altamusica
 
       aide
















 

 

Pour recevoir notre bulletin régulier,
saisissez votre e-mail :

 
désinscription




CRITIQUES DE CONCERTS 16 octobre 2019

Pinchas Zukerman dirige l'Orchestre du Centre national des Arts du Canada au Théâtre des Champs-Élysées.

Baguette terne, archet virevoltant
© Orchestre du Centre national des Arts du Canada

Sans avoir définitivement rangé son violon dans son étui et envoyé son alto au grenier, Pinchas Zukerman s'est progressivement laissé gagner par la passion de la baguette. Depuis 1998, il dirige de l'Orchestre du Centre national des Arts du Canada qu'il promène sur toutes les scènes du globe. Rencontre avec le public parisien.
 

Théâtre des Champs-Élysées, Paris
Le 23/10/2000
Stéphane HAIK
 



Les 3 dernières critiques de concert

  • Quatre sur Six

  • Les Indes en Italie

  • DĂ©luge sonore

    [ Tous les concerts ]
     
      (ex: Harnoncourt, Opéra)




  • Venu tardivement Ă  la direction d'orchestre, Pinchas Zukerman a tâtĂ© de la baguette de longues annĂ©es durant, avant d'accepter la succession de Trevor Pinnock Ă  la tĂŞte de l'Orchestre du Centre national des Arts du Canada en 1998. Sa battue est prĂ©cise, claire, tandis que ses indications de la main gauche sont rĂ©duites Ă  leurs plus simples expressions. Ă€ voir, Zukerman donne l'impression d'ĂŞtre scolaire, appliquĂ© et sans grande imagination. Mais si l'on ferme les yeux, l'Ă©tincelle sonore se produit grâce aux pupitres de cordes d'une pâte sonore moelleuse et riche d'une jolie palette de dĂ©gradĂ©s. Le chef n'est pas violoniste pour rien. Si l'on en juge par la Symphonie n° 35 de Mozart qui concluait le concert parisien, les Canadiens possèdent ce rĂ©pertoire jusqu'Ă  la corde. Et si encore une fois, la gestuelle de Zukerman semble bien routinière, le rĂ©sultat sonore n'en est pas moins subtil, lĂ©ger et gracieux dans sa plastique sonore.

    Terne à la baguette, Zukerman devient virevoltant dès qu'il saisit l'archet. Technique sûre bénéficiant d'une main gauche solide et d'un archet tourbillonant mais sans pyrotechnie inutile dans leConcerto pour violon n° 3 de Mozart. Passé l'ennui suscité par l'audition de Epitaphe pour cordes du Polonais Peter Paul Koprowski, ce concert réservait une intéressante découverte, avec la toute jeune violoniste Jessica Linnebach. Avant de dialoguer avec Zukerman autour du Concerto pour deux violons BWV 1043 de Bach, elle interprétait le Concerto pour violon, cordes et basse continue BWV 1041 : un jeu encore un peu vert, une tendance à trop appuyer les traits, mais une assise sonore déjà remarquable. Une future grande ? La surprise du chef de la formation canadienne tout au moins.




    Théâtre des Champs-Élysées, Paris
    Le 23/10/2000
    Stéphane HAIK

    Pinchas Zukerman dirige l'Orchestre du Centre national des Arts du Canada au Théâtre des Champs-Élysées.
    Epitaphe pour cordes de Peter Paul Koprowski
    Concerto pour violon, cordes et basse continue BWV 1041 de Bach
    Concerto pour deux violons BWV 1043 de Bach
    Concerto pour violon n° 3>/I> de Mozart
    Symphonie n° 35 de Mozart
    Orchestre du Centre national des Arts du Canada
    Direction musicale Pinchas Zukerman
    avec Jessica Linnebach (violon).

     


      A la une  |  Nous contacter   |  Haut de page  ]
     
    ©   Altamusica.com