altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 28 janvier 2023

Reprise de Nabucco de Verdi à l'opéra Bastille de Paris

La Bastille reprise d'assaut
© Eric Mahoudeau

La musique est plus énergique que raffinée mais les choeurs sont particulièrement à la noce et les solistes possèdent l'abattage nécessaire, bref la reprise de Nabucco à l'opéra Bastille n'a rien perdu de son efficacité.

 

Le 16/09/2000
Michel PAROUTY
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Tristan sans coordination

  • L’art de la formule

  • A London Journey

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • En septembre 1995, cette production ouvrait la saison de l'OpĂ©ra Bastille. On la retrouve cinq ans plus tard, en prĂ©lude Ă  une annĂ©e Verdi que la première scène nationale française ne fĂŞtera que chichement, puisque outre ce Nabucco, elle n'offrira qu'une reprise de Don Carlos.
    Un mot d'ordre domine, ici : l'efficacité. Réglée par Emmanuelle Bastet, la mise en scène de Robert Carsen, dans les décors fort évocateurs de Michael Levine, trace à gros traits l'histoire, au rythme d'une musique plus dynamique que subtile. Les choeurs bougent (et ils chantent superbement, d'autant que Verdi les a particulièrement gâtés), les quelques effets spéciaux sont réussis, quant aux solistes, ils ne s'épargnent guère, même si une direction d'acteurs plus consistante eût ajouté à leur conviction.
    De jolies voix, larges mais musicales (la Fenena de Susanna Poretsky et l'Ismaele de Marco Berti), une réelle présence (Kristinn Sugmundsonn, dont la ligne vocale pourrait être plus souple, mais dont la stature est bien celle du prophète Zaccaria), un baryton sans complexe (le Géorgien Lado Ataneli, Nabucco fort à l'aise mais très conventionnel) ; voilà de quoi satisfaire un auditoire conquis d'avance. Susan Neves fait mieux, et déchaîne l'enthousiasme ; il est vrai que son Abigaïlle, pourtant bien sommairement campée, séduit par sa promptitude à maîtriser les écarts les plus redoutables, son timbre brillant et généreux, son art des nuances, là où d'autres se contenteraient d'étaler leur puissance. James Conlon mène ses troupes tambour combattant. Et le tant attendu " Va pensiero " n'a aucun mal à faire pâmer le public. Gageons que ce spectacle sans problèmes a encore de beaux soirs devant lui.




    Le 16/09/2000
    Michel PAROUTY

    Reprise de Nabucco de Verdi à l'opéra Bastille de Paris
    Nabucco de Giuseppe Verdi
    Direction musicale : James Conlon.
    Mise en scène : Robert Carsen.
    Scénographie : Emmanuelle Bastet
    DĂ©cors : Michael Levine
    Avec Lado Ataneli (Nabucco), Susan Neves (Abigaille), Marco Berti (Ismaele), Kristinn Sigmundsonn (Zaccaria), Susanna Poretsky (Fenena).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com