altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 17 février 2018

Concert de clôture des Journées Ravel de Montfort l'Amaury avec Aldo Ciccolini

Une jeunesse pianistique inaltérable
© D.R.

Invité de marque des Journées Ravel de Montfort l'Amaury, Aldo Ciccolini a donné un concert de clôture à la hauteur de sa réputation : seigneurial. Le public ne s'y est pas trompé et a ovationné debout ce jeune homme de soixante dix ans venu avec ses vieux copains Ravel, Fauré, Chopin et une nouvelle recrue, un certain Bach

 

Journées Ravel, Montfort L'Amaury
Le 14/10/2000
Pauline GARAUDE
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Grande musique,
    grands interprètes

  • Une leçon de piano

  • Les goûts réunis

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • On est d'entrée frappé par son "masque" lorsqu'il rejoint son Steinway pour débuter le récital par la Fantaisie Chromatique et fugue de Bach. Pianistique et moderne d'esprit, son exécution colorée n'oublie jamais la polyphonie et l'architecture. Articulation déliée, attaque ferme et geste souple, Ciccolini a surpris ceux qui ne l'attendaient pas dans ce répertoire.

    Ses Miroirs de Ravel sont aussi formidables d'autorité et de maîtrise, avec une tenue rythmique et une noblesse s'accordant à merveille avec l'écriture "aristocratique" du compositeur, particulièrement dans L'Alborada del Gracioso, l'une des pièces maîtresse du piano ravélien.

    La deuxième partie du concert s'engage avec deux Nocturnes de Fauré, là encore ses phrasés, son sens de la ligne et des couleurs font mouche. Une telle connivence avec l'univers - ineffable - de Fauré est peu commune. Jamais rien n'est forcé, ou au contraire mièvre et détimbré ; tout est à la fois extrêmement pesé et senti. Sans doute le sommet de ce concert.

    Faisant littéralement corps avec son instrument à force d'y enfoncer profondément ses mains, Aldo Ciccolini s'est montré bouleversant les pièces de Chopin. Peu d'artistes savent donner une substance si palpable au désarroi qui habite la Polonaise, la Tarentelle, et la Polonaise-Fantaisie.

    Deux bis (Nocturne en mi bémol de Chopin et la Danse du Feu de Manuel de Falla) pour applaudir un grand artiste de soixante-quinze ans dont la jeunesse pianistique semble décidément inaltérable.




    Journées Ravel, Montfort L'Amaury
    Le 14/10/2000
    Pauline GARAUDE

    Concert de clôture des Journées Ravel de Montfort l'Amaury avec Aldo Ciccolini
    Récital Aldo Ciccolini (piano)
    Bach : Fantaisie Chromatique et Fugue
    Ravel : Miroirs
    Fauré : Nocturnes n °4 et 6
    Chopin : Polonaise, Tarentelle, Polonaise-Fantaisie.

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com