altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 05 aoűt 2020

Nouvelle production d’Orfeo ed Euridice de Gluck dans une mise en scène de David Marton et sous la direction d’Enrico Onofri dans le cadre du festival les Jardins mystérieux de l’Opéra de Lyon.

Jardins mystérieux (2) :
Les tripatouillages d’Orphée

© Bertrand Stofleth

Drôle de production pour ce deuxième volet des Jardins mystérieux à l’Opéra Nouvel. L’Orphée et Eurydice de Gluck s’y voit détourné par le metteur en scène David Marton, dont les choix dramaturgiques exigent un certain interventionnisme dans la partition. Très belle exécution musicale au demeurant pour cet ouvrage si peu théâtral.
 

Opéra national, Lyon
Le 18/03/2015
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • L'aube d'Ă©tĂ©

  • RĂ©ouverture

  • Des tĂ©nèbres Ă  la lumière

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Quitte Ă  inclure les jardins Ă©lysĂ©ens dans le festival de printemps de l’OpĂ©ra de Lyon, on eĂ»t prĂ©fĂ©rĂ© se frotter Ă  ceux du miraculeux Orfeo de Monteverdi, dont on sait pertinemment qu’il aurait coĂ»tĂ© le double face aux trois modestes personnages de Gluck, dont l’Orfeo ed Euridice est prĂ©sentĂ© ici dans la version originale viennoise en langue italienne.

    Un ouvrage qui, avouons-le, n’est pas vraiment notre répertoire de prédilection, si peu théâtral, et surtout flanqué d’un épouvantable happy end représentant tout ce que la convention pouvait avoir de plus néfaste. Le metteur en scène David Marton semble d’ailleurs beaucoup s’amuser du peu de matière dramatique de cet opéra si révéré en son temps, en en proposant un dynamitage en bonne et due forme.

    On y assistera à un spectacle sur la réminiscence et le souvenir, où un vieil Orphée, poète faisant cliqueter sa machine à écrire à coups de passages de la nouvelle le Calmant de Beckett, se remémore ses amours de jeunesse pour Eurydice sur une plage de sable fin où trône une drôle de maison en pierre de guingois et à l’abandon.

    Ce faisant, le rôle principal sera scindé en deux : entre le vieux poète tenu par le vétéran Viktor von Halem, timbre toujours aussi sépulcral emblématique de tant de productions de Parsifal, affichant ici de glorieux restes, tant vocalement que physiquement, avec ses allures de Michael Lonsdale à longue crinière blanche, et le jeune amoureux d’autrefois tenu par le contre-ténor Christopher Ainslie, impeccable, suave, homogène, joli legato de surcroît.

    Plus déroutant encore, mais tout aussi bien sonnant, le transfert du rôle d’Amour à six maîtrisiens à l’unisson, la crème de la crème du genre, tant en termes de justesse que de phrasé ou de joli relief de l’italien. Seule la brave Eurydice peut ici chanter tel quel son rôle, auquel la ravissante Elena Galitskaya réserve un timbre d’une exquise pureté et des intentions lumineuses et tout en finesse.

    On s’agacera d’ailleurs plus des multiples points d’arrêts et silences imposés au rythme de la musique que des petits détournements tels ce hautbois solo sur scène, ces échos entendus sur une vieille radio au I, au milieu de prévisions météo, ou le passage douloureux pour l’oreille d’un train à grande vitesse interrompant le vieillard à deux reprises.

    Si l’on adhère également à la manière dont David Marton souligne l’incongruité du deus ex machina final en faisant revenir sur scène choristes et solistes en costumes de concert, partitions à la main, l’orchestre émergeant de la fosse progressivement surélevée pour les accompagner, on comprend assez mal pourquoi il cherche tant à souligner la faiblesse de la dramaturgie du livret.

    En transformant par exemple la détresse d’Eurydice en scène de ménage devant la soupe du soir, où les amants ne cessent de se regarder dans les yeux, ou encore face à ce repas de famille où les six enfants du couple (les mêmes qui chantent Amour) se font tancer par leur père pour avoir mis les coudes sur la table. Amusant, mais pas sûr que l’ouvrage y gagne sa place au panthéon des chefs-d’œuvre dramatiques !

    L’ensemble est toutefois d’autant plus enlevé qu’Enrico Onofri transforme l’Orchestre de l’Opéra de Lyon en magnifique formation XVIIIe, timbres chatoyants à l’ancienne qu’on prendrait à l’aveugle pour un authentique orchestre baroque, articulations bien découpées et belle énergie rythmique. On en viendrait presque à oublier que les passages dansés sont littéralement laissés à l’abandon sur scène (ces chœurs au ralenti !), et qu’on doit se contenter de la Danse des esprits bienheureux sans le moment de grâce du solo de flûte central ajouté pour la version parisienne.




    Opéra national, Lyon
    Le 18/03/2015
    Yannick MILLON

    Nouvelle production d’Orfeo ed Euridice de Gluck dans une mise en scène de David Marton et sous la direction d’Enrico Onofri dans le cadre du festival les Jardins mystérieux de l’Opéra de Lyon.
    Christoph Willibald Gluck (1714-1788)
    Orfeo ed Euridice, opéra en trois actes (1762)
    Version viennois en italien sur un livret de Calzabigi

    Maîtrise, Chœurs et Orchestre de l’Opéra de Lyon
    direction : Enrico Onofri
    mise en scène : David Marton
    décors : Christian Friedländer
    costumes : Pola Kardum
    Ă©clairages : Henning Streck
    préparation des chœurs : André Kellinghaus

    Avec :
    Christopher Ainslie / Victor von Halem (Orfeo), Elena Galitskaïa (Euridice), Léo Caniard / Noé Chambriard / Yoan Guérin / Simon Gourbeix / Tom Nermel / Cléobule Perrot (Amore).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com