altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 26 octobre 2020

RĂ©cital de Rafał Blechaz dans la sĂ©rie Piano**** Ă  la salle Pleyel, Paris.

Baisse de tension
© Felix Broede

On attend toujours beaucoup de Rafał Blechaz. On est donc facilement déçu. Dans un programme Piano*** salle Pleyel Ă  la fois Ă©clectique et traditionnel, le pianiste polonais qui approche la trentaine s’est montrĂ© inĂ©gal et comme en baisse de tension, souvent plus concernĂ© par l’exhibition que par un travail en profondeur.
 

Salle Pleyel, Paris
Le 10/06/2014
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Saint François SDF

  • Chamboule-tout

  • En attendant Görge…

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Le comportement d’un pianiste sur scène ne rĂ©vèle pas forcĂ©ment tout, mais il n’est pas non plus Ă  nĂ©gliger. Trop d’amplitude dans la gestuelle tourne vite Ă  un excès d’exhibition, de mĂŞme que des poses trop prolongĂ©es entre les mouvements d’une sonate. Si l’interprĂ©tation ne quitte pas le sublime, on oublie vite. Quand ce n’est pas le cas, on se dit qu’un peu plus de concentration aurait bien remplacĂ© tant de ronds de bras.

    Rafał Blechaz commençait ce programme par la Sonate en rĂ© majeur KV 311 de Mozart. On serait tentĂ© de dire : rien Ă  signaler. Une lecture peu imaginative, proprette, jolie, mais sans travail sur la sonoritĂ© ni sur la dynamique. Une mise en route pour se chauffer les doigts. Venait ensuite la Sonate PathĂ©tique de Beethoven. Une attaque violente, agressive qui annonce une tentative d’oppositions entre fortissimo et pianissimo.

    LĂ  oĂą la gĂ©niale Lily Kraus commentant l’œuvre se contentait de dire « douleur amère Â», on a une violence plus appassionata que pathĂ©tique, gĂ©nĂ©ralement plus intellectuelle que sensible. On a un peu l’impression de passer Ă  cĂ´tĂ© de l’œuvre, ou tout au moins d’être confrontĂ© Ă  des intentions formulĂ©es de manière contradictoire, plutĂ´t confuse.

    Après l’entracte, Partita n° 3 en la mineur de Bach. Plaisir d’y retrouver un piano qui chante avec un lyrisme adéquat pour jouer habilement des contrastes de climat de ces pièces magistralement agencées par le compositeur. La Sarabande est notamment déroulée avec sensibilité, sans atteinte à la rigueur, et tout cela est animé d’une vie certaine qui parle.

    Et puis, on passe, forcĂ©ment, Ă  Chopin dans un contraste absolu, car tout est traitĂ© ici en pièces de concert pour briller, sans grand souci d’aller chercher plus loin. Des deux Polonaises op. 40, la première est matraquĂ©e avec un maximum d’effets de manches, la seconde, plus rare, baigne dans des couleurs plus intĂ©ressantes aux lueurs sombres porteuses d’angoisse et pas seulement d’étincelles. Un Nocturne assez indiffĂ©rent prĂ©cède le Troisième Scherzo effectivement abordĂ© sous l’angle « je suis un grand virtuose car je joue très vite et très fort Â».

    Bien sĂ»r que Rafał Blechaz sait jouer du piano, bien sĂ»r qu’il a un talent de grande envergure et une personnalitĂ© qu’il a souvent rĂ©vĂ©lĂ©e, mais il nous avait jusqu’ici montrĂ© plus de puissance, d’imagination et une sensibilitĂ© plus sincère, plus subtile, moins brimĂ©e par le dĂ©sir de plaire et la quĂŞte aux applaudissements.

    On se demande si ces jeunes virtuoses tellement doués ne cherchent pas trop à jouer tout et son contraire, avançant de manière souvent imprudente dans toutes les musiques à fois, sans échapper aux pièges qui guettent ces carrières qui s’annoncent longues, à savoir la routine, la perte de lucidité sur soi-même, les risques de la navigation dans cet immense répertoire qui contient toutes les séductions mais aussi tous les dangers.




    Salle Pleyel, Paris
    Le 10/06/2014
    GĂ©rard MANNONI

    RĂ©cital de Rafał Blechaz dans la sĂ©rie Piano**** Ă  la salle Pleyel, Paris.
    Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
    Sonate n° 9 en ré majeur KV 311
    Ludwig van Beethoven (1770-1827)
    Sonate n° 8 en ut mineur op. 13 « Pathétique »
    Johann Sebastian Bach (1685-1750)
    Partita n° 3 en la mineur BWV 827
    Frédéric Chopin (1810-1849)
    Deux Polonaises op. 40
    Nocturne en lab majeur op. 32 n° 2
    Scherzo n° 3 en ut# mineur op. 39
    Rafał Blechacz, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com