altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 14 août 2018

Intégrale des concertos pour piano de Beethoven par l’Orchestre philharmonique de Radio France sous la direction de Mikko Franck à l’Auditorium de Radio France, Paris.

4 pianistes pour 5 concertos
© DR

En dix jours et quatre concerts, Mikko Franck et le Philharmonique de Radio France présentent à l’auditorium de la radio l’intégrale des concertos pour piano de Beethoven avec cinq pianistes différents. Le célèbre corpus est associé à des raretés françaises de François Devienne, George Onslow ou Louise Farrenc.
 

Auditorium de la Maison de la Radio, Paris
Le 03/02/2018
Vincent GUILLEMIN
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Bayreuth 2018 (2) : Libellules sous haute tension

  • Bayreuth 2018 (1) : La Nuremberg céleste

  • Aix 2018 (4) : Retour gagnant

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Des quatre concerts programmés en moins de deux semaines pour réaliser l’intégrale des concertos pour piano de Ludwig van Beethoven, nous n’avons pu assister qu’à trois et passerons donc sous silence celui comprenant le Concerto n° 3 avec Alice Sara Ott. Trois jours plus tôt, Elisabeth Leonskaja ouvrait le bal avec pour débuter une pièce soliste, la Fantaisie pour piano op. 77 de Beethoven. Le doigté nuancé de l’artiste offre à l’ouvrage une grâce que l’on retrouve ensuite dans le Concerto pour piano n° 4 en sol majeur. L’élégance du geste allié à une expérience de plus d’un demi-siècle face à cette partition montre une évidence inégalée lors de cette intégrale, même lorsque Rudolf Buchbinder s’assiéra au clavier le jeudi suivant.

    Le niveau d’excellence est donc donné par Leonskaja dès le premier soir, mais Pierre-Laurent Aimard sait lui aussi apporter son expérience pour un Deuxième Concerto passionnant de bout en bout. Sa dextérité rassure dès son entrée, après l’introduction symphonique, alors qu’il allie son style moderne à la partition en prenant compte de chacun des accents. Le même soir, le vétéran Buchbinder convainc dans le Premier Concerto, sans autant passionner par son geste, certes toujours classieux, mais avec trop peu d’excentricité pour développer un ouvrage qui peu la mériter.

    Le dernier soir, Bertrand Chamayou accompagne d’abord de son geste délicat deux musiciens du Philharmonique dans le Trio n° 4 op. 11 ; le violoncelle d’Éric Levionnois et la clarinette de Nicolas Baldeyrou. Le Concerto l’Empereur perturbe en fin de concert par le jeu du pianiste français, parfois en difficulté face à la pièce et non exempt d’accrocs, en plus de sembler trop peu familier avec l’œuvre, et trop doux face à cette explosion de la forme recherchée par le compositeur.

    Mikko Franck accompagne le tout dans la même optique, concentré sur le soliste et d’une gestique soignée, attentif à la petite harmonie et surtout dynamique pour déployer la chaleur de ses cordes, dont l’effectif est quasi identique pour les cinq ouvrages – une quarantaine en tout. Bien sûr, les vents sont adaptés aux désirs de Beethoven et la clarinette n’apparait que dans le Premier Concerto, composé après celui portant aujourd’hui le numéro deux, intelligemment programmé dans l’ordre chronologique lors du même concert.

    À ces œuvres sont associées chaque soir des pièces françaises, dont la plus intéressante du cycle est la Symphonie n° 2 de George Onslow. Là encore, Mikko Franck utilise la chaleur de son orchestre pour emmener cette pièce d’Auvergne vers la germanité de Beethoven plutôt qu’à travers les pastels clairs et légers de la musique française. La Symphonie n° 3 de Louise Farrenc présente moins de personnalité, même si elle montre une main sûre quant à l’agencement des parties.

    Les programmes proposent aussi cette saison de nombreuses œuvres chambristes afin de maintenir la haute qualité des musiciens de l’Orchestre philharmonique de Radio France. La Sonate en quatuor de François Devienne démontre ce besoin, car si le cor de Nicolas Ramez comme le piano de Catherine Cournot sont irréprochables, la flûte de Nels Lindeblad manque de style et surtout, l’alto de Jérémy Pasquier se montre trop petit de son. Chacun pourra bientôt se faire son idée de toutes ses interprétations, puisque chaque concert était enregistré et filmé.




    Auditorium de la Maison de la Radio, Paris
    Le 03/02/2018
    Vincent GUILLEMIN

    Intégrale des concertos pour piano de Beethoven par l’Orchestre philharmonique de Radio France sous la direction de Mikko Franck à l’Auditorium de Radio France, Paris.
    Ludwig van Beethoven (1770-1827)
    Concerto pour piano n° 1 en ut majeur, op. 15
    Rudolf Buchbinder, piano
    Concerto pour piano n° 2 en si bémol majeur, op. 19
    Pierre-Laurent Aimard, piano
    Concerto pour piano n° 4 en sol majeur, op. 58
    Fantaisie pour piano, op. 77
    Elisabeth Leonskaja, piano
    Concerto pour piano n° 5 en mib majeur op. 73 « l’Empereur »
    Trio n° 4 en sib majeur, op. 11
    Bertrand Chamayou, piano
    George Onslow (1784-1853)
    Symphonie n° 2 en ré mineur op. 42
    François Devienne (1759-1803)
    Sonate en quatuor en fa mineur
    Louise Farrenc (1804-1875)
    Symphonie n° 3 en sol mineur op. 47
    Orchestre philharmonique de Radio France
    direction : Mikko Franck

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com