altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 21 février 2018

Récital Schubert du pianiste Bertrand Chamayou dans la série Piano aux Champs-Élysées au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.

Chamayou investit Schubert
© Thibault Stipal / Naïve

Soirée schubertienne de rêve dans la série annuelle Piano aux Champs-Élysées du TCE, avec un programme finement concocté par Bertrand Chamayou qui, après Paris, sera donné en tournée dans plusieurs villes de France. Un disque sous label Erato le reproduit à l’identique, à une ou deux pièces près. Incontournable.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 07/02/2014
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Tristan entre en régression

  • Grande musique,
    grands interprètes

  • Une leçon de piano

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • S’il a prouvé sa capacité à défendre aussi la musique de son temps, Bertrand Chamayou affirme franchement son goût pour le romantisme. Sa discographie, qui suit en général le programme de ses concerts, a débuté en 2006 par d’époustouflantes Études d’exécution transcendante de Liszt chez Sony, suivies par trois publications chez Naïve, Franck, Mendelssohn et les Années de pèlerinage de Liszt qui furent un vrai choc.

    Aujourd’hui en exclusivité chez Erato, c’est à Schubert qu’il se consacre, avec le même bonheur, la même réussite. Dans un Théâtre des Champs-Élysées bondé – c’est le signe que l’on est désormais dans la vraie grande carrière – il triomphe avec un programme séduisant mais sans concessions.

    Il explique avoir voulu retrouver l’esprit de ces schubertiades qui, à l’époque du compositeur, réunissaient un petit comité d’amateurs éclairés autour de lui pour découvrir ses dernières œuvres pianistiques, vocales ou de musique de chambre. Comme axe principal autour duquel la soirée est bâtie, il a choisi la monumental Wanderer-Fantasie, pièce aussi vibrante de toutes les contradictions passionnelles de Schubert que le non moins fondamental Voyage d’hiver.

    On y retrouve les angoisses, les frustrations, les élans de rage et de violente colère qui chahutent l’âme du compositeur, mais d’où surgissent aussi à tout moment des mélodies absolument bouleversantes dans une apparente simplicité qui semble spontanée et jaillir directement de l’âme comme les plus beaux thèmes de Mozart aussi.

    Avec une sûreté de toucher idéale, la capacité d’attaquer le clavier dans toutes les dynamiques possibles, Chamayou sait animer cet univers à la fois si désespéré, si chaleureux et si charmeur avec autant d’intelligence que de sensibilité. On savait sa capacité d’intériorité depuis ses admirables Années de pèlerinage lisztiennes. Elles ont, c’est vrai, un rapport avec la nature qui est proche de celui de Schubert.

    D’où la présence on ne peut plus justifiée dans ce programme de pièces comme les transcriptions par Liszt de plusieurs mélodies comme Auf dem Wasser zu singen, Der Müller und der Bach et même Erlkönig, où les deux compositeurs se rejoignent dans leur rencontre terrifiante avec la mort. Violence et fureur de certains tempi, déroulement abandonné de certains thèmes, mise en place des transitions, importance des silences, Chamayou maîtrise tout et nous transmet le message schubertien dans sa totalité.

    Les autres pages inscrites au programmes sont tout aussi pertinentes, des Danses allemandes D.790 aux trois extraordinaires Klavierstücke D.946. Partout, ce sont des moments de la vie intérieure de Schubert, comme des photographies intimes, chacune avec sa structure et ses couleurs particulières. Il faut beaucoup de talent et déjà une vaste expérience des musiques de cette époque pour parvenir à nous transmettre de façon aussi personnelle et immédiate ces multiples et infimes variations d’états sensibles, aussi physiques qu’intellectuels, comme toujours chez les romantiques germaniques. Et quelle qualité de toucher jamais dans la brutalité ni dans l’absence de couleur !

    De tout cela, le disque Erato qui vient d’être publié, en témoigne tout aussi clairement.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 07/02/2014
    Gérard MANNONI

    Récital Schubert du pianiste Bertrand Chamayou dans la série Piano aux Champs-Élysées au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.
    Franz Schubert (1797-1828)
    Ländler D. 790
    Auf dem Wasser zu singen (arr. Liszt)
    Scherzo n° 2 D. 593
    Ländler n° 12 D. 366
    Klavierstücke D. 946
    Allegretto D. 915
    Wanderer-Fantasie D. 760
    Der Müller und der Bach (arr. Liszt)
    Litanei (arr. Liszt)
    Erlkönig (arr. Liszt)
    Bertrand Chamayou, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com