altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 05 juillet 2020

Concert de l’Orchestre philharmonique de Radio France sous la direction d’Eliahu Inbal, avec la participation du flûtiste Emmanuel Pahud à la Philharmonie de Paris.

Immensité spirituelle

Sous la direction hautement inspirée d’Eliahu Inbal et en l’honneur de ses 80 ans, le Philharmonique de Radio France se retrouve à ses sommets dans la Neuvième de Bruckner. La création française de la Flûte en suite de Jörg Widmann avait ouvert le concert, qui s’est conclu sur un Joyeux anniversaire à l’orchestre, repris en chœur par le public.
 

Philharmonie, Paris
Le 04/03/2016
Claude HELLEU
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • RĂ©ouverture

  • Des tĂ©nèbres Ă  la lumière

  • RĂ©chauffement climatique

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • L’engagement est solennel. La tension est immĂ©diate. La gravitĂ© d’une foi victorieuse impose sa passion et sa sĂ©rĂ©nitĂ©, quelles que soient les Ă©preuves. Dès le mystère nĂ© des cors, l’envergure, la puissance de la direction d’Eliahu Inbal entraĂ®ne l’Orchestre Philharmonique au cĹ“ur d’une profondeur d’emblĂ©e grandiose. La Neuvième Symphonie de Bruckner se rĂ©vèle dans sa spiritualitĂ© telle une Ă©vidence que la musique consacre. En lames de fond orchestrales, confiance et espĂ©rance dĂ©fient le monde. Sous la bannière des cuivres, la fusion des pupitres ne laisse aucune place Ă  l’angoisse. Leur union sublime l’exigence incandescente du compositeur.

    Sourire des premières mesures du Scherzo. Magnificence de l’homogénéité de martèlements dont le caractère implacable demeure glorieusement lumineux. La grandeur des phrasés, la dynamique de nuances aux crescendos admirables, les déferlements rayonnent d’une plénitude inaltérable. Contrairement à nombre d’interprètes, Eliahu Inbal ne met aucune terreur dans ce moment d’une vitalité indomptable. Et pourquoi ne pas danser au sein de cette ferveur ? L’équilibre de l’orchestre permet de suivre chacun des élans qui tissent cette prodigieuse vision d’un homme habité par sa foi.

    « Mon Ĺ“uvre dernière, je la dĂ©die Ă  celui dont la majestĂ© prime toutes les majestĂ©s. C’est Ă  Dieu que je l’offre, s’Il l’accepte. Â» On sait que Bruckner, malade, n’a pas eu le temps d’écrire le Finale de ce testament dont l’évidence s’impose ce soir, mĂŞme sans lire cette dĂ©claration. L’esprit dont Inbal investit son ultime symphonie resplendit d’une puissance que conclut un Adagio dont le message de paix vaut pour toutes les croyances. L’homogĂ©nĂ©itĂ© des cordes, leur attaque telle une main tendue, les montĂ©es sublimes, la simplicitĂ© des recueillements, la joie de l’amour, la sobriĂ©tĂ© de l’exaltation plongent dans les trĂ©fonds de sa mĂ©ditation, s’élèvent au-delĂ  des mots. Pouvoir de la musique ainsi expressive. Elle transcende notre contemplation.

    Auparavant, création française de Flûte en suite de Jörg Widmann. Emmanuel Pahud harmonise les couleurs de ses huit pièces en s’alliant selon chacune à un groupe instrumental de l’orchestre. Solo rêveur de la flûte repris par les flûtes de l’orchestre en duo, trio, quatuor, d’une Allemande séduisante. Sarabande avec le violon solo puis toutes les cordes. La flûte lance ainsi chaque mouvement en s’entourant de pupitres spécifiques, bois, cuivres au mieux de leurs prestations.

    Choral 1, Courante, Choral 2, Barcarolle, Cadenza se succèdent en démonstrations dont la diversité se teinte vite d’uniformité. Éclats et agilité abusent des forte. On se lasse d’une sonorité trop souvent suraigüe à l’instrument soliste. La Badinerie, pour finir, réunit tous les intervenants d’un orchestre brillamment différencié. Qu’on écoutera au sommet de son art dans la symphonie de Bruckner.




    Philharmonie, Paris
    Le 04/03/2016
    Claude HELLEU

    Concert de l’Orchestre philharmonique de Radio France sous la direction d’Eliahu Inbal, avec la participation du flûtiste Emmanuel Pahud à la Philharmonie de Paris.
    Jörg Widmann (*1978)
    Flûte en suite
    Création française
    Emmanuel Pahud, flûte
    Anton Bruckner (1824-1896)
    Symphonie n° 9
    Orchestre philharmonique de Radio France
    direction : Eliahu Inbal

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com