altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 18 août 2018

Nouvelle production d'Erismena de Cavalli dans une mise en scène de Jean Bellorini et sous la direction de Leonardo García Alarcón au festival d'Aix 2017.

Aix 2017 (3) :
Cavalli sous les ampoules

© Pascal Victor

Succès étourdissant au XVIIe siècle, Erismena de Francesco Cavalli avait quasiment disparu des scènes lyriques jusqu'à son exhumation par Lionel Salter en 1967 et l'enregistrement d'Alan Curtis. Leonardo García Alarcón remédie à cet oubli de bien belle manière en offrant à Aix un des meilleurs spectacles de son édition 2017.
 

Théâtre du Jeu de Paume, Aix-en-Provence
Le 12/07/2017
David VERDIER
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Salzbourg 2018 (2) : Affreux, sales et méchants

  • Salzbourg 2018 (1) : Justice pour Josef K.

  • Bayreuth 2018 (2) : Libellules sous haute tension

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Après Elena donnée au festival d'Aix en 2013, Eliogabalo et Il Giasone cette saison à Garnier et au Grand Théâtre de Genève, Leonardo García Alarcón poursuit sa redécouverte de Francesco Cavalli. Si la lecture du synopsis de cette Erismena peut donner quelques sueurs froides, elles sont rapidement compensées par une richesse d'écriture et d'invention qui comble l'oreille.

    L'œil devra se contenter d'une mise en scène où Jean Bellorini joue la carte du minimalisme esthétisant, avec cage de scène mise à nu et ampoules à filament. Derrière la signature visuelle, le directeur du Théâtre Gérard Philipe propose une lecture de l'œuvre libérée des contraintes qui alourdiraient inutilement une scénographie déjà compliquée. Le livret d’Aurelio Aureli multiplie les personnages et les péripéties, avec un happy end façon pièce montée où l'action s'accélère et se brise en une série improbable de rebondissements.

    Le personnage-titre est au cœur d'une intrigue où, pour échapper à Erimante, le cruel roi des Mèdes, elle se déguise en guerrier pour faire oublier son identité de femme arménienne. Elle part à la recherche de son amant Idraspe, qui dissimule lui-même son identité en Erineo et soupire après l'esclave Aldimira – laquelle refuse les avances d'Erimante et d'Idraspe (dont elle se révèlera être sa sœur) pour convoiter Erismena (!). Les personnages évoluent sur, sous et autour d'une encombrante surface carrée et mobile, constituée d'un grillage métallique qui sépare l'espace en évoquant tantôt une grille de prison, tantôt un abri.

    La distribution est dominée par la voix ardente et fuselée de Francesca Aspromonte (Erismena), déjà entendue avec Gardiner dans Monteverdi et Pichon dans l'Orfeo de Rossi. Susanna Hurrell (Aldimira) souligne d'un aigu rayonnant les atermoiements amoureux de son personnage. La couleur aérienne de la voix de Lea Desandre sied parfaitement à Flerida tandis que Carlo Vistoli offre à Idraspe un large éventail d'expressions et de sensualité.

    Fraîcheur et belle projection pour l'Orimeno de Jakub Józef Orlinski, tandis qu’Alexander Miminoshvili signe un Erimante basculant de l'autorité à la sensibilité paternelle. Imposant malgré le caractère secondaire de son rôle, le ténor Stuart Jackson est mis en valeur par la mise en scène qui lui assigne les pitreries loufoques de la nourrice Alcesta. Autre triomphateur de la soirée, Leonardo García Alarcón réussit à la tête de sa Cappella Mediterranea à varier les atmosphères et les paysages d'une musique qui se plie volontiers à l'abondance des idées et des intentions.




    Théâtre du Jeu de Paume, Aix-en-Provence
    Le 12/07/2017
    David VERDIER

    Nouvelle production d'Erismena de Cavalli dans une mise en scène de Jean Bellorini et sous la direction de Leonardo García Alarcón au festival d'Aix 2017.
    Francesco Cavalli (1602-1676)
    Erismena, dramma per musica en trois actes et un prologue
    Livret d'Aurelio Aureli

    Cappella Mediterranea
    direction : Leonardo García Alarcón
    mise en scène & éclairages : Jean Bellorini
    décors : Jean Bellorini & Véronique Chazal
    costumes : Macha Makeïeff

    Avec :
    Francesca Aspromonte (Erismena), Carlo Vistoli (Idraspe), Susanna Hurrell (Aldimira), Jakub Józef Orliński (Orimeno), Alexander Miminoshvili (Erimante), Lea Desandre (Flerida), Andrea Bonsignore (Argippo), Stuart Jackson (Alcesta), Tai Oney (Clerio Moro), Jonathan Abernethy (Diarte).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com