altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 15 septembre 2019

Ouverture de la saison lyrique Ă  Montpellier avec Luisa Miller de Verdi

Luisa la Candeur
© Marc Ginot

Il se prépare un déluge verdien pour célébrer le centenaire de la disparition du compositeur. L'opéra de Montpellier qui lui réserve l'essentiel de sa saison -sous le cri de ralliement "Viva Verdi"- vient d'ouvrir les hostilités avec Luisa Miller, une production qui augure favorablement de sa programmation.
 

Opéra, Montpellier
Le 06/10/2000
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Vieux prĂŞtre d’IsraĂ«l

  • Salzbourg 2019 (8) : Et puis s’en va…

  • Salzbourg 2019 (7) : Diablement drĂ´le

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Pour aborder cet opĂ©ra mĂ©lodramatique entre tous mieux vaut ne pas sombrer dans un expressionnisme outrancier. La musique de Verdi y pousserait d'ailleurs moins que le texte inspirĂ© par Intrigue et Amour de Schiller. C'est ce qu'a parfaitement compris Jean-Claude Fall dont la mise en scène dĂ©pouillĂ©e, pudique, un peu distanciĂ©e, n'est Ă  aucun moment un plĂ©onasme par rapport aux torrents Ă©motionnel des mots, ni par rapport aux qualitĂ©s dramatiques de la musique et du chant. En calmant le jeu théâtral, il permet aux situations dont l'intensitĂ© ne flĂ©chit jamais, d'ĂŞtre touchantes, car elles paraissent plus vraisemblables, moins agressives. Quatre enfants qui observent sans cesse l'action d'un coin ou l'autre de la scène apportent aussi la fraĂ®cheur de leur regard qui devient du mĂŞme coup un peu celui du spectateur.

    La sobriété des décors de Gérard Didier, celle des costumes à la fois contemporains et intemporels d'Agostino Cavalca, vont dans le même sens, celui d'un refus de surenchérir sur le drame. À cet égard, le spectacle est une vraie réussite. Luisa Miller est l'une de ces héroïnes d'opéra dont la naïveté et l'indéfectible pureté pourraient être exaspérantes si la musique dont elles sont parées ne les sauvait de cette difficile situation. Mince et blonde, fragile à souhait, la Suédoise Gunnel Bohman, avec cependant quelques beaux moments, ne fut pas toujours à l'aise dans ce rôle astreignant. En revanche, l'infortuné Rodolfo était campé par un tout jeune ténor ukrainien du nom de Konstantin Andreev, excellent physique, voix bien en place et de belle couleur, tout ce qu'il faut pour lui assurer le plus brillant avenir. Une carrière qui débute mais qu'il faut suivre. Marco Guidarini a effectué un travail très valable à la tête de l'orchestre National de Montpellier et le reste de la distribution, les trois voix masculines graves notamment, était assuré par des routiers de la scène lyrique de toute sécurité. C'est une ouverture tonique et positive à la saison Viva Verdi de l'Opéra de Montpellier.




    Opéra, Montpellier
    Le 06/10/2000
    GĂ©rard MANNONI

    Ouverture de la saison lyrique Ă  Montpellier avec Luisa Miller de Verdi
    Luisa Miller de Giuseppe Verdi
    Orchestre et choeurs de l'Opéra National de Montpellier
    Direction : Marco Guidarini
    Mise en scène : Jean-Claude Fall
    DĂ©cors : GĂ©rard Didier
    Costumes : Agostino Cavalca
    Avec Giorgio Giuseppini (le Comte Walter)- Konstantin Andreev (Rodolfo)- Sylvie Brunet (Frederica)- Luigi Roni (Wurm)- Frederick Burchinal (Miller)- Gunnel Bohman (Luisa)- Liliana Faraon (Laura)- Franck Bard (un paysan)

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com