altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 18 aoűt 2019

Concert de l'Orchestre des Concerts Lamoureux, sous la direction de Yutaka Sado, avec le flûtiste Emmanuel Pahud.

Les Lamoureux sous l'emprise de Sado
© Concerts Lamoureux

Depuis 1993, lentement mais sûrement, c'est sous la direction de son premier chef invité, le Japonais Yutaka Sado, que l'Orchestre des Concerts Lamoureux poursuit sa reconquête d'un public dominical, mélomane et pas snob pour un sou. Un superbe concert ouvrait la saison de l'association symphonique parisienne, au Théâtre des Champs-Elysées.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 24/09/2000
Stéphane HAIK
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Bayreuth 2019 (2) : Sur la route

  • Bayreuth 2019 (1) : Coup de foudre ?

  • Orange 2019 (2) : Sur les chapeaux de roues

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Il y a quelques mois encore, l'Orchestre des Concerts Lamoureux avait du vague Ă  l'âme: chassĂ©e de la salle Pleyel par le nouveau propriĂ©taire des lieux, bien dĂ©cidĂ© Ă  donner congĂ© Ă  quelques-uns de ses locataires jugĂ©s encombrants, la formation parisienne a bel et bien failli devenir SDF si le théâtre de l'avenue Montaigne n'Ă©tait pas venu Ă  son secours in extremis. Un concert parmi d'autres ? Pas vraiment, car Yutaka Sado a une nouvelle fois prouvĂ© qu'il Ă©tait un musicien d'un raffinement extrĂŞme, sous des aspects de chef dĂ©monstratif Ă  souhait. Pas Ă©tonnant, quand on sait que le Japonais fut l'Ă©lève et l'assistant de Leonard Bernstein : mĂŞme expressivitĂ© du corps, tout entier sollicitĂ© dans une gymnastique que l'on estimerait bien grandiloquente si elle ne produisait pas d'insoupçonnables effets sonores, mĂŞme clartĂ© dans le geste, capable, de la main droite, de "porter l'estocade" par de violentes incisions dans la masse comme de souligner, de la main gauche, de dĂ©licates arabesques. Il faut l'avoir vu et entendu dans Halil, nocturne pour flĂ»te et orchestre de Leonard Bernstein, pour prendre toute la mesure de son talent ; cette musique-lĂ  respire Ă  pleins poumons, sans une once d'asphyxie: les cordes des Lamoureux atteignent une clartĂ© de texture inouĂŻe, tandis que la flĂ»te d'Emmanuel Pahud – incontestablement, l'un des meilleurs flĂ»tistes actuels – rĂ©ussit des prodiges de virtuositĂ©, avec une aisance dĂ©concertante. Mais l' expressivitĂ© de Sado sur scène, si elle est un spectacle Ă  elle seule, n'est, en quelque sorte, que la partie immergĂ©e de l'iceberg ; sous la surface gronde un " dresseur " d'orchestre inestimable - Ă  la manière sans doute d'un Toscanini ou d'un Reiner en leur temps -, qui a transformĂ© un orchestre en perdition en bolide symphonique, au point que ce dernier pourra peut-ĂŞtre bientĂ´t grignoter la suprĂ©matie des Rolls-Royce de la capitale. L'interprĂ©tation de la très populaire Symphonie du Nouveau Monde de Dvorak stigmatise au mieux les progrès des Lamoureux, prompts dĂ©sormais Ă  offrir de vĂ©ritables dĂ©gradĂ©s de couleurs et d'authentiques courbes dynamiques, jusqu'Ă  rendre perceptible la moindre nuance, mĂŞme infinitĂ©simale, sans oublier la cohĂ©rence absolue d'un groupe de musiciens, visiblement sous le charme et l'emprise d'un chef providentiel. Un grand concert, vraiment.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 24/09/2000
    Stéphane HAIK

    Concert de l'Orchestre des Concerts Lamoureux, sous la direction de Yutaka Sado, avec le flûtiste Emmanuel Pahud.
    Halil de Leonard Bernstein
    Concerto pour flûte n° 1 de Mozart
    Symphonie du Nouveau Monde de Dvorak
    Orchestre des Concerts Lamoureux, Direction : Yutaka Sado,
    avec Emmanuel Pahud (flûte).


     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com