altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 15 décembre 2017

Concert du Chœur et de l’Orchestre du Théâtre Mariinski sous la direction de Valery Gergiev, avec la participation du pianiste Bezhod Abduraimov au festival d’été de Baden-Baden 2017.

Baden-Baden 2017 (1) :
Sobre Valery Gergiev

© Joachim Ladofaged

Avec un Troisième Concerto de Rachmaninov dont le prodigieux pianiste Bezhod Abduraimov propose une lecture très claire et fine, suivi par un Valery Gergiev extrêmement sobre, les forces du Mariinski offrent une interprétation intense de l’un des chefs-d’œuvre les plus rares de Rachmaninov, le poème pour solistes, chœur et orchestre les Cloches.
 

Festpielhaus, Baden-Baden
Le 21/07/2017
Pierre-Emmanuel LEPHAY
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • De tout un peu

  • Deux visions du siècle

  • Fausse simplicité

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Œuvre fort rare, les Cloches de Rachmaninov n’en constitue pas moins l’un des chefs-d’œuvre du compositeur russe. Composée la même année que le Sacre du printemps, cette partition pour chœur, solistes et orchestre est loin du ballet novateur stravinskien et reste dans la veine romantique habituelle de Rachmaninov mais à un niveau supérieur d’inspiration.

    Fondé sur un poème d’Edgar Allan Poe, l’ouvrage s’articule en quatre mouvements campant des images de joie, de mariage, de guerre et de mort. Le troisième mouvement est le plus audacieux et le plus étonnant venant de Rachmaninov (on pense à Prokofiev ou au Chostakovitch de la cantate l’Exécution de Stepan Razine) tandis que le dernier tient de l’Abschied et de la berceuse de la mort. Extrêmement émouvant, il s’étire dans une somptuosité de climats et de couleurs dignes de l’Île des morts, autre rare chef-d’œuvre de Rachmaninov.

    La partie de ténor est courte et Evgeny Akhmedov n’en fait qu’une bouchée avec une belle voix peu puissante, ce qui se ressent lorsque le chœur survient de manière tonitruante. La soprano Maria Bayankina n’a quant à elle pas l’instrument le plus beau qui soit, mais l’artiste est fine musicienne et offre une prestation très sensible et parfaitement menée. Si les masses chorales, parfaites, s’en donnent à cœur joie dans le troisième mouvement, le calme reprend ses droits dans le dernier, magnifié par la prestation de l’extraordinaire Alexeï Markov, superbe voix d’airain et climat dramatique intensément incarné.

    Valery Gergiev est particulièrement engagé et donne une lecture pleine de mystère, de contrastes et même de violence dans un troisième mouvement impressionnant. Très à son aise, il est attentif aux chanteurs et entraîne ses musiciens d’un geste large et précis qu’on ne lui connaît pas toujours. L’Orchestre du Mariinski est comme d’habitude superbe, dont les cordes, notamment, sont somptueuses.

    La première partie affichait le Troisième Concerto pour piano du même Rachmaninov dont Gergiev offrait une lecture assez sobre sans doute guidée par la personnalité du prodigieux pianiste Bezhod Abduraimov, dont la douceur du toucher, permettant un son jamais agressif, malgré l’écriture par à-plats de Rachmaninov, n’est pas la moindre des qualités. Le pianiste offre une lecture très précise, pleine de finesse et avec un art du discours qui captive de bout en bout. Au lieu d’une interprétation torrentielle de ce concerto très spectaculaire à laquelle on pouvait s’attendre, on eut droit au contraire à une vision claire sans pour autant perdre en densité et en chaleur. Un équilibre vraiment remarquable.

    En bis, le pianiste visiblement infatigable après une telle épreuve, se lançait dans une Campanella de Liszt de superbe facture avec une diversité de toucher et de nuances assez stupéfiante, Gergiev restant debout à côté de l’orchestre pour écouter ce pianiste décidément à suivre.




    Festpielhaus, Baden-Baden
    Le 21/07/2017
    Pierre-Emmanuel LEPHAY

    Concert du Chœur et de l’Orchestre du Théâtre Mariinski sous la direction de Valery Gergiev, avec la participation du pianiste Bezhod Abduraimov au festival d’été de Baden-Baden 2017.
    Sergeï Rachmaninov (1873-1943)
    Concerto pour piano n° 3 en ré mineur op. 30
    Bezhod Abduraimov, piano
    Les Cloches, poème pour orchestre, chœur et solistes op. 35
    Maria Bayankina, soprano
    Evgueny Akhmedov, ténor
    Alexei Markov, baryton
    Chœur et Orchestre du Théâtre Mariinski
    direction : Valery Gergiev

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com