altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 12 juillet 2020

Nouvelle production des Maîtres Chanteurs de Nuremberg de Wagner dans une mise en scène de David Bösch et sous la direction de Kirill Petrenko à l’Opéra de Bavière.

Des Maîtres de référence ?
© Wilfried Hösl

Dans l’emblématique Bayerische Staatsoper de Munich, une nouvelle production des Meistersinger était attendue depuis longtemps. Si la distribution tient largement le niveau et attire grâce à la présence des invités Jonas Kaufmann et Sara Jakubiak, la mise en scène de David Bösch déçoit et la direction de Kirill Petrenko interroge sur la nouveauté en art.
 

Nationaltheater, MĂĽnchen
Le 29/05/2016
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • RĂ©ouverture

  • Des tĂ©nèbres Ă  la lumière

  • RĂ©chauffement climatique

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Pour sa deuxième mise en scène wagnĂ©rienne de la saison après le Vaisseau fantĂ´me Ă  Francfort, David Bösch inscrit volontairement l’action dans la sociĂ©tĂ© contemporaine, avec pour dĂ©cor (Patrick Bannwart) deux HLM s’écartant au besoin pour laisser la place Ă  l’historique joute musicale. Un ring de boxe apparaĂ®t Ă  l’occasion et la joute du III est prĂ©sentĂ©e sur grand Ă©cran avec portraits gĂ©ants des concurrents, image dĂ©jĂ  vue dans d’autres productions.

    Si l’idée communautaire transposée dans une cité pouvait paraître intelligente, elle retombe rapidement en raison des costumes de Meentje Nielsen, mélange d’habits bavarois revisités à la mode dark pour les femmes et de tenues de tous les jours pour les hommes, dont Jonas Kaufmann en perfecto, jeans et baskets, façon crooner en mal de succès.

    De réflexion sur l’art on ne trouvera nulle trace, de rapports passionnés entre Eva et Walther ou protecteurs entre Walther et Sachs on ne saura rien non plus. Le sentiment que Bösch ait essentiellement voulu appuyer sur les accents comiques de l’ouvrage peine à convaincre quand on rit à peine à un gag sur dix, même lorsque Beckmesser doit s’essayer au chant en haut d’une cage de chantier ou que l’acteur Kaufmann se trémousse tant bien que mal sur une chaise électrifiée.

    En décalage avec ce travail grossier, la finesse de Kirill Petrenko fait reflet, mais bloque également sur la partition de Wagner en évitant de trop s’y installer. Comme toujours avec le chef russe, la tenue de l’ensemble impressionne, la continuité dramatique permanente bénéficie d’une incroyable clarté globale, dans laquelle chaque instrument reste à la fois intégré et individualisé dans la masse. On découvre alors des sonorités inédites et des doublures de vents très identifiées et toutefois fondues sur un même accord.

    © Wilfried Hösl

    Pourtant, cette approche dramatique idéale dans Richard Strauss semble parfois en contradiction avec la partition wagnérienne et ses motifs. Ainsi, aucune noirceur ni tension n’affleure à l’arrivée du Veilleur de nuit, malgré la voix bien assise de Tareq Nazmi. Idem pour les deux premières scènes du II, enchaînées avec la même intimité pendant vingt minutes sans jamais lier instruments et leitmotivs avec les personnages. Le III accentue la problématique, d’abord par un prélude sans profondeur, puis par un interlude de Sankt Krispin fuyant tout caractère exalté et passant à côté des penchants festifs de l’œuvre, à l’instar de tout le Finale.

    S’il peut sembler ici qu’on veuille défendre la tradition face à l’art nouveau, rappelons que la nouveauté a aussi ses effets de mode, et si le directeur de la Bayerische Staatsoper n’en est clairement pas un, le son inédit qu’il produit peut surprendre au premier abord sans marquer à long terme.

    Sur le plateau, la qualité globale de la distribution reflète le niveau d’une des plus belles maisons au monde. Les maîtres ouvrent peu la bouche, mais sont toujours très justes. Markus Eiche joue un Beckmesser plaisant et crédible, notamment dans les deux airs où il fait exprès de ne pas être parfait. Wolfgang Koch manque de profondeur dans les graves mais porte son texte avec intelligence, tandis que son élève Benjamin Bruns (David) passionne par l'esprit du chant et par le timbre.

    Okka von der Damerau (Magdalene) répond avec éclat à la voix agréable de Sara Jakubiak, dont la prononciation pour Eva s’est nettement améliorée par rapport à ses Marietta et Agathe des derniers mois, sans être encore suffisante pour un ouvrage dans lequel la compréhension du texte prime. Le Walther de Jonas Kaufmann ravit par le naturel et le charisme en scène, sans développer d’abord son chant à outrance, pour mieux le déployer au III dans un contrôle de la mezza-voce toujours aussi parfait. Cela impressionne à défaut de totalement passionner, et questionne sur cette soirée dont la qualité ne suffit pas à compenser les défauts pour rester gravée comme une référence.




    Nationaltheater, MĂĽnchen
    Le 29/05/2016
    Vincent GUILLEMIN

    Nouvelle production des Maîtres Chanteurs de Nuremberg de Wagner dans une mise en scène de David Bösch et sous la direction de Kirill Petrenko à l’Opéra de Bavière.
    Richard Wagner (1813-1883)
    Die Meistersinger von Nürnberg, opéra en trois actes (1868)
    Livret du compositeur

    Chor der Bayerischen Staatsoper
    Bayerisches Staatsorchester
    direction : Kirill Petrenko
    mise en scène : David Bösch
    décors : Patrick Bannwart
    costumes : Meentje Nielsen
    vidéos : Falko Herold
    Ă©clairages : Michael Bauer
    préparation des chœurs : Sören Eckhoff

    Avec :
    Wolfgang Koch (Hans Sachs), Christof Fischesser (Veit Pogner), Kevin Conners (Kunz Vogelgesang), Christian Rieger (Konrad Nachtigall), Markus Eiche (Sixtus Beckmesser), Eike Wilm Schulte (Fritz Kothner), Ulrich Reß (Balthasar Zorn), Stefan Heibach (Ulrich Eißlinger), Thorsten Scharnke (Augustin Moser), Friedemann Röhlig (Hermann Ortel), Peter Lobert (Hans Schwarz), Christoph Stephinger (Hans Foltz), Jonas Kaufmann (Walther von Stolzing), Benjamin Bruns (David), Sara Jakubiak (Eva), Okka von der Damerau (Magdalene), Tareq Nazmi (Nachtwächter).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com