altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 03 décembre 2022

Le Chant de la terre de Gustav Mahler par les solistes de l'Orchestre Philharmonique de Radio France dirigés par Pascal Rophé.

Un Chant de la terre plus frugal
© Eric Sebbag

Vendredi dernier, les solistes de l'Orchestre Philharmonique de Radio France ont réussi un pari difficile : donner le Chant de la terre de Mahler dans la version réinstrumentée à " l'économie " de Schœnberg sans donner l'impression qu'il s'agissait d'un choix seulement mesquin. La générosité du chef Pascal Rophé y a beaucoup contribué.
 

Le 23/09/2000
Mathias HEIZMANN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Noces d’essai

  • Retour au salon

  • Verdi par le texte

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • L'histoire de cette adaptation mĂ©rite quelques mots : rĂ©alisĂ©e par SchÂśnberg, elle s'inscrivait dans un projet global visant Ă  faire connaĂ®tre la musique contemporaine au public viennois. Les moyens financiers ne permettant pas de prĂ©senter les oeuvres dans leurs versions originales, on avait optĂ© pour ce subterfuge. Mais Ă©tait-il opportun de reprendre cette adaptation lorsque l'on dispose largement, philarmonique oblige, d'un effectif conforme aux exigences du texte original ? Pourtant il suffisait d'assister Ă  l'exĂ©cution de ce Chant de la terre pour comprendre l'intĂ©rĂŞt du projet.

    Certes la masse orchestrale manque parfois cruellement, particulièrement dans le dernier épisode — L'Adieu, — ou plus généralement lorsqu'il est question d'envoûtement sonore. Mais la réduction de Schoenberg présente d'autres avantages. La réécriture tout d'abord : véritable tour de prestidigitation, elle préserve le texte d'origine tout en apportant une clarté harmonique et polyphonique sidérante qui fait ressortir la modernité de ces pages. Plus encore, l'adaptation change les perspectives d'interprétation : l'oeuvre, désormais chambriste, impose aux interprètes un investissement particulier. Elle renverse au passage les rapports hiérarchiques entre les chanteurs et orchestre et modifie la position des auditeurs : la multiplicité des lieux de rencontres force à la concentration et provoque une véritable osmose avec les interprètes.
    Encore fallait-il, pour que la magie opère, que les interprètes aient compris l'enjeu de l'exercice. Pascal Rophé et son ensemble sont au-dessus de toute critique. Bien plus, ils parviennent à mêler rigueur et sensualité, imposer les jeux individuels dans une oeuvre collective. Rarement un solo de clarinette n'aura provoqué un tel trouble, rarement on aura vu un tel investissement et constaté à quel point il peut transcender une oeuvre, même diminuée d'une partie de sa chair. Seule ombre au tableau, le ténor Donald Litaker semble ignorer que l'orchestre mahlerien n'est pas au grand complet et s'époumone à tue-tête. Olaf Bär, en revanche, se glisse parfaitement dans le tissu instrumental tout en proposant une lecture dépourvue d'artifices. Son discours pourtant possède l'intensité des conteurs pour qui toute chose dite semble avoir été vécue. Une parfaite incarnation en somme pour un chant plus frugal mais jamais fruste.




    Le 23/09/2000
    Mathias HEIZMANN

    Le Chant de la terre de Gustav Mahler par les solistes de l'Orchestre Philharmonique de Radio France dirigés par Pascal Rophé.
    Le Chant de la Terre de Gustav Mahler
    Orchestre Philharmonique de Radio France
    Direction : Pascal Rophé,
    Avec Donald Litaker (ténor) et Oläf Bär (baryton-basse).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com