altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 19 juin 2019

Nouvelle production de l’Amour de Danaé de Strauss dans une mise en scène d’Alvis Hermanis et sous la direction de Franz Welser-Möst au festival de Salzbourg 2016.

Salzbourg 2016 (2) :
Pluie de plomb sur Danaé

© Monika Forster

Donné pour la deuxième fois à Salzbourg en quatorze ans, l’Amour de Danaé, ultime opéra de Richard Strauss créé in loco trois ans après sa mort, devra se contenter, en guise de ruissellement d’or, de la pluie de plomb du conservateur Alvis Hermanis. Heureusement, les Wiener scintillent en fosse, soutenant un plateau solide à défaut d’être transcendant.
 

GroĂźes Festspielhaus, Salzburg
Le 08/08/2016
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Naufrage en musique

  • Un Rigoletto d’avenir

  • Une tragĂ©die dĂ©mythifiĂ©e

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • L’édition 2016 de Salzbourg, toujours en transition suite au dĂ©part anticipĂ© d’Alexander Pereira pour la Scala, assume le service minimum au niveau lyrique, avec la reprise de la trilogie Mozart-Da Ponte de Sven-Eric Bechtolf, la co-production de l’Ange exterminateur de Thomas Adès, et ce seul Amour de DanaĂ© pour ce qui est du gĂ©nome du festival, West Side Story et le Faust de Gounod n’étant en rien reprĂ©sentatifs de la manifestation autrichienne.

    En ce qui concerne Strauss, on s’étonnera juste d’une nouvelle production du rare et à vrai dire secondaire Liebe der Danae, créé in loco en 1952 et donné à nouveau pour le cinquantenaire il y a quatorze ans, alors que Salzbourg n’a plus affiché Salomé depuis 1993, pour ne rien dire de pépites comme Daphné ou Arabella qui y auraient toute leur place, bien que la première n’y ait jamais été représentée, et la seconde plus depuis 1958.

    Si encore un vrai projet scĂ©nique avait sous-tendu le retour de la princesse dĂ©laissant l’or pour l’amour, comme en 2002 dans le spectacle dĂ©calĂ© de GĂĽnter Krämer ! Mais on reste pantois devant la mise en scène figurative, façon gentil Enlèvement au sĂ©rail, proposĂ©e par Alvis Hermanis, autrement inspirĂ© dans les Soldats et Gawain, quoique tout aussi acadĂ©mique dans le Trouvère. Le Letton n’avait-il pas du reste revendiquĂ© fin juillet dans un entretien au Standard « je suis conservateur, et fier de l’être Â» ?

    © Michael Poehn

    Même si le livret assez alambiqué de Joseph Gregor indique que certains des créanciers venant réclamer leur dû à Pollux sont originaires de Syrie, on comprend mal la raison d’une transposition intégrale dans l’univers des Mille et une Nuits et le décor unique d’un palais en gradins carrelés couverts de tapis persans où chacun rivalise de hauteur de turban. Le tout dans une direction d’acteurs inexistante et un univers de conte naïf vaguement teinté de motifs Art Nouveau, avec force éléphant géant pour Jupiter, danseuses du ventre pour l’or de Midas, et un véritable petit âne pour la vie modeste choisie in fine par Danaé aux côtés du muletier.

    Soit trois heures d’un spectacle transformant l’or en plomb, qui nous aura fait souvent lorgner du cĂ´tĂ© de la fosse oĂą scintillent comme jamais les Wiener, pourtant sous la direction guère transcendante de Franz Welser-Möst, qui s’ébroue sans insuffler une vraie tension dramatique mais en modulant au moins la dynamique d’un ouvrage foisonnant. Ce que gère le mieux le chef autrichien reste les grands Ă©clats Ă  coup de machine Ă  tonnerre et les plages suspendues sous la ligne vocale du rĂ´le-titre, devant l’orfèvrerie d’une Philharmonie de Vienne aux cordes ensorceleuses, aux bois bucoliques, Ă  la pâte orchestrale digne de la « mythologie joyeuse Â» du dernier Strauss.

    Le plateau, un cran en dessous de la précédente production menée alors par Fabio Luisi, reste très correct. Si Gerhard Siegel offre à Midas un vilain timbre mais des aigus bétonnés parfois un peu bas, les deux autres ténors bénéficient de la présence de Wolfgang Ablinger-Sperrhacke, Pollux obséquieux, vif-argent, et Norbert Ernst, Mercure façon David des Maîtres Chanteurs. N’était le souvenir de Franz Grundheber, le Jupiter de Tomasz Konieczny ferait plus d’effet encore à son entrée en scène, où ses aigus assénés avec une projection dépassant tous ses partenaires donnent d’emblée une belle impression d’autorité. Dès que la nuance retombe, le Polonais se replie en revanche sur une émission rentrée, avec un timbre rappelant celui d’un Kurt Moll, qui ne s’épanouit vraiment que sur les hauteurs déployées, dans la colère du roi des Dieux.

    Chez les dames, la Xanthe de Regine Hangler joue à merveille le soprano léger sous anabolisants, face à la Danaé éthérée de Krassimira Stoyanova, legato soigné et aigus somnambuliques mais format parfois ténu pour un emploi qui sied mieux à des sopranos plus mordants, et surtout déclamation floue, privée de consonnes, donnant l’impression de vocaliser sans texte au-dessus d’une pâte orchestrale de rêve. Combien de fois a-t-on pensé ce soir qu’une Anne Schwanewilms eût été idéale pour cet ultime soprano straussien ?




    GroĂźes Festspielhaus, Salzburg
    Le 08/08/2016
    Yannick MILLON

    Nouvelle production de l’Amour de Danaé de Strauss dans une mise en scène d’Alvis Hermanis et sous la direction de Franz Welser-Möst au festival de Salzbourg 2016.
    Richard Strauss (1864-1949)
    Die Liebe der Danae, heitere mythologie en trois actes op. 83
    Livret de Joseph Gregor d’après une idée de Hugo von Hofmannsthal

    Konzertvereinigung Wiener Staatsopernchor
    Wiener Philharmoniker
    direction : Franz Welser-Möst
    mise en scène et décors : Alvis Hermanis
    costumes : Juozas Statkevičius
    Ă©clairages : Gleb Filshtinsky
    vidéos : Ineta Sipunova
    chorégraphie : Alla Sigalova
    préparation des chœurs : Ernst Raffelsberger

    Avec :
    Krassimira Stoyanova (Danae), Tomasz Konieczny (Jupiter), Norbert Ernst (Merkur), Wolfgang Ablinger-Sperrhacke (Pollux), Regine Hangler (Xanthe), Gerhard Siegel (Midas), Pavel Kolgatin, Andi Früh, Ryan Speedo Green, Jongmin Park (Vier Könige), Mária Celeng (Semele), Olga Bezsmertna (Europa), Michaela Selinger (Alkmene), Jennifer Johnston (Leda).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com