altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 novembre 2018

Récital de Luis Fernando Pérez dans la série l’Âme du piano à la salle Gaveau, Paris.

Granados en vedette
© Mirare

Le pianiste espagnol Luis Fernando Pérez, dont les passages en France semblent devenir réguliers, a mis en valeur les Goyescas de Granados, monument pianistique en marge du répertoire courant. Une interprétation grandiose, plus convaincante que celle des pages de Chopin et Debussy jouées en première partie de ce récital à la salle Gaveau.
 

Salle Gaveau, Paris
Le 14/03/2016
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Lucifer mène la danse

  • En fond de cale

  • Tout en finesse

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • De Piano aux Jacobins et de la Roque d’Anthéron à la salle Gaveau, en passant par l’Auditorium du Louvre et la publication des Goyescas chez Mirare, Luis Fernando Pérez s’est finalement affirmé en France aussi comme une personnalité majeure du monde pianistique actuel. Mais a-t-il eu raison de faire précéder sa magistrale interprétation desdites Goyescas salle Gaveau par une première partie consacrée à Chopin et Debussy ?

    La Première Ballade de Chopin et l’Isle joyeuse de Debussy furent certes jouées avec éclat, les contrastes et les emportements de la ballade parfois marqués d’un rubato exagérés ne gâtant pas une vision globale puissante et les couleurs rutilantes et même ruisselantes de l’Isle joyeuse bénéficiant d’un toucher très habile. Les trois nocturnes s’intercalant entre ces pages eurent malheureusement plus de mal à s’affirmer, le pianiste restant dans une sorte de no man’s land émotionnel sans parvenir à créer un climat bien défini.

    Nous étions quand même un peu sur notre faim lorsque Pérez, pour débuter la deuxième partie de la soirée consacrée aux Goyescas, en fit une présentation détaillée dans un excellent français, révélant n’en doutons pas à une bonne partie de l’auditoire les secrets de ces pages complexes, d’une extrême difficulté d’exécution non seulement pour leur technique mais aussi pour la richesse de leur contenu anecdotique puisque, inspirée par l’univers fort des peintures de Goya, la suite pour piano créée en 1911 devint en 1915 un opéra.

    Des sept pièces qui la composent, certaines ont acquis une célébrité individuelle comme la Jeune fille et le rossignol, la première chantant pour le second qui lui répond, symbole de l’amour total, ou l’Amour et la mort, qui inspira en 1955 un ballet à Ana Ricarda pour la compagnie du Marquis de Cuevas. Les Goyescas sont des pages puissantes, très hautes en couleur, très riches en sentiments extrêmes, sensuelles, illustrant souvent de façon figurative ce qu’elles expriment, comme le chant du rossignol où la mort et ses mystères. C’est un univers contrasté entre ombres et lumières, comme celui de Goya.

    Luis Fernando Perez a su en rendre les multiples aspects dans toute leur variété et toute leur profondeur. Des sonorités amples, un toucher passant avec dextérité de la puissance à la légèreté, une technique somptueuse dominant les immenses difficultés de l’écriture de Granados. Une heure de grande musique généreuse, de très beau piano à la fois sensible et intelligent, par un interprète de premier plan ici bien chez lui, mais que l’on sait également impressionnant dans d’autres répertoires.




    Salle Gaveau, Paris
    Le 14/03/2016
    Gérard MANNONI

    Récital de Luis Fernando Pérez dans la série l’Âme du piano à la salle Gaveau, Paris.
    Frédéric Chopin (1810-1849)
    Nocturne en ut# mineur op. posthume
    Ballade n° 1 en sol mineur op. 23
    Nocturne en ut# mineur op. 27 n° 1
    Nocturne en réb majeur op. 27 n° 2
    Claude Debussy (1862-1918)
    L’Isle joyeuse
    Enrique Granados (1867-1916)
    Goyescas
    Luis Fernando Pérez, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com