altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 22 août 2018

Récital du pianiste Maurizio Pollini à la Philharmonie de Paris.

Tel qu’en lui-même
© Cosimo Filippini

La salle Pierre Boulez était comble pour ce récital de Maurizio Pollini. Les années passent et le prestige du grand pianiste reste intact. On est à la fois subjugué par cette permanence de la virtuosité et d’un toucher qui reste unique et un peu frustré avec Chopin, de ne plus rien avoir à découvrir d’une approche qui fut si surprenante et unique en son temps.
 

Philharmonie, Paris
Le 28/04/2017
Gérard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2018 (4) : Blomstedt sans complexes

  • Salzbourg 2018 (3) : Au bord de l’épuisement

  • Salzbourg 2018 (2) : Affreux, sales et méchants

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • On est souvent plus difficile avec les très grands qu’avec ceux dont on attend moins. Les artistes le savent et expliquent que ce défi sans cesse renouvelé est l’une des principales difficultés de leur métier. Toute une génération se rappelle le choc de la publication des Études de Chopin par Pollini au milieu des années 1970. C’était la confirmation d’un talent déjà honoré par concours et concerts mais cela apportait surtout une approche différente de ces pages tellement connues, avec une fluidité de jeu, une poésie, une intelligence dans la lecture de ce qui pourrait n’être que technique, un goût sans faille, une sonorité de rêve. Tout cela, les décennies suivantes n’ont fait que le confirmer dans un répertoire vaste et souvent hardi dans sa contemporanéité.

    Et c’est toujours ce même Chopin par Pollini que l’on entend aujourd’hui, avec sa clarté, sa virtuosité si apparemment aisée. Qu’il s’agisse de Nocturnes, des Ballades n° 3 et 4, abordées avec cet équilibre sonore et émotionnel inaltérable, de la Berceuse op. 57 ou du Premier Scherzo, fulgurant mais toujours sous contrôle. Que demander de plus, dira-t-on ? Peut-être simplement quelque chose de nouveau, de légèrement différent, fruit d’une si longue expérience, d’une réflexion portant maintenant sur un demi-siècle. On reste très admiratif, mais on aimerait sans doute une surprise, une découverte. Mais bon, n’exagérons pas. Chopin était bien dans la salle ce soir.

    La seconde partie du concert était vouée au Deuxième Livre des Préludes de Debussy. Ce fut un régal de sonorités subtiles, de climats incroyables créés avec semble-t-il presque rien, de science de la demi-teinte dans un rapport d’un raffinement fou avec l’instrument. Des traits quasi dignes d’un violon dans une fluidité où chaque note reste pourtant nette, des accentuations imaginatives. Plaisir absolu pour l’auditeur et cette fois l’impression que toute une vie d’analyse et de réflexion permettait pareil résultat, sans trace d’un acquis sinon routinier du moins sécurisant.




    Philharmonie, Paris
    Le 28/04/2017
    Gérard MANNONI

    Récital du pianiste Maurizio Pollini à la Philharmonie de Paris.
    Frédéric Chopin (1810-1849)
    Deux préludes op. 27
    Ballade n° 3
    Ballade n° 4
    Berceuse op. 57
    Scherzo n° 1
    Claude Debussy (1862-1918)
    Préludes (livre II)
    Maurizio Pollini, piano

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com