altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 18 septembre 2019

Concert de l’Orchestre national de France sous la direction de Neeme Järvi, avec la participation du trompettiste AndreĂŻ Kavalinski et du pianiste Simon Trpčeski, Ă  l’Auditorium de Radio France, Paris.

Implacable Neeme Järvi
© Frederick Stucker

Après une magnifique Septième de Chostakovitch la saison passĂ©e, Neeme Järvi revient devant un ONF des grands soirs pour interprĂ©ter cette fois les moins cĂ©lèbres Neuvième et Douzième Symphonie, ainsi qu’un Concerto pour piano n° 1 aussi passionnant Ă  la trompette d’AndreĂŻ Kavalinski que dans les parties de piano de Simon Trpčeski.
 

Auditorium de la Maison de la Radio, Paris
Le 05/11/2017
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Violetta et ses followers

  • Vieux prĂŞtre d’IsraĂ«l

  • Salzbourg 2019 (8) : Et puis s’en va…

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Au jeu des meilleures formations françaises, l’Orchestre national de France fait souvent figure de parent pauvre par rapport Ă  ses confrères du Philharmonique de Radio France et de l’Orchestre de Paris. Pourtant chez les musiciens et chefs d’orchestre, il reste le plus reconnu des trois, pour sa typicitĂ© de son d’abord, mais aussi pour ses individualitĂ©s aux premiers pupitres, exceptionnels lorsqu’ils le veulent et lorsqu’ils sont dirigĂ©s par les plus grands, comme ce jeudi soir sous la baguette du jeune octogĂ©naire Neeme Järvi.

    Le programme complète un week-end de récitals de piano russe autour de la Révolution d’octobre 1917 et débute par la Symphonie n° 9 de Dmitri Chostakovitch écrite en hommage à Lénine. Si violons et altos ne cherchent jamais à trop assombrir cette partition, la concentration de ces pupitres impressionne immédiatement en même temps qu’elle offre une belle densité. Pas de noirceur non plus avec les violoncelles, eux-aussi transparents dans le style de l’école française, mais une véritable gravité se développe en revanche chez les contrebasses, notamment dans le Largo, fascinant de bout en bout par la lenteur du tempo et par un solo de basson exemplaire. Le solo de la première violon Sarah Nemtamu est de la même tenue, lui aussi clair à la française, mais adapté à la partition russe dans la causticité de son phrasé.

    Pour le Concerto n° 1 pour piano et trompette crĂ©Ă© Ă  Leningrad en 1933 nous quittent les percussions et les bois, mais restent les cordes. Simon Trpčeski introduit le premier thème et affiche dĂ©jĂ  un style particulier, fin en mĂŞme temps qu’empreint d’une impressionnante dextĂ©ritĂ©, bien mise en valeur dès la seconde intervention juste après l’apparition des violons. La trompette d’AndreĂŻ Kavalinski s’intègre Ă  l’ensemble, d’abord un peu sur la rĂ©serve, puis d’une superbe ampleur lorsqu’elle chausse la sourdine pour le Lento. Nous Ă©voquions dans la symphonie prĂ©cĂ©dente la puissance du Largo, mais ici le mouvement lent touche encore plus dès les premières mesures aux cordes, d’une retenue fantastique avant que le piano n’intervienne, lui aussi empli d’émotion.

    La trompette et le piano joueront un bis, Ombra mai fu de Haendel, donnĂ© tout en subtilitĂ© juste avant l’entracte. Puis l’orchestre revient au complet pour la Symphonie n° 12, d’abord elle aussi prĂ©vue en hommage Ă  LĂ©nine, puis finalement appelĂ©e « AnnĂ©e 1917 Â». Elle Ă©voque donc bien la rĂ©volution, mais Ă  l’instar de la Neuvième et Ă  la diffĂ©rence de toutes les autres symphonies de guerre, fait partie des Ĺ“uvres les plus intimes et les plus intimistes du compositeur. Son traitement par Neeme Järvi et l’ONF est du mĂŞme niveau que le reste du concert. Les cordes graves prĂ©sentent une fois encore leur belle raucitĂ© dans l’introduction du Moderato, sous-titrĂ© PĂ©trograd rĂ©volutionnaire.

    Le thème révolutionnaire et sa sortie de l’ensemble pendant tout le mouvement pour signifier les émeutes laissent ensuite la place à deux parties plus lentes mais tout aussi tendues, Razliv et l’Aurore, dans lesquels il faut citer d’abord les cuivres, trombones en tête, les percussions, superbes depuis le début de la soirée, et chez la petite harmonie la flûte et le piccolo ainsi que la clarinette et encore une fois le basson. Le finale, l'Aube de l'humanité, cite les thèmes des mouvements précédents en maintenant une atmosphère tendu et une superbe concentration, celle d’un chef parfois jugé trop ferme et trop pesant dans le son, mais exceptionnel de maîtrise et impressionnant ce soir comme l’an passé lors de cette soirée autour des œuvres de Chostakovitch.




    Auditorium de la Maison de la Radio, Paris
    Le 05/11/2017
    Vincent GUILLEMIN

    Concert de l’Orchestre national de France sous la direction de Neeme Järvi, avec la participation du trompettiste AndreĂŻ Kavalinski et du pianiste Simon Trpčeski, Ă  l’Auditorium de Radio France, Paris.
    Dmitri Chostakovitch (1906-1975)
    Symphonie n° 9 en mib majeur op. 70
    Concerto n° 1 pour piano, trompette et cordes en ut mineur op. 35
    AndreĂŻ Kavalinski, trompette
    Simon Trpčeski, piano
    Symphonie n° 12 en rĂ© mineur op. 112 « AnnĂ©e 1917 Â»
    Orchestre national de France
    direction : Neeme Järvi

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com