altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 22 septembre 2017

Concert de l’Orchestre philharmonique de Radio France sous la direction de Mikko Franck, avec la participation de la pianiste Yeol Eum son à l’auditorium de la Maison de la Radio, Paris.

Préparation au voyage
© Liisa Akimof

Afin de préparer une tournée de près de deux semaines en Asie, Mikko Franck et son Philharmonique de Radio France donnent en concert à Paris l’un des programmes prévus pendant le voyage et propose avant le Faune et la Mer de Debussy le concerto de Gershwin dans des couleurs plus proches de Saint-Germain que de Broadway.
 

Auditorium de la Maison de la Radio, Paris
Le 12/05/2017
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Il Viaggio a Barcelona

  • Bruckner dans l’effet

  • Une Veuve assagie

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Si Erik Satie est mort l’année où George Gershwin crée son Concerto pour piano en fa, c’est bien au premier que l’on pense ce soir sous les doigts de la jeune pianiste Yeol Eum Son, les coloris et un toucher jamais trop appuyé ne trouvant pas la dynamique et les facéties d’une partition née du jazz. Elle s’accompagne d’un chef lui aussi peu enclin à donner à ces pages toute l’espièglerie qu’elles contiennent.

    On pourra évaluer en septembre prochain ce que Louis Langrée et son Cincinnati Symphony Orchestra feront de cette partition lors de leur tournée dans la capitale, et s’ils réussissent à exalter l’ouvrage, mais pour ce concert de Mikko Franck à la Maison de la Radio, et malgré la qualité des musiciens de l’Orchestre philharmonique de Radio France – clarinette basse et trompette en tête – on ressent ici une approche trop chaude et trop lyrique, en somme tout simplement trop sérieuse, de cette musique.

    Le concerto achevé, la pianiste coréenne revient en scène pour un bis, l’Étude n° 7 op. 40 de Nikolaï Kapoustine, où là encore les articulations laissent plus penser à la musique classique française du début XIXe qu’au jazz. Cette pièce crée une bonne transition vers une seconde partie purement symphonique, axée sur Claude Debussy, avec un Mikko Franck bien présent, alors qu’il avait dû annuler sa participation à un programme entièrement Ravel quelques secondes seulement avant de monter en scène la semaine précédente, et laisser la place à sa jeune assistante Elena Schwarz, aujourd’hui dans le public pour observer son mentor.

    Dès le retour d’entracte, la flûte de Magalie Monnier exalte les premières mesures du Prélude à l’après-midi d’un faune, vite suivie par la harpe et le cor. Le geste sensible du chef finlandais cherche à donner une véritable liberté à cette musique, dans laquelle il trouve une chaleur agréable aux cordes, quoique moins marquée qu’à d’autres occasions sous cette baguette. Plus encore que dans l’Adagio du concerto précédent, se ressent tout de même un blocage dans le développement de la partition, comme si quelque chose l’empêchait de s’ouvrir et de s’exalter totalement. Le chef dirigeant assis à cause de ces problèmes de dos va alors surprendre en se levant juste avant d’attaquer la coda, et tenir toute la fin de l’œuvre debout à droite du pupitre.

    Il utilisera la même méthode dans la Mer, se levant dès la fin de De l'aube à midi sur la mer, pour rester debout tout le reste de l’œuvre, au risque de s’y retrouver difficilement avec une partition peu accessible car à sa gauche légèrement trop en hauteur. L’orchestre dans ses couleurs naturelles pour l’œuvre parvient encore à faire découvrir quelques fractions rarement entendues, comme dans les mesures très démarquées du timbalier. Pourtant, là encore une légère fébrilité se fait sentir, comme un doute face à la Mer, à quelques jours du voyage vers la Chine et la Corée.




    Auditorium de la Maison de la Radio, Paris
    Le 12/05/2017
    Vincent GUILLEMIN

    Concert de l’Orchestre philharmonique de Radio France sous la direction de Mikko Franck, avec la participation de la pianiste Yeol Eum son à l’auditorium de la Maison de la Radio, Paris.
    George Gershwin (1898-1937)
    Concerto pour piano et orchestre en fa majeur
    Yeol Eum Son, piano
    Claude Debussy (1862-1918)
    Prélude à l’après-midi d’un faune
    La Mer, trois esquisses symphoniques
    Orchestre philharmonique de Radio France
    direction : Mikko Franck

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com