altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 25 mai 2018

Le duo Marie-Josèphe Jude et Jean-François Heisser aux Journées Ravel de Montfort l'Amaury

Le duo des entrechats
© Journées Ravel

Pour leur 5e année, les Journées Ravel de Montfort l'Amaury sont placées sous le thème "la Musique et la Danse". Pour l'illustrer, les pianistes Marie-Josèphe Jude et Jean-François Heisser ont choisi un programme très chorégraphique avec des extraits de Casse Noisette, le Sacre du printemps et bien sûr, la Valse.
 

Journées Ravel, Montfort L'Amaury
Le 07/10/2000
Pauline GARAUDE
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Les âmes ruinées

  • Un Parsifal mal inspiré

  • Nouveau prodige au pupitre

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Le duo pianistique de Marie-Josèphe Jude et Jean-François Heisser compose un alliage dont la force réside dans l'opposition et la complémentarité. Lui : la matière brute sonore dont la sculpture architecturale confine à l'abstraction. Elle : souplesse, lyrisme et volupté ; son visage inhale la musique et la prolonge dans ses moindres gestes jusqu'au bout des doigts, dansant avec ses poignets alors que lui s'emploie méthodiquement à en découvrir l'ossature par son jeu plus percussif et systématique.

    Parmi les quatre extraits de la Suite de Casse Noisette de Tchaikovsky, la Valse des Fleurs offrait le meilleur équilibre entre les deux pianistes. Elle restituant l'expressivité insouciante et légère de la valse, lui le ciment rythmique. Dommage que ses basses aient couvert les aigus de sa complice dans la Danse Chinoise, et que son 5e doigt ? par manque de timbre ? n'ait pas suffisamment restitué la couleur des célestas de Danse de Fée Dragée. Pas assez de Yin, trop de Yang, ou l'inverse ? Toujours est-il que pour cette raison, la Valse de Ravel ne " décolle " pas. Marie-Josèphe Jude brille pourtant de ses glissandi plein de verve, Jean-François Heisser de l'impétuosité quasi désinvolte de ses accords, mais le tourbillon qui habite cette oeuvre manque de vertige

    Il aura fallu attendre le Sacre du Printemps pour que le duo opère sa fusion. L'écriture plus "horizontale" que "verticale", à la polytonalité et aux dissonances terrifiantes est remarquablement rendue par la superposition des plans et des timbres. Lui est le maître du langage percussif et son jeu sied au chaos et au rituel obsessionnel du Sacre, tandis qu'elle donne le contrepoint vocal, insoutenable déchirure de l'introduction du Sacrifice. Une caricature de la division des sexes ? Peut-être mais Stravinsky ne leur a pas laissé le choix.




    Journées Ravel, Montfort L'Amaury
    Le 07/10/2000
    Pauline GARAUDE

    Le duo Marie-Josèphe Jude et Jean-François Heisser aux Journées Ravel de Montfort l'Amaury
    5es Journées Ravel, Montfort l'Amaury ;
    Marie-Josèhe Jude et Jean-françois Heisser, pianos
    Pyotr Ilyich Tchaikovsky. : extraits de la Suite de Casse Noisette
    Maurice Ravel : la Valse
    Igor Stravinski : le Sacre du Printemps

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com