altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 16 novembre 2018

Concert de Marc Laforêt et François-René Duchâble accompagnés par l’Orchestre de la Garde Républicaine sous la direction de François Boulanger au grand amphithéâtre de l’Université Paris II dans le cadre des Grands Concerts d’Assas.

Assas ressuscité

Après quarante années de silence, Les Grands Concerts d’Assas renaissent à l’Université Panthéon Assas. Pour le premier de ces concerts, deux pianistes français ravissent un amphithéâtre comble. Entourés par l’Orchestre de la Garde Républicaine, Marc Laforêt et François-René Duchable ressuscitent la jeunesse de Chopin et de Mozart.
 

Université d'Assas, Paris
Le 10/02/2015
Claude HELLEU
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Tout en finesse

  • Couple enchanté

  • Du gris terne au rose bonbon

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • C’est Marc Laforêt qui a inauguré le premier des Grands Concerts d’Assas dans une œuvre qu’il connait particulièrement bien : le Concerto n° 1 en mi mineur de Chopin, œuvre d’un compositeur de vingt ans encore tout imprégné de sa Pologne natale. Accompagné de l’Orchestre symphonique de la Garde Républicaine sous la direction de François Boulanger, le pianiste à l’allure discrètement romantique sait en susciter les sentiments pour le meilleur de leur esprit.

    La détermination du phrasé, les nuances du toucher ont la fermeté et la sensibilité requises par une œuvre qu’abîme toute exagération expressive. Naturelles, spontanées, ardeur et pulsations imposent leur charme. Les pointes de mélancolie du Larghetto n’alourdissent jamais sa rêverie. Sous le chant de la main droite, la gauche assure sa présence – deux voix complices. À ce moment de douce lumière succèdent les rythmes d’un Vivace brillamment entraînant. La joie est au rendez-vous, contagieuse. Marc Laforêt sait aimer Chopin et nous offrir sa juvénile séduction.

    Au romantisme qu’on peut qualifier de classique de ce concerto succède un concerto d’une même jeunesse au classicisme rayonnant de romantisme. Mozart a vingt-trois ans quand il écrit pour sa sœur et lui, cinquante et un ans avant celui de Chopin que nous venons d’entendre, son Concerto pour deux pianos et orchestre en mib majeur.

    Deux pianos à égalité, deux pianistes, Marc Laforêt et… François-René Duchâble, disparu des salles de concert après avoir bruyamment mis fin à sa grande carrière de soliste, son piano jeté dans le lac d’Annecy il y a quelques années. Dorénavant vagabond revendiqué, il choisit ses partenaires et les lieux où partager les plaisirs de la musique.

    Entre des spectacles fantaisistes, revenu ce soir parce que le grand amphithéâtre de l’Université Paris II, outre sa rénovation et son embellissement, accueille des étudiants (400 places leur sont réservées à chaque concert). Et parce qu’avec Marc Laforêt et Mozart il savait le bonheur au rendez-vous. Entente parfaite. L’expressivité coule de source d’un interprète à l’autre. Interpellations, réponses, fusions, traits jumelés, accords à l’unisson, phrasés complices, accompagnement mutuel, enchaînements évidents, la connivence chante et enchante. Libres et conquérants, sur la même longueur d’ondes, ils se retrouvent de même dans un Andante dont les arpèges souriants repoussent les ombres inhérentes à tout sentiment.

    Quelques notes avalées au début du Rondo final pris un peu trop vite n’atténuent pas son entrain jubilatoire. Une poursuite s’y grise de rythmes décidés mais sans lourdeur. Grisantes, les modulations coulent de source. La cadence en duo des solistes s’insère idéalement dans l’échange avec l’orchestre, respectueux de la prépondérance des pianos. Ils sont en effet irrésistibles. La joie sans réserve d’une salle comble les remercie de leur enthousiasme et provoque en bis la reprise alors accomplie du troisième mouvement.

    Bruno Leonardo Gelber sera le soliste du prochain de ces Grands Concerts d’Assas dans le Troisième Concerto de Rachmaninov mardi 24 mars.




    Université d'Assas, Paris
    Le 10/02/2015
    Claude HELLEU

    Concert de Marc Laforêt et François-René Duchâble accompagnés par l’Orchestre de la Garde Républicaine sous la direction de François Boulanger au grand amphithéâtre de l’Université Paris II dans le cadre des Grands Concerts d’Assas.
    Frédéric Chopin (1810-1849)
    Concerto pour piano et orchestre n° 1 en mi mineur
    Marc Laforêt, piano
    Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
    Concerto pour deux pianos et orchestre n° 10 en mib majeur
    François-René Duchable & Marc Laforêt, pianos
    Orchestre symphonique de la Garde Républicaine
    direction : François Boulanger

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com