altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 03 avril 2020

La Belle Hélène de Jacques Offenbach au théâtre du Châtelet.

À chacun son Hellène
© M.N. Robert

La critique n'est pas une science exacte et altamusica aime à confronter les points de vue pour permettre à ses lecteurs de se faire une religion. Notre collaborateur Michel Parouty n'avait pas apprécié la mise en scène et avait de sérieuses réserves sur la direction musicale, Gérard Mannoni qui a sans doute gardé une âme d'enfant est en revanche un inconditionnel du spectacle.
 

Théatre du Châtelet, Paris
Le 29/09/2000
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • RĂ©chauffement climatique

  • Pas si muet

  • Adams chez Pierre & Gilles

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Pour que vive l'oeuvre d'Offenbach, il est indispensable d'en retrouver les clĂ©s, c'est-Ă -dire les Ă©quivalences exactes de ce qui paraissait Ă  l'Ă©poque comique, parodique, audacieux, divertissant, satyrique. Reflets d'une sociĂ©tĂ© assez pourrie, dont les problèmes de fond n'Ă©taient pas si diffĂ©rents des nĂ´tres quant aux inĂ©galitĂ©s, aux guerres et aux pitreries des politiques, la plupart de ces partitions sont marquĂ©es du saut de la franche gaietĂ©, voire du dĂ©lire intĂ©gral comme OrphĂ©e aux Enfers.

    Les deux approches les plus intéressantes sont celles que l'on pourrait appeler "à la Martinoty", c'est-à-dire en donnant corps à tous les symboles sociaux et politiques sous-jacents, et celle "à la Laurent Pelly", c'est-à-dire en recréant les mécanismes du rire théâtral, à la manière des branquignoles. L'essentiel est de ne pas rater son coup. Avec cette Belle Hélène, Pelly, Minkowski et leurs équipes ont prouvé qu'il était possible aujourd'hui de faire crouler une salle de rire avec ces personnages et cette histoire archi-connue, sans jamais sombrer dans la vulgarité ni dans le cliché à la mode.

    Tout est complètement fou dans ce spectacle, le décor et les costumes mélangeant comme dans un cauchemar burlesque antiquités et modernité, le comportement des héros animés d'étranges mécanismes chorégraphiques, le choix de la très distinguée Dame Felicity Lott pour incarner cette coquine d'Hélène. Et quelle incarnation ! Chaque geste est juste, chaque intonation est exacte, chez cette grande fille raffinée mais tellement prête à s'encanailler. Il y a du Vacances romaines (1) dans cette débauche-là, car la vie avec un mari comme le Ménélas crampon si finement campé par Sénéchal doit être encore pire que l'étiquette de la cour d'Angleterre. Alors, tout faire pour y échapper, même en rêve, même en deux rêves superposés ! Là est vraiment le moteur de l'action et de la parodie et c'est ce que la mise en scène traduit sans relâche.


    C'est vif, rapide, malin, servi par des personnalités comiques qui se confirment comme celle de Naouri en Agamemnon, ou qui se révèlent comme celles de François Le Roux en Calchas, de Marie-Ange Todorovitch en Oreste, de Felicity Lott, en premier, et même de Yann Beuron, excellent en bellâtre rusé. On chante bien, on joue bien, on bouge comme au ballet, la musique fuse, les dialogues légèrement revisités aussi. Il faut être bien blasé et quelque peu repu pour bouder face à tant de talent et de pétillante intelligence théâtrale et musicale.

    Lire aussi l'avis moins favorable de Michel Parouty

    (1) Un film de William Wyler




    Théatre du Châtelet, Paris
    Le 29/09/2000
    GĂ©rard MANNONI



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com