altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 18 septembre 2019

Récital du ténor Rolando Villazón et de la basse Ildar Abdrazakov dans la série des Grandes Voix au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.

De tout un peu
© Dario Acosta

Curieux programme que celui proposé par le ténor Rolando Villazón et la basse Ildar Abdrazakov pour cette tournée européenne qu’ils effectuent ensemble et qui faisait escale aux Grandes Voix du Théâtre des Champs-Élysées. Découverte de plusieurs compositeurs pas vraiment de premier plan, peu d’opéra et des romances d’intérêt variable.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 09/12/2017
GĂ©rard MANNONI
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Vieux prĂŞtre d’IsraĂ«l

  • Salzbourg 2019 (8) : Et puis s’en va…

  • Salzbourg 2019 (7) : Diablement drĂ´le

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • On est certes heureux de retrouver Rolando VillazĂłn dont la voix, après les Ă©preuves des annĂ©es 2010, a retrouvĂ© son velours, sa chaleur, son si beau timbre, mĂŞme si quelques aigus sont parfois rĂ©ticents Ă  sortir. On en regrette d’autant plus ce choix de programme, justifiĂ© sans doute par la prudence et le dĂ©sir de flatter chez le public les effets de voix et de lyrisme sans prendre trop de risques. Car d’opĂ©ra, il n’en fut qu’assez peu question.

    De beaux extraits orchestraux, incontestablement, notamment de Mascagni, Massenet et Ponchielli, d’Emil von Řezniček aussi, une dĂ©couverte, bien jouĂ©s par la Deutsche Staatsphilharmonie Rheinland-Pfalz sous la baguette de Guerassim Voronkov. Et puis un air d’Attila de Verdi, somptueusement envoyĂ© par Abdrazakov, voix magistrale, coffre impressionnant, que l’on vient d’entendre dans Don Carlos Ă  l’OpĂ©ra Bastille, le cĂ©lèbre air de Mefistofele de Boito Son lo spirito che nega, par le mĂŞme Abdrazakov tout aussi impĂ©rial, jusqu’au sifflet final auquel il associe un public ravi et conquis, et puis le duo de MĂ©phisto et Faust du mĂŞme opĂ©ra, par les deux chanteurs, oĂą VillazĂłn ne fut pas toujours très Ă  l’aise. C’est tout.

    Sinon, des romances, de Verdi ou Rachmaninov à l’occasion, Luigi Danza, Augustin Lara, Florian Hermann… mais aussi d’une zarzuela de Reveriano Soutello / Juan Vert et même Granada, à pleins gosiers, dansé et mimé, pour susciter le délire d’un public conquis par tous les moyens. Acceptons que tout cela, programme et comportement scénique par trop racoleur, soit prévu pour tous publics, dans les villes très différentes où cette tournée conduit les deux interprètes, mais reconnaissons que l’on reste quand même sur sa faim, même si ces deux compères sont bien sympathiques et aussi talentueux vocalement… que scéniquement !




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 09/12/2017
    GĂ©rard MANNONI

    Récital du ténor Rolando Villazón et de la basse Ildar Abdrazakov dans la série des Grandes Voix au Théâtre des Champs-Élysées, Paris.
    Emil von Řezniček (1860-1945)
    Ouverture de Donna Diana
    Giuseppe Verdi (1813-1901)
    L’esule
    Uldino Uldin ! (Attila)
    Pietro Mascagni (1863-1945)
    Intermezzo de Cavalleria rusticana
    Giuseppe Verdi
    Non t’accostare all’urna Arrigo Boito (1842-1918)
    Mefistofele (extraits)
    Soutullo/Vert
    Romance de German (La del Soto del Parral)
    Sergei Rachmaninov (1873-1943)
    Mélodie de l’opus 4
    Jules Massenet (1842-1912)
    Le dernier sommeil de la Vierge (orchestre)
    Stanislao Gastaldon (1861-1939)
    Musica proibita
    Luigi Denza (1846-1922)
    Occhi di fata
    Amilcare Ponchielli (1834-1886)
    Danse des heures (La Gioconda)
    AgustĂ­n Lara (1897-1970)
    Granada
    Rolando Villazón, ténor
    Ildar Abdrazanov, basse
    Deutsche Staatsphilharmonie Rheinland-Pfalz
    direction : Guerassim Voronkov

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com