altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 15 octobre 2019

Finale du concours des Piano Masters de Monte-Carlo

Un japonais vainqueur au Grand Prix de Monaco
© Matthieu Blanchin sur une id√©e d

Les Piano Masters de Monte-Carlo sont l'exemple type o√Ļ la comp√©tition pianistique rejoint l'√©preuve sportive. √Ä Monaco, la comparaison qui s'impose est √©videmment le Grand Prix de Formule 1, √† ceci pr√®s que le vainqueur est rarement assur√©e d'une carri√®re de champion au royaume des muses.
 

, Monte-Carlo
Le 16/09/2000
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Les Indes en Italie

  • D√©luge sonore

  • Au th√©√Ętre ce soir

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Unique en son genre puisqu'il n'√©choit qu'√† un seul laur√©at et que ne peuvent se pr√©senter que des pianistes d√©ja d√©tenteurs de plusieurs prix internationaux, le concours des Monte-Carlo Piano Masters, dot√© pour la premi√®re par le Prince souverain en personne, a finalement √©lu le japonais Kensei Yamaguchi, le pr√©f√©rant au franco-russe Roustem Sa√Įtkoulov. Jusqu'√† la finale de samedi, c'√©tait Sa√Įtkoulov qui caracolait en t√™te et que tout un chacun donnait gagnant. Mais √† l'ultime √©preuve, les dix membres du jury international pr√©sid√© par Jacques Taddei on pr√©f√©r√© l'interpr√©tation du cinqui√®me concerto de Beethoven du japonais √† celle du troisi√®me de Prokofiev du russe. Il est vrai que Sa√Įtkoulov avait connu quelques probl√®mes de coh√©sion avec l'orchestre en d√©but de premier mouvement, probl√®mes d'ailleurs d√Ľs plut√īt au chef Marc Kissoczy peu √† l'aise √† la t√™te du Philharmonique de Monte- Carlo. Pourtant, il avait, notamment dans le 13e nocturne de Chopin et dans la paraphrase sur Rigoletto de Liszt, montr√© une temp√©rament beaucoup plus int√©ressant que son rival heureux et il constitue la vraie r√©v√©lation du concours. Kensei Yamaguchi pratique un piano brillant, certes, mais beaucoup plus percussif et moins attachant. Son 13e nocturne manquait d'√Ęme et d'expression et son Concerto l'Empereur, tr√®s s√Ľr techniquement, n'avait gu√®re de personnalit√©. On pariera nettement plus sur une carri√®re √† long terme de Sa√Įtkoulov, qui vient d'enregistrer un premier disque chez EMI et qui a sans conteste une vraie nature d'interpr√®te forg√©e notamment au Conservatoire Tcha√Įkovski de Moscou et aupr√®s de Germaine Mounier en France.


    Lire aussi :La bête à concours




    , Monte-Carlo
    Le 16/09/2000
    Gérard MANNONI



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com