altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 août 2018

Gruppen de Stockhausen sous la direction de Matthias Pintscher, Paul Fitzsimon et Bruno Mantovani à la Philharmonie 2, Paris.

Le retour de Gruppen

Dirigé par les plus grands chefs au siècle dernier, Gruppen s’est ancré dans le répertoire classique et profite de la modularité de la Cité de la Musique pour être programmé à nouveau à Paris dans le cadre d’un court Festival Stockhausen. En première partie, Matthias Pintscher propose une œuvre importante de Jonathan Harvey et le superbe Antiphonen de Zimmermann.
 

Philharmonie 2, Paris
Le 30/01/2016
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2018 (2) : Affreux, sales et méchants

  • Salzbourg 2018 (1) : Justice pour Josef K.

  • Bayreuth 2018 (2) : Libellules sous haute tension

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • D’une vingtaine de minute, … towards a pure land de Jonathan Harvey, créée en 2006, recherche à travers le bruit infime et presque permanent des cordes une latence quasi mystique. Sa première partie en forme d’arc s’achève dans de très faibles sons aux violoncelles et violons où semble se conclure la pièce, qui reprend en réalité comme elle a commencé pour s’achever réellement dix minutes plus tard par la même recherche de sonorités quasi inaudibles, cette fois dans un jeu inversé entre violons et violoncelles. Matthias Pintscher garde la main sur l’Ensemble Intercontemporain et en fait particulièrement ressortir les bois.

    Antiphonen de Bernd Alois Zimmermann, compositeur dont on continue la redécouverte en France après le récent Requiem pour un jeune poète, en attendant que l’Opéra de Paris ne remonte son chef-d’œuvre lyrique Die Soldaten, est basé sur le procédé liturgique d’antiphonie, alternance entre deux chœurs.

    Il se différentie du procédé responsorial faisant alterner un soliste et un chœur, démarche paradoxale ici puisque la pièce est faite pour soliste et petit orchestre. Le jeu d’alternance est donc déplacé entre chaque musicien de l’orchestre, qui utilise aussi la voix comme instrument, en récitant des extraits de plusieurs textes, dont le Caligula de Camus, pendant que l’altiste Odile Auboin gère impeccablement sa partie soliste.

    Merveille du XXe siècle, le concert se clôt avec Gruppen, qui trouve maintenant une place dans les programmes classiques du monde entier après avoir été jouée et enregistrée par les plus grands chefs, Claudio Abbado ou Michael Gielen en tête. Créée en 1958 par le jeune Pierre Boulez, avec en deuxième et troisième chefs Bruno Maderna et Karlheinz Stockhausen, la pièce avait déjà profité de la Cité de la Musique en 1998, dirigée toujours par Pierre Boulez, mais cette fois accompagné de David Robertson et Peter Eötvös.

    Dans cette salle adaptée pour jouer la musique du siècle dernier et celle du futur, l’œuvre prend toute sa grâce et permet à l’auditeur immergé au milieu des trois orchestres au parterre de vivre un moment où les repères d’espaces et de temps sont remis en cause, tandis que l’auditeur au balcon devient spectateur de cette formidable machine à trois orchestres. Précis mais pas tout à fait assez net, Matthias Pintscher gère d’un geste assuré l’ensemble, mais semble perdre à une occasion l’orchestre placé à sa gauche et dirigé par Paul Fitzsimon, ce dernier étant surtout très attentif aux mouvements verticaux des deux bras de Bruno Mantovani en face de lui (et donc à la droite de Pintscher).

    Il n’en reste pas moins que les équilibres rythmiques et sonores sont le reste du temps parfaitement respectés et gagnent en souplesse ce qu’ils perdent en rigueur par rapport à l’interprétation de 1998, disponible ici. Autour d’une quinzaine de minutes, l’explosion de bruits emplit la salle puis se calme une dernière fois pour s’achever devant un public totalement conquis.




    Philharmonie 2, Paris
    Le 30/01/2016
    Vincent GUILLEMIN

    Gruppen de Stockhausen sous la direction de Matthias Pintscher, Paul Fitzsimon et Bruno Mantovani à la Philharmonie 2, Paris.
    Jonathan Harvey (1939-2012)
    … towards a pure land, pour grand orchestre
    Bernd Alois Zimmermann (1918-1970)
    Antiphonen, pour alto et petit orchestre
    Odile Auboin, alto
    Karlheinz Stockhausen (1928-2007)
    Gruppen, pour trois orchestres
    Orchestre du Conservatoire de Paris
    Ensemble Intercontemporain
    direction : Matthias Pintscher
    direction II : Paul Fitzsimon
    direction III : Bruno Mantovani

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com