altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 20 octobre 2018

Cinquième symphonie de Mahler par l’Orchestre de la NDR Radiophilharmonie de Hanovre sous la direction d’Andrew Manze en ouverture du week-end Mahler du Printemps des arts de Monte-Carlo 2016.

Monte-Carlo 2016 (1) :
L'homme pressé

© Benjamin Ealovega

Nommé en 2014 à la tête du NDR Radiophilharmonie de Hanovre, le violoniste et chef d'orchestre britannique Andrew Manze, ancien patron de l’Academy of Ancient Music, livre une étonnante interprétation de la Cinquième Symphonie de Mahler, d'une énergie rare et vivifiante en ouverture du week-end mahlérien du Printemps des arts de Monte-Carlo.
 

Auditorium Rainier III, Monaco
Le 08/04/2016
David VERDIER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Le psychopathe triste

  • Brahms transcendé

  • Patchwork vocal

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Orchestre invité à l'occasion du dernier week-end du Festival du Printemps des Arts, la NDR Radiophilharmonie de Hanovre ouvre les débats avec au programme une Cinquième Symphonie assez inattendue, sous la baguette de son nouveau directeur musical Andrew Manze. Violoniste virtuose rompu au répertoire baroque, l'ancien responsable de l'Academy of Ancient Music a réussi sa métamorphose en livrant un Mahler rutilant et énergique.

    La trompette qui ouvre la Trauermarsch n'a pas l'habituel apprêt boutonné des versions germaniques, ni l'abandon désespéré style Mitteleuropa. Pour un peu, on y croiserait le fantôme d'une autre célébrissime Cinquième, si la charge explosive qui suit n'explosait avec toute la violence requise. Redoutable test acoustique que cette introduction, l'image sonore semble confinée dans un espace relativement étroit dans lequel la circulation des timbres et les volumes apparaît figée.

    Andrew Manze ne laisse aucun répit à ses troupes, raccourcissant à l'envi les archets pour mieux détacher les contours des phrases. Les pizzicatos du Stürmisch bewegt résonnent comme des coups de poignard, la masse orchestrale progressant vers un horizon inéluctable avec la détermination d'un mécanisme lancé à vive allure. La petite harmonie fait les frais d'une approche aussi implacable, et l’on relève plusieurs approximations dans le tuilage des réponses ainsi que l'impact amoindri de cuivres très sollicités.

    La battue assèche le propos dans le Scherzo, la rigueur du geste oblitérant la nécessaire émotion. Point d'attendrissement psychologique dans un Adagietto à la pointe sèche, où la motricité des pupitres l'emporte sur l'expressivité verticale des strates instrumentales. Le Rondo-Finale se lance à l'assaut bille en tête, alternant explosions de fanfares et chevauchements infernaux des thèmes. Le point de fuite aspire progressivement les tutti en apnée, brûlant les contours comme au contact d'une boule de feu. On sort sonné de cette curieuse expérience, comme aux beaux jours de la redécouverte à la lumière d'un autre style interprétatif d'un répertoire qu'on croyait rangé pour toujours au rayon classique.




    Auditorium Rainier III, Monaco
    Le 08/04/2016
    David VERDIER

    Cinquième symphonie de Mahler par l’Orchestre de la NDR Radiophilharmonie de Hanovre sous la direction d’Andrew Manze en ouverture du week-end Mahler du Printemps des arts de Monte-Carlo 2016.
    Gustav Mahler (1860-1911)
    Symphonie n° 5 en ut# mineur
    NDR Radiophilharmonie de Hanovre
    direction : Andrew Manze

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com