altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
dťsinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 02 juin 2020

Le Visiteur de Stravros Xarhakos au Th√©√Ętre Imp√©rial de Compi√®gne

Freud en visitation lyrique

Adapter un des derniers succ√®s du th√©√Ętre contemporain √† l'Op√©ra, en l'occurrence Le Visiteur d'Eric-Emmanuel Schmitt, √©tait un sacr√© d√©fi dont le compositeur Stravros Xarhakos s'est acquitt√© honorablement. L'oeuvre a √©t√© cr√©√©e le 15 octobre dernier au Th√©√Ętre Imp√©rial de Compi√®gne sous la direction de Jean Luc Tingaud.

 

Th√©√Ętre Imp√©rial, Compi√®gne
Le 15/10/2000
Michel PAROUTY
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • R√©chauffement climatique

  • Pas si muet

  • Adams chez Pierre & Gilles

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Philosopher en chantant ? Le propos peut para√ģtre incongru. Le compositeur grec Stavros Xarhakos a pris le risque, s'appuyant sur la pi√®ce d'Eric-Emmanuel Schmitt Le Visiteur, l'un des grands succ√®s fran√ßais de la derni√®re d√©cennie. En sc√®ne, donc, sobrement dirig√©s par Pierre Jourdan, Sigmund Freud (Armand Arapian) et celui qui, un soir de 1938, s'introduit dans son cabinet de travail, ce Visiteur (Jean-Pierre Le Chevalier) dont on ne saura jamais s'il est un fou √©chapp√© de l'asile, un importun, ou tout simplement le r√™ve d'un savant en proie au doute et d'autant plus perturb√© que sa fille vient d'√™tre arr√™t√©e par la sinistre Gestapo.

    Et tous deux de discourir sur le Bien, le Mal, l'existence de Dieu ¬Ė qui sait s'il n'est pas lui-m√™me le Visiteur ?- qui devrait √™tre amour et permet pourtant les pires atrocit√©s. Ces propos, qui rel√®vent de la pure sp√©culation intellectuelle, sont rev√™tus d'une partition color√©e, vivante, habilement instrument√©e pour une petite formation, ici l'Orchestre de chambre Failoni de l'Op√©ra d'Etat hongrois, dont la fl√Ľte et la clarinette se montrent particuli√®rement volubiles, et que m√®ne avec √©nergie Jean-Luc Tingaud. La musique, qui se veut d√©lib√©r√©ment accessible, n'est pas facile pour autant ; elle montre que Xarhakos a parfaitement assimil√© son folklore national, dont on rel√®ve quelques traces, qu'il a le sens de la m√©lodie et du th√©√Ętre, n'h√©sitant pas √† laisser quelques passages enti√®rement parl√©s, ou des dialogues sur fonds musical, selon l'ancien proc√©d√© du m√©lodrame.

    Deux heures quinze sans entracte : la t√Ęche est rude pour les interpr√®tes, qui s'en sortent avec une r√©elle pr√©sence de com√©diens, assumant ce passage du parl√© au chant√© avec conviction malgr√© quelques l√©gers probl√®mes d'√©locution dans le chant. Une question, pourtant, se pose in√©vitablement : est-ce la musique tr√®s rassurante de ce Visiteur qui a s√©duit le public, ou le texte toujours aussi brillant de Schmitt ? Prima le parole poi la musica ou l'inverse ? Un autre d√©bat √©ternel jamais r√©solu.




    Th√©√Ętre Imp√©rial, Compi√®gne
    Le 15/10/2000
    Michel PAROUTY

    Le Visiteur de Stravros Xarhakos au Th√©√Ętre Imp√©rial de Compi√®gne
    Le Visiteur de Stravros Xarhakos.
    Orchestre de chambre Failoni de l'Opéra d'Etat hongrois
    Direction musicale : Jean-Luc Tingaud.
    Mise en scène : Pierre Jourdan.

    Avec Philippe Le Chevalier (Le Visiteur), Armand Arapian (Freud), Jean-Pierre Descheix (le soldat nazi/r√īle parl√©).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com