altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 22 février 2018

Concert de la Deutsche Kammerphilharmonie Bremen dirigée par Trevor Pinnock avec la participation du pianiste Rafał Belchaz au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.

La vérité de Chopin
© Felix Broede

Voyage au cœur le plus pur du romantisme avec la Deutsche Kammerphilharmonie Bremen, un orchestre allemand pas comme les autres, le chef Trevor Pinnock et un Rafał Blechaz qui surf sur les sommets de l’art pianistique et d’une authentique connaissance du vrai Chopin dans une exécution sans la moindre faille des deux concertos.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 24/01/2014
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Tristan entre en régression

  • Grande musique,
    grands interprètes

  • Un roi Carotte aux petits oignons

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Organisé en entreprise autogérée, dirigé par Paavo Järvi qui lui a fait vivre notamment une passionnante aventure beethovénienne avec l’intégrale des symphonies, la Deutsche Kammerphilharmonie Bremen est l’une de ces formation allemandes qui assurent le répertoire à un très haut niveau. Témoin, d’emblée, l’ouverture des Créatures de Prométhée, ballet de Beethoven créé en 1801 dans une chorégraphie de Vigano et connu par nos contemporains pour sa partition et pour la chorégraphie qui fit la renommée de Serge Lifar à l’Opéra de Paris.

    Cette ouverture est l’œuvre d’un musicien encore jeune, sensible à toute la vie qui l’entoure, qui voyage, rencontre et produit en abondance des partitions majeures de tous ordres, symphonies, piano, musique de chambre. C’est cet appétit créatif qui anime ici le compositeur, plus que le détail d’un livret mythologique compliqué qui tenta pourtant par la suite certains des plus grands chorégraphes du XIXe et du XXe siècle.

    On admire la sonorité des cordes et des vents et la manière dont Trevor Pinnock utilise toute la science qu’il a de la musique baroque pour détailler ce qui caractérise cette période de transition où le romantisme commence juste à s’affirmer. C’est un régal de finesse et de sensibilité.

    Ces qualités, on les retrouve ensuite à un plus haut niveau encore avec les deux concertos de Chopin que joue en soliste Rafał Belchaz. Le jeune pianiste au jeu si rayonnant et enthousiaste nous délivre ce qu’il y a de plus vrai et de plus authentique dans ces deux partitions. La virtuosité est là, accords puissants, traits hallucinants mais toujours déroulés dans des lumières travaillées et différentes, jamais artificiels ni tournant à la démonstration acrobatique.

    Les rythmes d’Europe centrale surgissent avec charme, apportant leurs couleurs non dénuées de nostalgie. Il y a de la sensibilité sans sensiblerie. Ce romantisme est souvent rêveur mais évite encore les noirs désespoirs qui marqueront par exemple les Préludes ou certains mouvements des Sonates.

    Tout cela est traité avec élégance, panache, profondeur, et avec quel art du piano ! Blechaz est de ceux chez qui la puissance n’est jamais brusque, la légèreté jamais anecdotique. La brillance du son peut céder la place à des teintes plombées qui ne s’attardent jamais trop. C’est une virtuosité à la fois jeune et intemporelle, comme l’étaient celles d‘un Rubinstein et d’un Horowitz à tous âges.

    Et quelle apparente facilité chez ce jeune homme aux allures d’adolescent bien qu’il ne soit pas loin maintenant de la trentaine ! Un moment de bonheur largement partagé avec l’orchestre et le chef, très attentifs aux intentions du soliste et préservant ainsi une bien belle unité.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 24/01/2014
    Gérard MANNONI

    Concert de la Deutsche Kammerphilharmonie Bremen dirigée par Trevor Pinnock avec la participation du pianiste Rafał Belchaz au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.
    Ludwig van Beethoven (1770-1827)
    Les Créatures de Prométhée, ouverture
    Frédéric Chopin (1810-1849)
    Concerto pour piano n° 2 en fa mineur op. 21
    Concerto pour piano en n° 1 en mi mineur op. 11
    Rafał Blechaz, piano
    Deutsche Kammerphilharmonie Bremen
    direction : Trevor Pinnock

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com