altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 18 août 2018

Première à l’Opéra du Rhin du Tour d’écrou de Britten dans la mise en scène de Robert Carsen, sous la direction de Patrick Davin.

Manoir, mon beau manoir…
© Klara Beck

Belle ouverture de saison à Strasbourg, où l’Opéra du Rhin reprend, avec une bonne direction et un plateau moyen, le Tour d’écrou conçu par Robert Carsen pour le Theater an der Wien. Souvent déçu récemment par l’académisme grandissant du Canadien, on reconnaît de réelles qualités à ce Britten à la scénographie de toute beauté, éclairé à la perfection.
 

Opéra du Rhin, Strasbourg
Le 21/09/2016
Yannick MILLON
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2018 (2) : Affreux, sales et méchants

  • Salzbourg 2018 (1) : Justice pour Josef K.

  • Bayreuth 2018 (2) : Libellules sous haute tension

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • En septembre 2011, Robert Carsen présentait au Theater an der Wien sa vision du Tour d’écrou de Britten, avec pour la première fois sa participation aux costumes et au décor, dans une production saluée comme une belle réussite d’un metteur en scène aujourd’hui symbole d’une forme de classicisme moderne dans le monde lyrique. Importateur du spectacle, l’Opéra du Rhin le propose à son tour, d’abord à Strasbourg puis à Mulhouse, en ouverture de saison 2016-2017.

    Sans jamais se départir de son esthétique un peu lisse, Carsen parvient à servir cette intrigue fantomatique avec un recours habile à la vidéo en contrepoint de l’action principale, chacune des dix-sept scènes du livret ouverte et fermée par une sorte d’oculus. Envisagée comme un hommage au cinéma muet, sa mise en scène sait distiller le trouble de la présence surnaturelle de Quint, dont l’apparition derrière la fenêtre en image incrustée fait froid dans le dos, ainsi qu’une manière de désir à travers le rêve érotique de la Gouvernante, endormie dans un lit à la verticale (une image empruntée depuis par Olivier Py pour ses Dialogues des Carmélites), songe-vidéo en surimpression où Jessel et le serviteur s’enlacent à la manière des films de vampires des années 1930.

    L’autre point fort du spectacle réside dans sa scénographie, un manoir de Bly vu sous toutes les coutures grâce au décor manipulé avec virtuosité par une quinzaine de techniciens chaleureusement applaudis aux saluts, intérieur sans meubles aux hauts murs, dans des nuances de gris d’une amorce de mauvais rêve, laissant filtrer par la fenêtre des images de nature en noir et blanc s’irisant au gré du vent. Comment ne pas saluer enfin la beauté des éclairages, latéraux et rasants, projetant autant d’ombres sur les consciences ? On regrettera au final seulement un II plus paresseux, au dénouement sans force dramatique par rapport à des productions récentes comme celles de Jonathan Kent à Glyndebourne ou Valentina Carrasco à Lyon.

    © Klara Beck

    Plus cruelle et aiguisée que la vision scénique, la direction au scalpel de Patrick Davin choisit, plutôt qu’un inquiétant flou guère dans ses habitudes, d’exposer en lumière crue et avec une présence sonore parfois excessive malgré seulement treize instrumentistes en fosse, le langage si particulier de Britten, timbres coupants, vraie dynamique du rythme et beau sens du drame, avec un Orchestre symphonique de Mulhouse parfois fragile ou trop concret (la clarinette) mais aux quelques individualités remarquables (la mixture flûte en sol-clarinette basse).

    On restera en revanche sur notre faim quant à la distribution, où seuls les enfants convainquent, quand bien même leur positionnement fréquent en fond de scène ne les aide pas à passer l’orchestre. Car le Peter Quint surdimensionné de Nikolaï Schukoff, un bon Parsifal, peine à alléger sans y laisser timbre et intonation, à l’étroit dans une vocalité éloignée de son biotope, aussi gêné aux entournures que la Gouvernante de Heather Newhouse, aigus instables et trémulants, déclamation pauvre en relief.

    Quant à la Mrs Grose écorchée d’Anne Mason et la Miss Jessel au singing formant de walkyrie de Cheryl Barker, elles enferment leurs rôles dans le stéréotype, loin de la richesse psychologique de ces personnages féminins secondaires qui sont une mine d’or du répertoire opératique britannique. Plateau insuffisant donc pour parer un spectacle d’excellente facture, qui compte parmi les réussites récentes de Robert Carsen.




    Opéra du Rhin, Strasbourg
    Le 21/09/2016
    Yannick MILLON

    Première à l’Opéra du Rhin du Tour d’écrou de Britten dans la mise en scène de Robert Carsen, sous la direction de Patrick Davin.
    Benjamin Britten (1913-1976)
    The Turn of the screw, opéra en deux actes avec prologue (1954)
    Livret de Myfanwy Piper d’après Henry James

    Production du Theater an der Wien

    Orchestre symphonique de Mulhouse
    direction : Patrick Davin
    mise en scène : Robert Carsen
    décors & costumes : Robert Carsen & Luis Carvalho
    éclairages : Robert Carsen & Peter Van Praet
    vidéos : Finn Ross

    Avec :
    Nikolaï Schukoff (Prologue / Peter Quint), Heather Newhouse (la Gouvernante), Anne Mason (Mrs Grose), Cheryl Barker (Miss Jessel), Philippe Tsouli (Miles), Odile Hinderer (Flora).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com