altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 25 février 2018

Récital du pianiste Simon Ghraichy au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.

Selon le répertoire
© DGG

Lycées français du Mexique et du Liban, Paris à 16 ans, son enfance et sa jeunesse expliquent qu’à 30 ans Simon Ghraichy privilégie un répertoire de musique latino-américaine rarement joué. Il s’y montre en meilleure connivence qu’avec Liszt et Debussy, présents pour leur influence sur les compositeurs plus folkloriques de son programme.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 04/03/2017
Claude HELLEU
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Tristan entre en régression

  • Grande musique,
    grands interprètes

  • Un roi Carotte aux petits oignons

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Il y eut avant l’entracte, et après. Avant, Simon Ghraichy commence son récital par la Danzon n° 2 d’Arturo Márquez. Un rythme lourdement souligné, des accords durs, une main gauche inexistante quand elle ne tape pas le clavier nous assènent la transcription pour piano seul d’une des danses de la très populaire série mexicaine, acclamée d’emblée par la salle remplie de copains.

    Quant à la Sonate en si mineur de Liszt ensuite, attaquée avec une grande concentration sur des accords d’ouverture qui battent des records de raideur lapidaire, elle va enchaîner des moments discontinus et totalement décousus. L’absence de sonorité d’un toucher uniforme, les phrasés courts souvent brouillés de pédale ignorent toute projection. La gratuité du rubato et des accélérations, la platitude et l’exagération des rares moments cantabile, la violence de frappes ignorantes de toute nuance ne viennent de et ne vont nulle part. Par petits bouts, privée de son immense architecture, l’œuvre devient vite ennuyeuse et se traîne à n’en plus finir.

    Simon Ghraichy se montre sympathiquement plus en phase avec le répertoire qu’il aborde après l’entracte. Il s’est changé, les ors de son costume conviennent au soleil des pièces choisies. Spontanément, la dynamique devient le moteur des trois pièces du Cubain Ernesto Lecuona, Danses afrocubaines, Suite andalouse, Danses cubaines typiques. À défaut d’avoir une sonorité, le pianiste suscite de belles résonnances. Des fulgurances, un entrain contagieux complètent la séduction d’une musique qu’avait applaudie Ravel, devenu l’ami du compositeur après son récital à Pleyel.

    Après une Sérénade de Debussy que le pianiste affadit, les Pièces espagnoles de Manuel de Falla bénéficient de la verve innée du pianiste. La netteté des notes répétées, leur précision légère au ras du clavier nous proposent une Andaluza des plus séduisantes. Les piqués détachés correspondent mieux à la technique de Simon Ghraichy maintenant rayonnant du plaisir d’en donner à coup sûr. Délicieuses Asturias-Leyenda d’Albéniz, ces chants d’Espagne si joliment colorés. L’atavisme sud-américain, la familiarité avec Villa-Lobos habitent New York Skyline et l’atmosphère brésilienne de Festa no Sertao. L’éthique de ces choix rapproche les connivences, de Falla successeur d’Albéniz, lui-même dans la descendance de Liszt et influencé par Debussy.

    Le lyrisme pudiquement inspiré de l’Intermezzo n° 1 du Mexicain Manuel María Ponce renouvelle ce climat latino. Camargo Guarnieri, considéré comme le successeur de Villa-Lobos, découvre sous son meilleur jour un autre aspect du folklore brésilien avec Ponteios n° 30 et n° 40. Où Simon Ghraichy se confirme décidément meilleur interprète de pièces courtes et typées. Cette chaleureuse conclusion au programme officiel sera suivie de bis multiples, auxquels participeront des percussionnistes surgis pour une irrésistible improvisation.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 04/03/2017
    Claude HELLEU

    Récital du pianiste Simon Ghraichy au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.
    Arturo Márquez (*1950)
    Danzon n° 2
    Franz Liszt (1811-1856)
    Sonate en si mineur
    Ernesto Lecuonza (1895-1963)
    La Comparsa
    Cordeba
    La 32
    Claude Debussy (1862-1918)
    La Sérénade interrompue
    Manuel de Falla (1876-1946)
    Andaluza
    Isaac Albéniz (1860-1909)
    Asturias-Leyenda
    Heitor Villa-Lobos (1887-1950)
    New York Skyline
    Festa no Setao
    Manuel María Ponce (1882-1948)
    Intermezzo n° 1
    Camargo Guarnieri (1907-1993)
    Ponteio n° 30
    Ponteio n° 49 Hommage à Scriabine
    Simon Ghraichy, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com