir.
 

Salle Pleyel, Paris
Le 11/12/2013
Nicole DUAULT
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Transcendantal

  • De l’anxiété à l’extase

  • Mahler en finesse

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • La salle Pleyel est bondée ce mercredi 11 décembre. Le public attend avec impatience Mikko Franck. Le chef finlandais de 34 ans doit diriger l’Orchestre de Paris dans le Concerto pour piano n° 3 de Prokofiev, avec en soliste Alexander Toradze, puis la monumentale Symphonie Leningrad de Chostakovitch. Les musiciens commencent à entrer en scène quand Didier de Cottignies, directeur artistique de la formation, annonce que Mikko Franck, de santé fragile, vient d’avoir un malaise qui l’empêche de diriger.

    Pas le temps de trouver un remplaçant de haut vol. L’orchestre doit se débrouiller avec les moyens du bord. Mikko Franck a assuré les répétitions et modelé l’orchestre, qui se retrouve prêt mais sans chef, à ses intentions stylistiques. Le premier violon Philippe Aïche, depuis quelques années, dirige de petites formations. C’est lui qui, désigné par le directeur artistique, monte sur le podium et saisit la baguette.

    Le pianiste géorgien Alexander Toradze (62 ans) est le plus grand spécialiste de Prokofiev et notamment du Troisième Concerto, dont il a réalisé un enregistrement considéré comme une référence. S’il connaît la partition sur le bout des doigts, les musiciens parisiens sont eux aussi familiers de Prokofiev : les cassures rythmiques de la partition conviennent à merveille à leur tempérament quelque peu aventureux.

    L’autorité du pianiste, la vaillance des instrumentistes, l’application d’Aïche font la conquête du public. Sous les applaudissements, le soliste met en avant le chef d’un soir. Philippe Aïche reprend sa place de premier violon solo pour la Symphonie n° 7 de Chostakovitch tandis que monte sur l’estrade Andris Poga. Ce chef de 30 ans, assistant depuis 2011 de Paavo Järvi, n’est pas un inconnu à Pleyel.

    Déjà en septembre, il a remplacé Georges Prêtre souffrant dans la Cinquième Symphonie de Tchaïkovski, et a remporté un franc succès. Son ascension paraît irrésistible, et il n’est guère étonnant qu’il vienne d’être nommé directeur musical de l’Orchestre symphonique de Lettonie, son pays d’origine. Il a de l’envergure, on s’en aperçoit immédiatement.

    Silhouette massive, visage souriant, il dégage une autorité naturelle, avec un geste large, généreux, enveloppant. Les musiciens sont immédiatement en phase avec la pulsation très slave qu’il leur communique et avec la subtilité de son engagement rythmique. C’est à une grandiose Leningrad que l’on assiste, ainsi qu’à la naissance d’un chef.

    Un autre jeune prend lui aussi son envol à l’ombre de l’Orchestre de Paris, Julien Masmondet (36 ans). Fin pédagogue, celui-ci se consacre, le jeudi et le samedi, à des concerts que donne l’orchestre au public jeune. Le 30 novembre, il a dirigé une remarquable interprétation d’extraits de la Symphonie en la majeur de Saint-Saëns.

    À l’Orchestre de Paris, la relève des chefs est assurée. On la doit à un mécène, Bertrand Jacquillat, de la société Associés et Finance. En mémoire de son frère Jean-François qui fut assistant de Charles Munch, premier directeur musical de l’Orchestre, il finance les postes pour la formation et l’épanouissement des jeunes chefs. Andris Poga et Julien Masmondet sont décidément deux noms à retenir.




    Salle Pleyel, Paris
    Le 11/12/2013
    Nicole DUAULT

    Concert de l’Orchestre de Paris sous la direction d’Andris Poga, avec la participation du pianiste Alexander Toradze à la salle Pleyel, Paris.
    Sergei Prokofiev (1891-1953)
    Concerto pour piano n° 3 en ut majeur op. 26
    Alexander Toradze, piano
    Dmitri Chostakovitch (1906-1975)
    Symphonie n° 7 en ut majeur op. 60 « Leningrad »
    Orchestre de Paris
    direction : Philippe Aïche & Andris Poga

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com