altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 26 octobre 2020

Récital du pianiste Nicholas Angelich au Jardin des Serres d'Auteuil dans le cadre du cycle "Les Nouveaux Solistes".

Un démon cultivé sous serres
© D.R.

Nicholas Angelich est sûrement l'un des rares pianistes de sa jeune génération à ne pas séduire le public par la seule technicité de son jeu. Ses atouts ? Un toucher d'une grande plénitude et l'inspiration pour seul guide. Il était l'invité des Serres d'Auteuil dimanche dernier.

 

Jardin des Serres d'Auteuil, Paris
Le 17/09/2000
Pauline GARAUDE
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Saint François SDF

  • Chamboule-tout

  • En attendant Görge…

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Les Ballades sont les seules oeuvres pour piano de Brahms où la littérature fait une incursion explicite. La première est inspirée d'une ballade écossaise et les autres adoptent un style libre caractéristique du lied, d'où une tendance à l'épanchement lyrique fréquente avec ces pièces. Nicholas Angelich évite d'emblée cet écueil. Sobre, son phrasé s'appuye sur l'écriture particulièrement verticale de la Première Ballade pour délivrer une vaste palette expressive dont les appoggiatures structurent le relief . Son articulation déliée et volubile ne manque à souligner aucune des arabesques de la Quatrième Ballade, même si l'on peut reprocher à l'américain de ne pas toujours marquer suffisamment les basses ; ce qu'en revanche, il n'a pas manqué de faire dans les Klavierstück XI de Stockhausen - personnellement travaillées avec le compositeur - caractérisant les différentes cellules de l'oeuvre par contrastes d'intensité et de dynamique en s'appuyant sur les limites des résonances de son instrument. De plus, ses attaques, fermes et incisives sont idéalement prescrites pour ce répertoire.
    Mais c'est dans Gaspard de la Nuit de Ravel que sa maturité est la plus étonnante. Malgré les premières mesures un peu trop appuyées et précipitées de Ondine, son jeu au raz du clavier restitue avec une grande adresse la déliquescence des sons. Sa technique sûre lui permet de trouver le timbre juste, dans le Gibet dont il fait sonner le glas de manière sépulcrale. Quant à son Scarbo, il est égal à l'impression finale que laisse l'artiste : démoniaque.








    Jardin des Serres d'Auteuil, Paris
    Le 17/09/2000
    Pauline GARAUDE

    Récital du pianiste Nicholas Angelich au Jardin des Serres d'Auteuil dans le cadre du cycle "Les Nouveaux Solistes".
    Nicholas Angelich, piano
    Brahms : Ballades opus 10
    Stockhausen : Klavierstück XI
    Ravel : Gaspard de la Nuit

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com