altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 13 décembre 2018

Nouvelle production de La Cenerentola de Rossini dans une mise en scène de Stefan Herheim et sous la direction de Stefano Montanari à l’Opéra de Lyon.

Cenerentola chez Disney
© Jean-Pierre Maurin

Revenu à la mode, Rossini apparaît ce Noël avec plusieurs nouvelles productions françaises, dont cette Cenerentola à Lyon, dans une mise en scène de Stefan Herheim réutilisant l’idée du compositeur présent sur scène par l’intermédiaire d’un personnage de l’opéra, tandis que la partition bénéficie de la direction souple et dynamique de Stefano Montanari.
 

Opéra national, Lyon
Le 28/12/2017
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Transcendantal

  • De l’anxiété à l’extase

  • Mahler en finesse

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • À chacune de ses nouvelles productions, Stefan Herheim utilise l’idée d’insérer le compositeur dans son propre opéra. Déjà l’idée semblait plus que limitée à Amsterdam dans une Dame de pique ridiculisée par un Tchaïkovski perdu pour composer un ouvrage qu’il a pourtant écrit d’une traite en à peine trente jours. À l’Opéra de Lyon, c’est le père, Don Magnifico, qui est transformé en Rossini, avec un traitement correct de l’histoire autour. Souvent Angelina tient dans ses mains un livre qui semble être celui même de l’histoire de Cendrillon, livre que l’on retrouve sur scène démultiplié de plusieurs tailles, la reliure devenant poutre et les portes battantes la couverture.

    Le conte est rapproché de Disney, et si l’on cherche encore pourquoi apparaît en vidéo au fond le cheval ailé de la compagnie cinématographique Metropolitan Films, au moins trouve-t-on de belles idées avec les costumes. À sa troisième apparition, Angelina semble porter les habits de la Belle, tandis que le faux prince, Dandini déguisé, porte un manteau qu’on peut associer à celui de la Bête. Dans son premier duo avec le prince, elle embrasse le vrai prince qui tombe endormi, inversion du conte de la Belle au bois dormant ; puis la Belle arrive avec un voile sur le visage, référence très probable à Jasmine dans son duo avec Aladdin. On pourrait citer d’autres références, dont celles qui rapportent à Dieu sur son nuage suspendu, ou le chariot de femme de ménage devenant carrosse, mais il faut aussi parler de musique.

    Le chef Stefano Montanari, partie intégrante du spectacle, se retrouve même sur scène au début du II, et devient l’un des personnages les plus amusants de la représentation. Son geste dynamique bénéficie de la souplesse de l’Orchestre de l’Opéra de Lyon, à défaut d’y trouver toujours de beaux timbres. Les hommes du chœur, tous habillés en Rossini, montrent une préparation exemplaire et font eux aussi état d’une belle dynamique. On ne sait juste pas pourquoi le chef italien ralentit particulièrement certains ensembles.

    La distribution trouve en Michèle Losier une Cenerentola attachante, souple et au timbre particulièrement suave dans le bas-médium. On regrettera seulement d’entendre une technique souvent plus proche de celle d’une Carmen que d’une héroïne rossinienne. Son prince Don Ramiro possède plus d’agilité encore, mais si Cyrille Dubois sait triller et rassure quant à sa technique belcantiste, il chante plus là un Mozart seria. De cette technique, on se délecte alors surtout avec le superbe Don Magnifico de Renato Girolami, et dans une moindre mesure avec le Dandini à la projection de large ampleur de Nikolay Borchev.

    Les deux sœurs correspondent parfaitement à la mise en scène en jouant deux belles pestes, la Tisbe de Katherine Aitken trouvant plus d’aigreur dans le haut du spectre que la Clorinda de Clara Meloni. Jalouses et détestables à souhait, elles rendent parfaitement crédibles leurs personnages et participent à faire de cette Cenerentola une jolie représentation, souvent amusante à l’écoute des nombreux rires dans le public. On attend maintenant à Lyon le très prometteur Cercle de craie de Zemlinsky pour la rentrée !




    Opéra national, Lyon
    Le 28/12/2017
    Vincent GUILLEMIN

    Nouvelle production de La Cenerentola de Rossini dans une mise en scène de Stefan Herheim et sous la direction de Stefano Montanari à l’Opéra de Lyon.
    Gioachino Rossini (1792-1868)
    La Cenerentola, dramma giocoso en deux actes
    Livret de Jacopo Ferretti, d’après Cendrillon de Charles Perrault

    Chœur et Orchestre de l’Opéra de Lyon
    direction : Stefano Montanari
    mise en scène : Stefan Herheim
    décors : Daniel Unger & Stefan Herheim
    costumes : Esther Bialas
    éclairages : Phoenix (Andreas Hofer)
    vidéos : fettFilm (Torge Möller & Momme Hinrichs)
    préparation des chœurs : Barbara Kler

    Avec :
    Cyrille Dubois (Don Ramiro), Nikolay Borchev (Dandini), Renato Girolamo (Don Magnifico), Clara Meloni (Clorinda), Katherine Aitken (Tisbe), Michèle Losier (Angelina), Simone Alberghini (Alidoro).

     



      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com