altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 février 2018

Nouvelle production de Jenůfa de Janáček dans une mise en scène d’Alvis Hermanis et sous la direction de Ludovic Morlot au Théâtre Royal de la Monnaie, Bruxelles.

Moravie 1904, allers-retour
© Karl & Monika Forster

Aux antipodes de la Kát'a Kabanová engluée dans l’encre noire par Andrea Breth à l’automne 2010, Alvis Hermanis partage Jenůfa entre folklore stylisé et réalisme sordide. Si elle pose des questions essentielles sur les enjeux esthétiques du théâtre lyrique contemporain, cette tentative de réinvention d’un art total finit par lasser à l’épreuve du plateau.
 

Théâtre royal de la Monnaie, Bruxelles
Le 24/01/2014
Mehdi MAHDAVI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Grande musique,
    grands interprètes

  • Une leçon de piano

  • Les goûts réunis

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • À cause de la brèche ouverte par Christoph Marthaler et, partant, de l’analogie certes tentante, mais trop hâtive pour être fondée, entre Jenůfa et Kát'a Kabanová, d’aucuns ont pu finir par oublier que ni l’un ni l’autre de ces opéras ne se passent dans une cour de HLM est-allemande ou assimilé. De là à n’en exalter que la veine folklorique… Le raccourci n’en serait pas moins réducteur, tant vis-à-vis des deux pièces – et sans doute même de toute l’œuvre de Janáček – que de la mise en scène de la première par Alvis Hermanis.

    Mais reprenons la chronologie des faits. Lorsque la Monnaie propose à l’homme de théâtre letton de monter Jenůfa, il annonce que son interprétation dépassera le cadre d’une simple actualisation, dans la mesure où il souhaite remonter aux sources de l’opéra, dont le contexte de la création coïncide avec l’apogée du style Art nouveau.

    À l’été 2012, avant de s’attaquer aux Soldats de Zimmerman pour Salzbourg, Hermanis fait le trajet en voiture depuis Riga à travers la Moravie, d’où il rapporte de nombreux livres sur les costumes traditionnels, dont la richesse le fascine. Combinés à l’influence du kabuki et des Ballets russes, ces éléments constituent un environnement stylisé, tant par le jeu que la chorégraphie d’Alla Sigalova, qui traduit en mouvements les volutes ornementales d’Alfons Mucha, métamorphosées en tableau vivant par les vidéos d’Ineta Sipunova.

    Une façon pour le metteur en scène d’assouvir sa soif de beauté en réinventant une forme d’art total qui contraste avec la tendance à l’isolement d’un monde lyrique obsédé par la préservation de sa singularité. Et de mettre en images la musique d’un Janáček à la fois ethnographe et moderniste. Celle-là même qui, au II, s’affranchit de ses racines folkloriques pour mettre le drame à nu, laissant alors le réalisme entrer par la petite porte d’une modeste maison de village, où ressurgissent les signes d’un quotidien sordide troublé par le poids insoutenable du secret.

    Mais cette rupture, à l’instar d’ailleurs de tout ce qui précède, n’est-elle pas au fond qu’une construction intellectuelle, constamment justifiable, et même assez indiscutable, un préalable dramaturgique juxtaposant ethnographie, histoire de l’art et analyse musicale pour poser des questions aussi essentielles certes que stimulantes sur les enjeux esthétiques de la mise en scène d’opéra ?

    Et dès lors que, passé l’effet de surprise, ces deux airs du temps qui soufflent l’un sur – plutôt que contre – l’autre se neutralisent, leur confrontation fait-elle du bon théâtre ? Jusqu’à un certain point seulement, puisqu’en dépit d’une direction d’acteurs prodigieuse – la manière dont chacun assume des codes de jeu antagonistes est proprement stupéfiante –, la quête de vérité érigée en maître-mot par le compositeur ploie sous l’infinité de détails des costumes d’Anna Watkins, qui donnent comme jamais à admirer le savoir-faire des ateliers de la Monnaie, et l’avalanche d’ornements floraux.

    Sans doute le geste de Ludovic Morlot se débat-il contre de semblables limites. Sa direction libère une explosion de couleurs, des aspérités même, mais s’avère curieusement privée d’arêtes dramatiques, et donc de progression, impuissante à renouer avec l’évidence du Pelléas ténébreux qui marqua d’une pierre blanche les débuts dans la fosse du nouveau chef permanent de l’Orchestre symphonique de la Monnaie.

    En se gardant bien de préjuger des affinités d’une distribution très anglo-américaine avec l’idiome tchèque, la vérité, l’évidence, le naturel donc, sont à chercher dans le chant. Une réserve cependant, et de taille. À l’âge où d’autres osent enfin gravir le rocher de Brünnhilde ou déterrer la hache d’Elektra, Jeanne-Michèle Charbonnet semble vouloir tourner la page et entamer sa reconversion dans les emplois de mezzos au caractère bien trempé auxquels la prédestine une étoffe fuligineuse.

    De Kostelnička, elle possède aussi la stature et le tempérament. Mais tiraillée entre les extrêmes d’un vibrato si large et lent qu’il freine le débit cinglant de la Sacristine, elle feule, hulule, râle, éructe, jamais ne chante, et surtout pas un seul aigu juste. À rebours de la tradition qui a imposé un Števa ivrogne mais fringant et un Laca pataud, Nicky Spence et Charles Workman se distinguent par l’insolente facilité de leurs moyens – une révélation dans le premier cas, et une surprise dans le second, tant le ténor américain, toujours éminemment artiste et expressif, a dû lutter ailleurs contre les raideurs d’une émission peu orthodoxe.

    Brisée par la jalousie, rançon désespérée de l’amour véritable, la poupée de porcelaine devient au II une fille-mère à peine sortie de l’adolescence, avant de prendre le deuil d’un bonheur sacrifié sur l’autel des convenances d’une société où l’on n’irait « pas se marier sans couronne ni rubans ». Vibrante et lumineuse, Sally Matthews traverse Jenůfa avec au plus profond du regard une intensité, une détresse qui, reléguant au rang des accessoires les tentatives de rupture esthétique, touche à l’essence de l’expression.




    Théâtre royal de la Monnaie, Bruxelles
    Le 24/01/2014
    Mehdi MAHDAVI

    Nouvelle production de Jenůfa de Janáček dans une mise en scène d’Alvis Hermanis et sous la direction de Ludovic Morlot au Théâtre Royal de la Monnaie, Bruxelles.
    Leoš Janáček (1854-1928)
    Jenůfa, opéra en trois actes (1904)
    Livret du compositeur d’après la pièce Její Pastorkyña de Gabriela Preissova

    Chœurs et Orchestre symphonique de la Monnaie
    direction : Ludovic Morlot
    mise en scène et décors : Alvis Hermanis
    costumes : Anna Watkins
    éclairages : Gleb Filshtinsky
    chorégraphie : Alla Sigalova
    vidéo : Ineta Sipunova
    dramaturgie : Christian Longchamp

    Avec :
    Sally Matthews (Jenůfa), Charles Workman (Laca Klemeň), Nicky Spence (Števa Klemeň), Jeanne-Michèle Charbonnet (Kostelnička Buryjovka), Carole Wilson (Stařenka Buryjovka), Ivan Ludlow (Stárek), Alexander Vassiliev (Rychtář), Mireille Capelle (Rychtářka), Hendrickje Van Kerckhove (Karolka), Beata Morawsla (Pastuchyňa), Chloé Briot (Jano), Nathalie Van de Voorde (Barena), Marta Beretta (Tetka).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com