altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 09 aoŻt 2020

La 7e symphonie de Mahler avec l'orchestre de l'Opéra Bastille dirigé par Jams Conlon.

Conlon un peu √† c√īt√©
de son "Schwung"

© Eric Mahoudeau

Cette ann√©e, l'Op√©ra Bastille d√©veloppe une programmation d'oeuvres en dehors du domaine exclusivement lyrique pour mettre en valeur son orchestre. Ma√ģtre des lieux, James Conlon a ouvert cette saison dans la saison avec la Septi√®me Symphonie de Gustav Mahler, intitul√©e il est vrai "Chant de la nuit".
 

Opéra Bastille, Paris
Le 28/09/2000
Yutha TEP
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • L'aube d'√©t√©

  • R√©ouverture

  • Des t√©n√®bres √† la lumi√®re

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • La Septi√®me Symphonie est longtemps demeur√©e la moins jou√© des symphonies de Malher, sans doute de par sa r√©putation d'oeuvre " difficile " engendr√©e par une complexit√© √©vidente. Complexit√© structurelle d'abord avec des mouvements extr√™mes qui ne donnent pas l'impression de s'int√©grer au m√™me sch√©ma d'√©criture par √©pisodes que les autres. D'entr√©e, ce caract√®re h√©t√©roclite met naturellement √† l'√©preuve le sens architectural d'un chef.

    La même diversité préside à l'éventail des couleurs orchestrales, que Malher porte à une complexité étourdissante par l'adjonction d'instruments parfaitement exotiques, tels glockenspiel, cloches de troupeau, guitare, mandoline, et même un fouet : là encore, le chef se doit d'établir un subtil équilibre entre les griseries de cette débauche de sonorités et la nécessité de préserver une couleur fédératrice. Telle quelle, la Septième Symphonie constitue une fête enivrante pour un orchestre et pour ses solistes, souvent sollicités par cette "musique de chambre pour grand orchestre".

    James Conlon conna√ģt son Malher, et ses enregistrements consacr√©s au compositeur (citons √©galement ses disques consacr√©s √† Zemlinsky), √† la t√™te du G√ľrzenischer Orchester ou de l'Op√©ra de Cologne, en attestent suffisamment. Plus solide qu'exaltant, il dirige ici le flux musical en grand professionnel, sans heurt, sans non plus de moments m√©morables. Jouant habilement du va-et-vient si caract√©ristique de Malher, entre moments de suspension sublime et commentaires d'une ironie mordante, entre sourire amer et froncements de sourcil, Conlon se montre plus convaincant dans les fracas des allegro extr√™mes (particuli√®rement par l'utilisation de cuivres d'une verdeur incisive) que dans deux Nachtmusik un brin rigides (l'√©pisode "m√©diterran√©en" incluant guitare et mandoline favorise trop manifestement la moquerie).


    De même, le Scherzo et sa valse grotesque auraient pu troquer la rythmique appuyée choisie par Conlon, contre un "Schwung" (1) plus authentiquement viennois ; reconnaissons du moins la réussite du trio de hautbois central, qui assuma à la perfection la simplicité poignante de la mélodie populaire. En assez bonne forme et malgré une acoustique qui tend à assourdir le son, l'Orchestre de l'Opéra a fait valoir sa brillance, avec notamment des vents dignes d'éloges (des cuivres aussi à l'aise dans le grinçant de l'allegro initial que dans l'éclat solaire du final, hautbois moqueurs ou "romantiques" selon les exigences de la partition). Seule réserve, les pupitres de violons ont ponctuellement souffert d'un petit manque de cohésion. Le travail du chef américain mérite les applaudissements nourris d'un public ravi, mais lui manque peut-être la capacité à faire miroiter cette symphonie scintillante entre toutes, à utiliser pleinement les sonorités claires de son orchestre, comme pourraient le faire un Ozawa ou un Chung.

    (1) élan, envolée




    Opéra Bastille, Paris
    Le 28/09/2000
    Yutha TEP

    La 7e symphonie de Mahler avec l'orchestre de l'Opéra Bastille dirigé par Jams Conlon.
    Gustav Malher : Symphonie n¬į7 "Chant de la nuit"
    Orchestre de l'Opéra National de Paris
    James Conlon, direction

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com